Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 14:20

"L’aurochs de Heck" ou comment est réhabilité et couvert d’éloges un criminel de guerre nazi.

                            

 

Lorsque SIERDAH, affuble sa vache du nom "aurochs de Heck", cet organisme falsifie non seulement le statut de l'animal, mais rend également hommage à Heck[1]. Nous pensons que les activités criminelles de Heck durant cette période, auraient dû faire l’objet d’un procès et que lui faire un quelconque éloge constitue une insulte à la mémoire de ses victimes. Aujourd’hui, il est trop tard pour que justice soit rendue aux victimes du nazisme et de Heck. Nous pensons que relater les circonstances qui ont permis l’élaboration de cette sombre supercherie, est le seul moyen de ne pas oublier la véritable histoire de ce "faux-aurochs", c’est aussi notre devoir de mémoire. Contrairement à Monsieur le Président du SIERDAH, nous ne pensons pas que relater les crimes perpétrés par les nazis est un "débat d'un autre âge"[2]. Ici, n'est pas la seule divergence entre nous et le SIERDAH. La pratique qui consiste à crédibiliser une supercherie scientifique nazie quel qu’en soit l’objectif ne peut avoir notre assentiment, et ceci un demi-siècle après l’Holocauste.

Heck a bénéficié au cours de son existence, d’une chance peu commune qui perdure jusqu'à aujourd’hui, puisque certains en affublant cette vache du nom d’aurochs de Heck, considèrent devoir faire ainsi son éloge. 

Haut fonctionnaire de l'appareil administratif et politique nazi, il a exercé des fonctions criminelles dans une région où la résistance était très forte. Tout au long des hostilités, plusieurs de "ses acolytes" responsables de crimes furent exécutés par les partisans, lui échappa à toutes les actions de la résistance. Des concours exceptionnels de circonstances lui ont permis de jouir tout au long de "sa carrière" de ses crimes et de ses forfaits  :

- Lors de la défaite de l’armée allemande, tant en Ukraine qu’en Pologne il a pu fuir et éviter de tomber dans les mains des soldats de l'armée soviétique. Ces derniers étaient sans pitié pour les fonctionnaires nazis même d’un rang inférieur à celui de Heck.

- Il n’a jamais été arrêté et confronté à la justice des pays dont les citoyens ont été victimes de ses agissements. Le rideau de fer et les dissensions entre l’est et l’ouest ont servi pleinement ses intérêts et de plus l’ont mis à l’abri de représailles.

- Il a joui d'une impunité totale et a profité des fruits de ses crimes, sans être le moins du monde inquiété et ce jusqu'à fin de sa vie, qui s’est achevée à Wiesbaden en 1983.

Il a eu la chance de commettre ses actes délictueux dans un système où le nombre de responsables de crimes était trop important. Il a échappé à la justice, par le fait qu’après la victoire des alliés, les instances internationales submergées, étaient dans l’incapacité de récupérer tous les dossiers et de les instruire. Les pièces compromettantes avaient disparu ou avaient été détruites avant la libération des territoires occupés.

Ce concours exceptionnel de circonstances que nous avons évoqué, lui épargnèrent comme à tant d’autres toutes poursuites judiciaires. Aujourd’hui, après avoir fait le rapprochement entre les différents témoignages, nous pouvons affirmer que ses crimes ne sont connus que partiellement[3]. Nous ne saurons probablement jamais qu’elles étaient ses responsabilités exactes dans les exécutions massives qui eurent lieu dans la région de Bialowieza et quels étaient leurs liens avec les introductions des faux-aurochs.

Ce qui est certain, c’est que sans son concours actif, cette introduction n’aurait pu avoir lieu. Il en a été l’organisateur, le promoteur et son implication criminelle était totale. Cette supercherie d’Etat par les retombées qu’elle devait avoir, était de "première importance pour les intérêts du 3ème Reich" et placée sous la haute protection et surveillance de la Wermacht et des SS.

La situation politique de l’après-guerre était si paradoxale, que les victimes spoliées par Heck eurent des difficultés à récupérer les biens volés. Cela a été le cas du professeur Tadeusz Vetulani qui n'a pu obtenir les autorisations nécessaires[4] pour se rendre dans la zone allemande placée sous contrôle américain. Il ne lui a pas été possible de faire de déposition devant les tribunaux, ni de participer de façon effective à la recherche des chevaux d'élevage "konik Polski" volés à Bialowieza (cette expérience avait été organisée et dirigée avant la guerre par Vetulani). Il n’a pu effectuer des recherches pour récupérer toute la documentation scientifique utilisée impunément après la guerre par Heck.

Une partie des agissements criminels de Heck, sont bien connus et ont fait l’objet de travaux. Les "activités" de ce sombre personnage, haut fonctionnaire du Reich et proche conseiller d'Adolphe Hitler, ami et protégé de Goering sont décrites  dans de nombreuses publications naturalistes publiées après la seconde guerre. C'est entre autre, l’une des raisons pour laquelle nous ne pouvons admettre que le SIERDAH[5], qui ne peut ignorer ces faits, en affublant sa vache du nom "d’aurochs de Heck" considère que ce criminel est digne d’éloge. Nous sommes scandalisés qu’il soit possible de dissimuler des crimes de guerre sous l’euphémisme d’une "polémique sur les frères Heck"[6].

Heck pendant la seconde guerre ne s’est pas limité à organiser des chasses ou des orgies avec ses "parteigenoses" (ses acolytes du NSDAP). Lorsque l’on examine les responsabilités qui lui étaient confiées, il est facile de comprendre comment a pu évoluer "la brillante carrière" de ce "führer de la protection de la nature". Les dirigeants nazis étaient obnubilés par la justification de leurs théories raciales. Leurs "recherches" sur la pureté et l’origine des races, étaient fondamentales, elles devaient légitimer "scientifiquement" le bien fondé de leur politique raciste. Heck avait donc pour charge de crédibiliser cette théorie, c’est ce qui a influencé de manière décisive, sa position au sein de l'appareil de propagande et d'administration du Reich. "Le national-socialisme, c'est la biologie appliquée à la politique" se plaisait à dire Hans Schemm, ministre bavarois national-socialiste[7]. On comprend mieux ainsi, la logique dans laquelle s’inscrivaient les nazis, et le rôle-clé des "recherches" de Heck qui allaient justifier le génocide. Sa carrière exceptionnelle, n’a pu avoir une telle ascension, que parce que ce personnage était corps et âme dévoué au Führer et au Reich, de plus, il bénéficiait de l'amitié et de la protection personnelle du Reichmarechal Goering.

 

                                                     Chapitre 6

Faits et méfaits ou :

l’irrésistible ascension de Lutz Heick

 

1. Les étroites relations de Heck avec les nationalistes et l’extrême droite allemande ont débuté bien avant l’arrivée d'Hitler au pouvoir. Il était d'ailleurs très fier de son "engagement politique"[8]. Ces appuis lui ont facilité grandement la tâche, à tel point que pendant les années économiquement très difficiles pour l'Allemagne, Heck trouvera toujours facilement d’énormes moyens pour mener à bien "ses travaux". Dans les années trente, il évince ses concurrents éventuels et devient l'un des plus importants fonctionnaires du 3ème Reich. Avant le début des hostilités, il organise des répressions contre les autres naturalistes allemands. Ces répressions avaient plusieurs objectifs, tout d’abord écarter de leurs fonctions les naturalistes qui ne jouissaient pas de la confiance du NSDAP, de ne pas gêner son ascension, et lui assurer l'exclusivité des "recherches" dans des domaines considérés cruciaux par les idéologues nazis. Parmi les victimes se trouvaient des naturalistes de renommée internationale comme le Dr Kurt Priemel, qui fut obligé de démissionner de son poste de Président de l’International Society for the Protection of the European bison. Grâce à l'intervention personnelle d'Herman Goering, Heck fut imposé à un poste important dans ce prestigieux organisme international. Mme Erna Mohr dont les travaux servent jusqu'à nos jours de référence dans le domaine de la biologie et de l'histoire du Bison d'Europe fut écartée de ses fonctions à la direction du the Pedigree Books. Heck confia cette tâche importante et prestigieuse à l'un de ses jeunes assistants, peu qualifié mais, contrairement à Mme Mohr, qui lui était dévoué et était un nazi bon teint.

 

2. Les nazis étaient dans une position critique au niveau international, leur politique ne trouvait guère d’ouverture à l’extérieur et l’armée allemande n’était pas encore prête pour entreprendre une guerre et "partir à la conquête" du monde. L'opinion publique internationale, qui a connaissance des menaces qu’ils font peser sur les pays voisins, des répressions antisémites et de l’assassinat des opposants politiques en Allemagne leur est profondément hostile. Plusieurs scientifiques et hommes de lettres, combattent ouvertement le système nazi et appellent au boycott de l’Allemagne, parmi eux se trouvent Albert Einstein, Salomon Waksman et Thomas Mann. Les idéologues et les politiciens nazis comprennent le danger que représente l'isolement politique de l'Allemagne qui va de pair avec la consolidation du mouvement antifasciste à l'étranger. Il leur faut à tout prix, mobiliser tous les moyens pour minimiser la "mauvaise image" du Reich et crédibiliser sa politique. Heck, est l’homme providentiel, puisqu’il est capable par "ses travaux" de cautionner ses collègues du NSDAP. Démontrer le savoir faire et les mérites de l'Allemagne nazie dans le domaine de la protection de la nature est un atout indispensable pour légitimer ce régime. Mais Heck, dans l'orchestration de la propagande pro nazie destinée à l'étranger va encore beaucoup plus loin. Il tentera de "prouver" que grâce à Hitler la protection de la nature n’est plus un vain mot et que dorénavant, elle est effective. Il s'engage dans une série de campagnes de manipulations sans précédent, qui ont pour premier objectif la désinformation et la falsification de données scientifiques et historiques. Il préparera le Nazi Pedigree Book[9] des Bisons d'Europe ou tout le mérite de la sauvegarde du bison d'Europe, contrairement à la réalité historique, doit être attribué à l'Allemagne et plus précisément à Hitler[10]. C'est le début de guerre qui va retarder l’élaboration de ce livre. Les dirigeants du Reich se souciaient alors peu de leur image et ils attribuaient beaucoup moins d'importance à ce travail. La victoire des alliés mettra définitivement fin au Nazi Pedigree Book contrairement aux autres supercheries de Heck, comme celle du faux-aurochs qui perdure.

 

3. Redorer le blason des nazis  à l'étranger n'était pas la seule préoccupation de Heck. Il rendra d’importants services à la propagande qui voulait justifier auprès du peuple  allemand sa politique de répressions. Le pangermanisme et surtout l'idéologie du "retour vers les sources" en ont été la clé de voûte. Le pouvoir totalitaire nazi,  avait besoin de l’assentiment de la population. Ce n'étaient évidemment pas la liberté d’expression,  les élections,  ou les droits de l'homme qui étaient à même de justifier le nouvel ordre établi. Les théories raciales justifiaient l’élimination des "races inférieures" ou "des races dégénérées". Seuls quelques individus devaient être épargnés et réduits en esclavage au service de  "la race supérieure".

Heck a travaillé de façon intensive sur les deux aspects qui concourraient à démontrer la "supériorité germanique". Comme zoologiste, c’est l’un des plus importants scientifiques nazis qui s’impliqua dans la justification des théories racistes (voir ses préoccupations sur la conception de la dégénérescence des races et des espèces). Son autre scoop, a été de ressusciter une espèce disparue, omniprésente dans la mythologie et dans l'histoire germanique. "Modestement", à plusieurs reprises, il déclarera que ressusciter ce "descendant au sang pur des antiques habitants des forêts germaniques" n'a été possible que grâce à la bienveillance et à l’intérêt que portait personnellement à son travail, le führer Adolphe Hitler et le Reichmarechal Herman Goering. 

Les activités de Heck durant cette période, étaient bien connues des spécialistes et elles furent vivement critiquées après la guerre. Une seule phrase publiée (en anglais) de Jan Zabinski [11] est significative, "l'intention de Heck a été de convaincre  la nation, que sous la tutelle  du Führer, toutes les anciennes valeurs germaniques y compris celles qui englobent la nature vont être régénérées".

 

4.   Après l'invasion de la Pologne par la Wermacht,  Heck, se rendit immédiatement dans ce pays pour  imposer  "l’ordre nouveau" et  "les anciennes valeurs germaniques". Sa vache, avait pour mission de jouer le rôle de l'aurochs qui "ressuscite" à Bialowieza, grâce à la victoire de la Wermacht et à la "politique éclairée du Führer". Accompagné de l'appareil de propagande, protégé par unités de SS en raison du risque que faisait courir les "polnische banditen"[12] sur "le retour de l'aurochs", Heck  introduisit  quelques unes de ses vaches dans la nature[13]. La mascarade idéologique que constituait la  supercherie de la réintroduction de ces faux-aurochs, n'était pas la seule raison de sa "venue" en Pologne. Il préparera soigneusement, organisera et surveillera le pillage des prestigieuses collections naturalistes, d’animaux rares en provenance des élevages et des résultats de recherches scientifiques. Il connaissait bien les travaux des zoologistes polonais faits avant la seconde guerre, sur l’élevage des chevaux primitifs[14], des bisons d'Europe, ainsi que les recherches sur les véritables  aurochs. Dans ces domaines, les chercheurs polonais jouissaient d’une renommée internationale. Sans le moindre scrupule, il s’appropriera  leurs collections et leurs travaux. Ces vols programmés et  organisés ne peuvent être considérés comme un pillage ordinaire de biens, ni même comme  un simple de vol de recherches scientifiques. Dans le programme politique des nazis, la  Pologne devait cesser  d’exister. Heinrich Himmler demandera à un groupe de "scientifiques" allemands de préparer un plan   d'occupation de l'espace situé à l'Est du "Stabshauptamt Planung und Boden". Cet objectif  passait par l’élimination systématique des slaves, cette extermination était programmée avec précision et devait intervenir immédiatement  après celle de la population juive. L’élimination physique des habitants du territoire polonais était indispensable, pour assurer le lebensraum "espace vital" nécessaire à la "race supérieure". La destruction de toutes  traces de la culture polonaise et l’élimination de l'intelligentsia étaient le premier pas, qui devait mener à bien,  la réalisation de cette politique. Les prémices commencèrent en septembre 1939, à la  suite de (l’) operatzionen sonderkommando A,  les professeurs de l'Université de Cracovie furent déportés à Sachsenchausen, les professeurs de l'Université de Lvov, exécutés juste après la prise de la ville par l'armée allemande. La destruction des institutions scientifiques (y compris des collections naturalistes) et la falsification des sources historiques faisaient partie de ce même programme. Tous ces éléments doivent être pris en compte pour  avoir un aperçu de l’étendue des activités criminelles du nazi  Heck[15].

 

Le point de la recherche allemande sur le passé nazi de Heck et sur  l'histoire du "faux-aurochs"

 

     Le passé nazi de Heck n’a  jamais été un mystère. Tout ceux qui  s’intéressent à l'histoire de la zoologie de cette période connaissent le véritable caractère de ses "recherches". Il existe un travail remarquable, publié dans Der Bär von Berlin, revue berlinoise, consacré au travail de ce personnage au sein du parti  nazi. L'article de M. Kai Artingen s’intitule : Lutz Heck: Der "Vater der Rominter Ure" Einige Bemerkungen zum wissenschaftlichen Leiter des Berliner Zoos im Nationalsozialismus et est paru dans le n°43 en 1994. Il est répertorié sur différentes bases de données et figure également dans des bibliographies scientifiques (dont celle de la prestigieuse revue ISIS). Cette revue, est facilement accessible en France. Le travail fait par M. Kai Artingen est connu des spécialistes. L'auteur a pris soin d'analyser les publications de Heck dans la presse nazie. Il a également effectué des recherches dans les archives allemandes. Nous sommes surpris que cette étude ait échappée aux spécialistes qui travaillent aujourd’hui sur "l’aurochs de Heck". Ce travail fourmille d’indications très utiles, ainsi M. Kai Artingen a enquêté auprès des zoologistes et des institutions qui furent les victimes des vols organisés par Heck. L'article est accompagné d’une  photo de Heck en compagnie de son ami et collègue du  NSDAP, le reichmarechal Hermann Goering, ce cliché a été  pris au cours d’une rencontre de hauts fonctionnaires nazis sur le terrain. L'autre photo représente la page d'une revue nazie Völkischer Beobachter (du 13 mars 1940) ou dans un article Nationalparks für Grossdeutschland,  Heck explique son credo politique sur le nazisme et la protection de la nature.

                       Qu'apprenons-nous de l'étude de M. Kai Artingen?

1. Les relations des frères Heck ainsi que celles de leur  père Ludwig Heck avec les nazis étaient très étroites et de longue date. Dans la recommandation qu’il fait, Ludwig Heck, souligne que son fils est un "jeune nazi exemplaire". A plusieurs reprises les hautes autorités nazies décernèrent des distinctions aux trois membres de la famille Heck. Plusieurs documents des archives nazies montrent que les frères Heck, Hermann Goering et même Adolphe Hitler entretenaient des liens d’amitié étroits. Ces documents apportent la preuve  que ces relations sont à l'origine de la "carrière scientifique fulgurante" de Heck.

 

2. Lutz Heck était membre des SS depuis au moins 1933, (avant cette date  l’organisation était semi-secrète,  on ne peut que supposer  sa présence au sein des SS avant cette date)[16].  Il était membre de diverses organisations nazies comme "Deutschen Arbeitsfront",  "NS-Volkswolhart", "Volksbundes f.d. Deutschtum i. Ausland", "Reichskulturkammer "Reichsluftschutzes" et "Kolonialbund(es)", dans cette dernière, il était très actif, et fervent partisan du  "retour" à l'Allemagne des colonies. Son appartenance à cette organisation remet en question le  but officiel de ses voyages en Afrique : celui d’effectuer  des observations faunistiques. Nous avons tout lieu de supposer que ces voyages dissimulaient des missions de renseignements destinés aux services secrets nazis (P.D. et J.A.). Le voyage qu’il a effectué dans les années trente au Canada avait été organisé sur ordre personnel de Hermann Goering. Heck était également proche collaborateur de H. Himmler. Il était son conseiller politique  pour les pays d’Europe Centrale et Orientale occupés par l’Allemagne nazie.

 

3. Une partie des "recherches de Heck" (dont celles sur le "faux-aurochs")  ont été  organisées à la demande des SS et financées par les fonds spéciaux.

 

4. Le faux-aurochs  était l’animal symbolique du 3ème  Reich. Il était  lié au culte nazi qui prônait le retour des anciennes valeurs germaniques. Là, était la principale raison de la création de cette nouvelle race et de son introduction dans la nature[17].

 

5. Heck a travaillé pour des périodiques de  propagande nazie et pour des journaux   SS comme "Freude am Leben-Bilderzeitschrift des Reichsbundes für Biologie", "Das Schwarze Kops" . A plusieurs reprises, il publiera ses "articles scientifiques" dans les revues destinées à la formation des cadres des S.S. 

 

6. L’objectif de Heck était de valoriser par la propagande les idées nazies. Le parc zoologique était également utilisé à ces fins, les installations pour   animaux servaient de support aux croix gammées et aux insignes nazis. Plusieurs manifestations nazies, notamment  pendant les jeux olympiques de Berlin ont été organisées dans ce parc zoologique. Celui-ci était devenu non seulement "un parc zoologique nazi  modèle" mais également l’un des plus importants centres de propagande de "la guerre idéologique". La présentation des animaux devait également entrer dans la logique "germanique nationale soxialiste", et sortir du cadre de la "zoologie classique".

 

 

8. Heck programma et organisa des vols d’animaux et de collections non seulement à Bialowieza et dans les Parcs Polonais, mais également dans divers autres pays occupés. Il fit main basse sur la  réserve  d’Askania-Nova en Ukraine où il vola une grande partie des animaux dont le troupeau de chevaux de Przewalski. Le Parc Zoologique de Kiev n’échappa pas lui non plus à ses pillages.

 

9. Heck était un personnage d’une telle importance,  qu'au moment de la  défaite de l'armée allemande, il fut  évacué en priorité afin de ne pas être fait  prisonnier par l'armée russe.



[1]Par ailleurs, il faut signaler que l'usage de ce nom est même illégal en France car le nom "aurochs de Heck" n’a pas été fort heureusement  retenu par la Commission Nationale d'Amélioration Génétique (CNAG) pour la dénomination de cette race bovine récente. Nous avons tout lieu de supposer,  que le nom aurochs de Heick a été écarté à la suite d’un courrier que nous avions adressé au Ministère de l’Agriculture.

[2]voir Guintard C. "L'aurochs-reconstitué ; réflexions, travaux, actions, perspectives" dans On en parle encore Courrier de l'environnement de l'INRA n°34 -1998

[3]même aujourd'hui il est très difficile d’avoir accès aux archives sur les scientifiques criminels nazis. Victor Farias dans son excellent ouvrage Heidegger et le nazisme (Ed. Verdier 1987) rend compte de ces difficultés. Il ne lui a pas été possible de   consulter les manuscrits qui se trouvaient à la Deutsche Literatur Archiv de Marbourg. L'usage de ces manuscrits à des fins scientifiques n'est pas autorisé. Cet auteur n'a également pas réussi à consulter les documents relatant les interrogatoires de Heideger par les militaires français juste après la guerre. De nombreux documents qui concernent  les activités de Heck ne commencent seulement maintenant à être connus voir Deichmann U. 1994. Biology under National Socialism: Archives in Germany and Poland.Mendel. Newslett /4

[4]voir par exemple Vetulani T., 1948 O regeneracji tarpana lesnego w Puszczy Bialowskiej (Sur la régénération du tarpan forestier dans la forêt de Bialowieza). Roczniki Nauk Rolniczych i Lesnych (Annales des sciences agronomiques et forestières) Poznan.

[5]  Rappelons que cet organisme utilise toujours le nom "aurochs de Heck" dans diverses publications, dans les plaquettes distribuées et sur son site Web et que son sigle est l’abréviation de Syndicat International pour l’Elevage, la Réintroduction et le Développement de l’Aurochs de Heck.

[6]voir Guintard C. L'aurochs en Pologne : disparition et "réintroduction" dans Animaux perdus, animaux retrouvés: réapparition ou réintroduction en Europe occidentale d'espèces disparues de leur milieu d'origine, Colloques d'histoire des connaissances zoologiques n°10, Liège 1999

[7]Cité d'après Biologie et "doctrine de la race" dans Science et politique sous le Troisième Reich Serge Guérot ed. Ellipses. Voir également Stein, G. 1988 Biological Science and the roots of the nazism. Amer. Scient. N°76;  Bäumer-Schleinkofer, A. 1995 Nazi biology and schools. Frankfurt.; Bütner M. 1992 Wissenschaft und Musik unter dem Einfluss einer sich änderen Geisteshaltung.  Brockmeyer. Macrakis K. 1993 The survival of Basic Biological Research in National Socialist Germany. Journal of the History of Biology 26/3 et  Deichmann, U. 1992 Biologen unter Hitler, Vertreibung, Karrieren Forschung. Campis Verlag Francfort/ New York

[8]voir Falz-Fein Waldemar von 1930 Askania Nova, Ed. J. Neumann-Neudamm Berlin. Heck est valorisé non seulement dans  les pages de ce livre, mais il est également l’auteur de la  préface de cet ouvrage qui se préoccupe plus de la  gloire de l'armée allemande que de  la réserve d'Ascania Nova.

[9]le faux-aurochs et le faux-tarpan ne sont pas les seules fraudes scientifiques de Heck

[10]Bien que l'action de restauration de la population des bisons a été d’ampleur internationale, elle se déroula en Pologne grâce à l'initiative de naturalistes polonais, qui se sont servis de  l'expérience américaine dans le domaine d'élevage de bisons.  Les naturalistes allemands ont joué  un rôle très important dans la restauration de la population des bisons d'Europe,  rappelons que cette opération s’est déroulée  longtemps avant que les nazis ne prennent le pouvoir. De plus les personnages clés dans la participation allemande ont été  comme Kurt Priemel et Erna Mohr persécutés par Heck et écartés de leurs fonctions.

[11]Heck's purpose was to persuade the nation that under the Führer all ancient Germanic features regenerate, including nature. Zabinski Jan 1960 The European bison. Stade Council for Conservation of Nature, Poland, Varsovie.

[12]c’est ainsi que les organes de propagande  allemande décrivait la résistance

[13]Nous n'avons pas réussi comprendre comment ces faits peuvent être ainsi décrits: "Lutz Heck envoya des représentants de son troupeau dans les forêts  de l'Est de l'Allemagne, en Pologne" (Guintard C. Aurochs reconstitué, un descendant du Bos primegenius ? dans Aurochs, Le retour, aurochs, vaches et autres bovins de la préhistoire à nos jours Ouvrage collectif Lons-le-Saunier, 1994

[14]L'équipe du professeur Vetulani a réussi avant la guerre à sélectionner parmi les chevaux primitifs des individus qui mutent et avec des pelages qui blanchissent en hiver. Ce caractère était considéré comme atavique et comme une qualité "sauvage". Heck n’est jamais parvenu  à obtenir ce résultat. Il les donc volés en abusant de sa position dans le système nazi lors de l’occupation de la Pologne.

[15] Il règne chez des auteurs  une "amnésie" qui touche à certaines des activités dérangeantes de Heck. Ce phénomène est caractéristique chez plusieurs d’entre eux. Dans les biographies et les notes élogieuses  qui sont consacrées à ce nazi,  il existe systématiquement un "étrange" trou au sujet de ses activités  pendant la deuxième guerre mondiale (voir Zoll Alfred Lutz Heck sen. 75 jahre in Nachrichten aus des saugetierforschung 1967). Plusieurs auteurs préfèrent "oublier" le nom de Heck, qui fut directeur du parc zoologique de Berlin. Il est totalement absent  dans la grande monographie consacrée à l'histoire du Parc Zoologique du Berlin Der Grosse Tiergarten in Berlin: Folkwin Wendland seine Geschichte und Entwickling in fünf Jahrehunderten 1993 Berlin Gebr. Mann 1993. Les autres auteurs nous informent : Dathé (dans son Manuel d'élevage de l'aurochs) nous indique, qu'après la dernière guerre, l'influence des frères Heck sur les zoos allemands diminua et que nombre d'entre eux ne produisirent plus de "nouveaux aurochs", allant même jusqu'à retirer leurs effectifs. " (Guintard C. Aurochs reconstitué, un descendant du Bos primegenius ? dans Aurochs, Le retour, aurochs, vaches et autres bovins de la préhistoire à nos jours Ouvrage collectif Lons-le-Saunier, 1994).Ce n'est que tout récemment que les activités de Heck commencent a intéresser les historiens voir,  Artingen K., Heck Lutz: Der "Vater der Rominter Ure": Einige Bemerkungen zum wissenschaftlichen Leiter des Berliner Zoos im Nationalsozialismus. Bär von Berlin 43/1994.

[16]Heinz Heck était également l'homme de confiance des hautes autorités des SS.

[17] M. Kai Artigen est coauteur de l'ouvrage Tierdarstellung im Imperialismus.

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1 - dans Aurochs
commenter cet article

commentaires