Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 10:21

 

 

 

Quelle est la portée du putsch des nazis berlinois ?

Les dissensions chez Hitler

L'union douanière austro-allemande, les revendications extérieures sur la Sarre, Eupen-Malmédy, sur les territoires polo­nais, la préparation de la conférence du désarmement, toutes les revendications concernant l'égalité absolue des droits avec les puissances ex-alliées, voilà un programme extérieur qui suffit, ces temps- ci, à retenir l'attention de tout bon citoyen du Reich.

La nouvelle constitution munici­pale de Berlin, la nomination du nouveau bourgmestre, les recommandations de la commission instituée pour combattre le chômage et la crise économique, la prise en considération des commandes soviéti­ques, autant de préoccupations ou de cu­riosités « intérieures, susceptibles d'in­téresser ceux qui, bien rares, ne se soucie­raient pas du relèvement extérieur de la patrie allemande...

Aussi, le mouvement de dissidence qui s'est produit dans les organisations nationales-socialistes risquait-il assez peu de porter sur le public germanique et sur l'opinion internatio­nale...

 

Il faut cependant se souvenir. Le rêve passe... 14 septembre 1930, 107 députés hitlériens sont élus grâce à six millions et demi de suffrages. Dix ans avant ? Humble origine... Point négligeable pour­tant, ni dénuée de beauté. Au milieu de la champignonnière de sociétés secrètes, d'associations militaires, de ligues natio­nalistes et de groupes armés, de la pre­mière Reichsbanner au Loup-garou, en passant par l'Oberland ou le Casque d'acier, sans oublier les Sainte-Vehme caractérisées par des exécutions sanglantes

 

 

Allemagne –

Sous la rafale

.....A lire la presse allemande depuis quinze jours, on ne peut s'empêcher de songer à ces nuits d'énervement, à ces aubes de dé­sespoir. Pendant tout le temps des négo­ciations Hoover, les journaux de Berlin et de Francfort ont crâné, suivant un mot d'ordre évident, affectant une confiance solide et désintéressée, malgré les retraits mas­sifs de capitaux qui écrasaient déjà la Reichsbank. Quand l'accord eut été conclu, on se crut même sauvé et naturellement on en profita pour chercher à la France mille chicanes, accompagnées de sourires pro­vocants vers Rome, Londres et Washing­ton. Le paragraphe final de l'accord, où la France se réservait de demander à l'Alle­magne de ne pas mal user de l'argent qu'on lui laissait, fut un prétexte à défis, a menaces dont nous avons donné, la se­maine dernière, des échantillons. Le 9 juil­let, tout change : les feuilles qui avaient crié le plus fort enregistrent sans com­mentaires la démarche de M. de Seheen et déclarent que  Paris est rassuré. C'est le premier signe de la débâcle : l'Allema­gne, renonce à ses défenses avancées.

Les malédictions

C'est que déjà les événements la débor­dent : M. Luther s'envole vers les capitales de l'Ouest, le moratoire Hoover n'a plus de sens : on l'oublie. ; ce ne sont plus six milliards, mais vingt, mais trente qu'on mendie. Le Président des Etats-Unis, de­vant une seconde prière, hésite et se dérobe. La presse s'affole. Plus de mot d'ordre, plus de ces articles calculés, mas­qués, chiffrés, qui s'étaient répétés pendant des jours et des jours. Mais une série de cris incohérents, où se-mêle la colère et la supplication, la haine de l'ennemi hérédi­taire et le regret des occasions d'entente perdues, la bonne foi  et la mauvaise foi, la crainte et le désir des folies dernières. Au cours de cette semaine, les journaux allemands ont projeté sur l'âme allemande une lumière crue : c'était l'heure des mes­sages en clair...

Il y a eu d'abord les malédictions : on nous a appelés Shylock, maîtres chanteurs. On a dénoncé en nous le sang des cruels Gaulois, fidèles à leur devise : Vœ victis ! La Deutsche Allgmeine Zeitung nous a même prêté ce sentiment, qui pourtant n'a de nom qu'en langue allemande,  la « Schaden­freude » joie d'assister et de présider au mal d'autrui : « La crainte de noire catastrophe financière et de ses conséquen­ces économiques et politiques est couverte, à Paris, par la Schadenfreude qu'on éprouve devant ce qui arrive à l'Amérique et à l'Allemagne. On se réjouit à voir le moratoire Hoover, ou du moins ce que la France en a laissé, incapable de sauver l’Allemagne, à voir l’Angleterre impuissante sans la France. On triomphe : la France tient la clef de la situation......

 

.... Aucun ap­pel à la justice immanente ne peut rien changer au fait que la politique allemande se trouve présentement devant un Olmütz. Depuis quand marche-t-elle, avec l'assu­rance d'un noctambule, vers cet Olmütz ? La date est aisée à préciser : depuis que Stresemann est mort. Le rafraîchissement voulu de nos relations - avec la France, notre opposition systématique à Genève, lors des discussions préparatoires à la conférence du désarmement, enfin la folie de l'union douanière austro-allemande et, parallèlement, la construction du croiseur, les élections de septembre, la résurrection du Casque d'Acier, les poursuites pour  trahison littéraire ... Aveugle aux signes avertisseurs qui pourtant ne manquaient pas, sourde à tout conseil, la politique alle­mande a marché, volé vers l'heure où une coalition invincible devait l'écraser, la ré­duire sans qu'un coup de feu fût tiré. Et, maintenant encore, visiblement, elle ne comprend pas ce qui est lumineux aux yeux de toute l'Europe... L'Olmütz du siè­cle dernier aura été peu de chose pour la Prusse au regard de ce que celui-ci sera pour la malheureuse Allemagne. Hier, nous avons entendu la fanfare de ceux — Hitler et Hugenberg — qui veulent tirer leur pro­pre- victoire de la défaite nationale et qui ont tout fait pour amener cette défaite dont ils attendent leur triomphe... Olmütz va nous amener, au poste de chancelier, un demi-maniaque; il va nous apporter la ruine des droits ouvriers comme des liber­tés bourgeoises, l'effondrement économique et la rupture complète de nos rela­tions internationales. Peut-être, après une brève période de fascisme, nous conduira-t-il à la révolution communiste. Une lon­gue suite de défaites nationales va suivre la première ; ce sera, sur le peuple allemand, une misère telle que en regard, son état actuel aura la saveur du bien être.....

 

.... les socialistes de Londres, les fascistes de Rome et les capitalistes d’outre-Atlantique formaient devant les français et les allemands une sorte de ligue des neutres dont les sympathies n'allaient pas à la France. L'affai­re de l'Anschluss, politiquement, ne mar­chait pas mal la France elle-même, incertaine risquait de passer, au prin­temps prochain, sous la férule de M. Léon Blum...  Et voilà que la crise financière ren­verse ce château de cartes.

 

Choix de textes et mise en forme

Jean Aikhenbaum

Sources

Je suis partout 1931

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1
commenter cet article

commentaires