Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 décembre 2014 2 09 /12 /décembre /2014 09:42

 

Pour limiter les naissances

La province suit l'exemple d'Oslo dans la propagande méthodique pour la restriction des naissances dans les classes populaires. Le Tidens Tegn, du 27 avril, a annoncé que le 25 du même mois s'était ouvert, à Skien, un bureau d'hygiène maternelle analogue. à celui qui fonctionne à Drammen, depuis la fin de janvier, et à, ceux qui s'ouvriront prochainement à Bergen et à Trondhjem.

A Skien, deux jeunes femmes d'Oslo, l’une doctoresse, l'autre sage-femme, le dirigent. Elles se sont heurtées à bien des difficultés, mais nous sommes pleines d'entrain, dit la doctoresse au reporter. Nous ouvrons notre bureau dans de bonnes conditions relative­ment. Nous avons, en effet, la chance de pouvoir offrir deux salles à nos clientes... L'une sert à l'examen médical et l'autre à l'enseignement de la technique préventive. Un encouragement de très grande impor­tance pour nous,- c'est que l'Association des médecins. du Télernarlien (une des provinces norvégiennes) a voté à l'unanimité une réso­lution déclarant notre institution justifiée. En plus d'un grand appui devant l'opi­nion, cela signifie que les médecins nous enverront leurs patientes.

—         En quoi consiste votre action dans ses grandes lignes ?

—      A enseigner la puériculture, les soins aux nouveau-nés, l'alimentation des nour­rissons, à enseigner l'emploi de moyens pré­ventifs, à diriger et conseiller autant que nous le pouvons. Les consultations sont en­tièrement gratuites.

—         Vous attendez-vous à beaucoup de dif­ficultés ?

La plus grosse, sans doute, sera, com­me dans les autres bureaux d'hygiène, que les  gens confondent les moyens préventifs et l'avortement provoqué..

Nos bureaux se bornent à aider à prévenir la conception. Et malheureusement, bien souvent, on vient à nous, quand c'est trop tard. L'avortement n'est pas notre affaire....

L'Eglise luthérienne, en face de ces pro­grès méthodiques, apparaît décidément bien divisée et impuissante. A une réunion de pasteurs, à Oslo, l’un a dénoncé les progrès de «la nouvelle mo­rale sexuelle » dans toutes les classes de la société et  réclamé, devant le scandale d'Oda, où toute la, population ouvrière pra­tique l'union libre, plus de fermeté chez les pasteurs dans l'affirmation d'une morale chrétienne. Un autre a nié qu'il y eut une nouvelle morale : villes et campagnes ont déjà connu, en Norvège pareil relâche­ment des mœurs.  Mais il s'agit pour le clergé de « vivre une vie foncièrement chrétienne conforme à ce qu'il exige d'au­trui. Pour un troisième, au contraire, on est bien en présence d'une « morale nouvel­le» en train de révolutionner le mariage, morale pratiquée pour des raisons spéciales qu'il faut avoir le courage de mentionner. Le problème du logement et le chômage ren­dent impossible aux jeunes de se marier à un âge raisonnable. Un quatrième a remer­cié le précèdent de lever le voile sur les conditions sociales » aujourd'hui du ma­riage et de ne  pas, fermer les yeux sur ce qu’on trouve en  Norvège et qui s'appelle « mariage camaraderie ».

Sources :

Je suis partout du n° 25 du 16.05.31 p.8

 

 

Allemagne - Victoires nationalistes

Nous écrivions la  semaine dernière que, contrairement à certaines appréciations trop officieuses, il ne fallait pas croire que le natio­nal-socialisme était abattu, et nous énumérions divers indices d'une « seconde vague hitlé­rienne ». Les élections, qui ont eu lieu dimanche dans le pays  d'Oldenburg pour renou­veler le Landtag, sont venues confirmer notre pronostic, et le Volkischer Beobachter, l'orga­ne officiel d'Hitler, peut déclarer fièrement : Oui, la seconde vague est là ! Et bientôt elle formera un véritable torrent !

Le fait est qu'à peu près tous les partis politiques s'accordaient depuis quelques semai­nes pour reconnaître dans leur presse que ces élections partielles prendraient la valeur d'une indication barométrique. Le baromètre a fonc­tionné et il a marqué : Nazis. Le parti d'Hitler augmente ses voix dans la proportion d'un quart, tandis que ses alliés, les nationaux-allemands d'Hugenberg, se maintiennent à peu près. Les populistes, les démocrates du parti d'Etat, le parti économique et les agrariens perdent la moitié de leurs électeurs ; seul, le Centre catholique conserve ses positions. Les communistes gagnent des voix, mais les socia­listes en perdent le double, si bien que la presse nationaliste peut cette fois-ci proclamer qu'elle a entamé gravement le marxisme.

Les organes des partis de droite qui, tout en se rangeant dans la majorité du gouverne­ment Brüning, combattent la collaboration du Centre catholique et du socialisme en Prusse, tentent de dissimuler leur déception en inter­prétant la nouvelle avance hitlérienne comme une conséquence de l'alliance regrettable du chancelier centriste avec les « bonzes » rou­ges de la sociale ». Mais la presse démocra­tique est plus positive lorsqu'elle reconnaît avec la Frankfurter Zeitung que malgré tout l'affaire est peu encourageante pour le gou­vernement...

 

Sources :

Je suis partout du n° 26 du 23.05.31 p.3

Sélectionné et mis en forme

Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1
commenter cet article

commentaires