Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 14:51

Heck,bouffon pitoyable et sanguinaire

 

 

Lorsqu’en 1996 nous avons commencé à nous intéresser à la vache de Heck, il nous a été rapporté que nous n’arriverions pas à prouver que ce sinistre personnage était un criminel de guerre nazi directement impliqué dans les persécutions de populations civiles. Et pour cause, lors de l’avancée des armées alliées, Heck avait pris soin de détruire les archives qui auraient pu le compromettre. Or, ce qu’apparemment les admirateurs actuels de Heck ignoraient, c’est qu’une partie des archives a échappé à la destruction. Depuis la parution de notre travail, Heck intéresse de plus en plus de chercheurs aux USA, en Allemagne, en Pologne, Russie... et même en France. 

Nous avons ainsi appris :

1. Que le brillant professeur Heck, s’est vu refusé par trois fois son doctorat. Il ne l’a obtenu que grâce aux relations que son père entretenait avec le pouvoir. En 1934, dans un article paru dans Terre et Vie (édité par la société d’acclimatation de France) sont relatées les fameuses expériences de Heck dont Goering était si fier et qui consistait à recréer le bison d’Europe en le croisant avec le bison du Canada[1], de Pologne et du Caucase. Bien entendu et déjà à cette époque les expériences de Heck était non seulement considérées par les spécialistes comme ridicules mais également comme dangereuses puisqu’elles pouvaient mettre en péril la sauvegarde du bison européen.

2. Qu’en 1943, sous la tutelle de Heck grand défenseur des droits des animaux et écologiste notoire, les nazis ont « relâchés » trois ours à  Bialowieza. Nous avons mis relâché entre parenthèses parce que ces animaux n’étaient pas originaires de cette région. Les ours avaient été « confisqués » à des gitans roumains montreurs d’ours, avant leur départ vers les camps de la mort. Ni les hommes, ni les ours n’ont résisté au traitement du professeur Heck.

 

3. Au cours de cette même période Heck afin d’asseoir son autorité et de pouvoir mener à bien ses opérations de pillage a été l’instigateur de plusieurs centaines d’exécutions faites parmi les populations civiles. Celles-ci ce sont déroulées dans le Parc Askania Nova en Ukraine. Ces exécutions lui ont permis d’éliminer bon nombre d’opposants afin de pouvoir voler tranquillement les chevaux de Przewalski. C'est en raison de ces exécutions qu’il a été recherché par les pays de l’Est en tant que criminel de guerre. Comme on le voit, Heck n’était pas uniquement un théoricien, chargé de démontrer avec son pseudo aurochs la supériorité de la science allemande et de justifier les théories raciales nazies. C’était également un criminel directement impliqué dans la déportation de populations et l’exécution systématique d’opposants.

 

4. Lors de l’avancée des troupes alliées et afin de laisser le moins de trace possible, Heck a été l’un des responsables chargés de détruire les documents du ZOO de Berlin. Ceux-ci répertoriaient les animaux volés par les nazis dans les pays occupés.

 

 

 

(les 2 dernières informations proviennent d’un article consacrés aux derniers jours du ZOO de Varsovie -Gazeta Stoleczna nr 155, (Warszawa)993/07/06, page nr. 6

 

Les premières réactions que nous avons constaté, c’est que chez admirateurs de ce bovin, le H. qui désigne Heck dans le sigle de l’association SIERDA(H) a disparu. Le nom de Heck est apparemment moins employé.

Il nous a été également rapporté que notre travail a porté préjudice à ce bovin (à sa commercialisation probablement).

Il nous semble important de préciser :

que nous n’avons rien contre cette vache, ni même contre les promoteurs de ce que nous appelons une fumisterie nazie, dont le but était de participer à la justification de la solution finale (déportation des juifs, tsiganes, slaves, homosexuels ainsi que l’éliminations des handicapés). En revanche, il nous est insupportable de voir un bovin domestique présenter au grand public sous l’appellation mensongère d’aurochs, en omettant de dire que celui-ci est porteur d’IBR (voir notre dossier) et sans rappeler les raisons de sa création par les nazis.

Nous insistons spécialement sur le fait que dissimuler volontairement des informations essentielles sur cet animal constitue un mensonge par omission (puisque tous les spécialistes ou éleveurs de ces animaux ont eu connaissance de notre travail et que personne à ce jour n’a contesté son bien fondé). Il est également insupportable de voir les admirateurs des frères Heck glorifier leur passé en occultant leur implication directe dans l’appareil nazi, ainsi que les raisons et le contexte dans lesquels se sont déroulés ces pseudo-reconstructions, ces omissions volontaires constituent ipso facto une forme particulièrement pernicieuse de révisionnisme historique puisqu’elle est indécelable par la majorité de nos concitoyens.

 

 

 

 

 

 

                                            Faux aurochs de Heck

 

                                    Questions sans réponse  à ce jour 

 

 

 

 

 

1°) Le SIERDAH, tente de se justifier en disant qu’il n’est pas dans ses objectifs de faire l’éloge du nazisme et des frères Heck nazis notoires, dans ce cas :

 

-  pour quelles raisons, utilise-t-il dans ses nombreuses communications, pour présenter cet animal, le nom de Heck ? (voir internet, le site de l’école vétérinaire de Nantes et celui du SIERDAH).

 

Le sigle de cet organisme, est sans ambiguïté, il ne laisse planer aucun doute ni sur les objectifs recherchés, ni sur les motivations, (syndicat international pour l’élevage et la réintroduction de l’aurochs de Heck). Cet organisme se propose de « réintroduire »(sic) un animal qui n’a jamais existé et qui n’est qu’un bovin obtenu à partir de métissages récents. Aujourd’hui, le SIERDAH a modifié son intitulé en français, il s’annonce comme syndicat international pour l’élevage la reconnaissance et le développement de l’aurochs-reconstitué. En anglais et en allemand la définition reste toujours la même.

 

 

 

2°) Cet organisme dispose, d’après nos correspondants étrangers de moyens financiers importants puisqu’il a été fait état lors des négociations pour l’introduction de ce  bovin en Pologne de sommes de l’ordre de plusieurs millions de dollars. L’élevage de ces bovins* ne peut générer de profits de cet ordre :

 

- quelles sont les origines de ces fonds ?

 

 

 

3°)  Pour quelles raisons, lorsque les promoteurs associent cet animal à Heck, occultent-ils toujours :

 

a - le passé nazi de Heck et les fonctions importantes qu’il occupait dans l’appareillage            politique du 3ème Reich ? (rappelons que celui-ci était considéré comme le führer de la nature !).

 

b - les raisons et les circonstances qui ont amené les frères Heck à faire ce métissage ? 

 

 

 

4°) Quelles sont les réponses qu’apportent cet organisme aux graves accusations formulées par les instances politiques et professionnelles polonaises ? à savoir :

 

a)  le Ministère de la Protection de la Nature et des Ressources Naturelles de la République Polonaise a jugé ridicule le projet d’introduction du faux aurochs  (souligné par P.D et J.A) en Pologne.

 

 b) Le Conseil National de la Protection de la Nature de la République Polonaise dans un communiqué signé de son Président M. le professeur Zbigniew Glowacinski, qui s’est appuyé sur les opinions de ses experts dont parmi eux celle de M. le professeur Z. Pucek de l'Institut des Etudes de Mammifères, membre de l'Académie Polonaise des Sciences, Président du Bison Specialist Group SCC/IUCN et du Dr. J. Raczynski de l'Université de Bialystok, dans son communiqué celui-ci a donné un avis défavorable sur le :

 

"projet d'élevage et croisement de bovins au nord-est de la Pologne sous la dénomination malhonnêtede  réintroduction d'aurochs" (souligné par P.D. et J.A.).  Pour justifier les raisons de sa décision la commission a souligné :

 

Le caractère malhonnête de cette opération, puisqu’au regard de nos connaissances actuelles de la génétique, il est  impossible de reconstituer une espèce disparue, dans ce cas de figure, il s’agit bien évidemment d'une nouvelle race bovine et non d'aurochs.

 

c) La Commission  a également évoqué les dangers  que comportaient ce projet dans une zone de restitution de bisons (parmi ceux-ci, la possibilité de transmission d’épizooties bovines vers la faune sauvage ne peut être écartée P.D. et J.A), l'incompétence professionnelle des institutions qui ont été désignées pour exécuter ce projet, l’absence d'un programme scientifique et le risque écologique que peuvent présenter des introductions irresponsables d’animaux dans la nature. Les experts ont souligné également que  les buts et les moyens de ces élevages demeurent obscurs (souligné par P.D. et J.A.).

 

d) Quelles explications donnent le SIERDAH, sur la mort prématurée et mystérieuse d’animaux qui a été constatée ? Pour quelles raisons cette information n’apparaît-elle pas ni dans la présentation de cet animal,  ni dans "l'offre" faite à la Pologne (ceci est particulièrement grave puisqu’il est impossible d’exclure des risques épidémiologiques. Ceci nous fait dire dans un courrier adressé à Monsieur le Ministre de l’Agriculture :

 

Nous savons que la population de ce bovin est porteuse de rhinotrachéite infectieuse bovine (IBR). Pour cette raison le Conseil de l’Europe a fait la recommandation suivante : Exclude the Heck cattle from the regulations aiming to declare the Dutch livestock free from IBR (cow fever). Les recherches actuelles démontrent que cette maladie virale est facilement transmissible (par les tiques, voir l’article de Taylor et all in Science) par l’intermédiaire de diverses autres espèces : les putois, les furets (Smith P.C. 1978), les buffles  (Hedger et all, les yaks (Zhang-Huixue 1987), les cervidés, les lapins (Lupton et all. 1979). Cette information de première importance était absente dans la documentation du projet destinée à l’exportation et au relâchement de ces vaches dans la nature en Pologne. Pourtant, ce projet irresponsable (terme utilisé par les experts polonais du Conseil National  de la Protection de la Nature), fort heureusement a été rejeté par les autorités polonaises. Celui-ci entre autres  présentait de graves risques sanitaires à savoir la transmission de l'IBR vers la faune sauvage et la création de « nouveaux réservoirs » de virus. La population de cette race bovine est actuellement porteuse d’une maladie virale grave sans qu’il en soit fait état sur les sites de présentation de ce faux-aurochs (comme à Rambouillet). Nous trouvons cette dissimulation d’informations essentielles pour le moins surprenante émanant de personnes titulaires d’un diplôme en sciences vétérinaires.

 

 

 

Que répond le Sierdah, à l’analyse que fait Monsieur le Professeur Zbigniew Glowacinski de l’Académie des Sciences de Pologne, qui s’exprime ainsi sur cet animal dans une lettre qu’il nous adresse :

 

Avec M. le Professeur Pucek, nous nous sommes opposés très fortement aux idées malades, (traduction littérale) qui consistaient à vouloir développer en Pologne de telles expériences commerciales, qui viennent en droite ligne des expériences de Heck. Nous vous rappelons que celles-ci auraient pu mettre en péril la restitution du Bison d’Europe (souligné par P.D et J.A).

 

Je sais que le Ministère en s’appuyant sur notre opinion à rejeté ce projet.

 

Je vous remercie vivement pour votre livre, qui relate cette histoire du « retour de l’Aurochs de Heck » et de la démagogie qui en ressort aujourd’hui. Votre livre messieurs, est sans aucun doute un commentaire de grande valeur, et nous vous devons pour votre travail toute notre estime.

 

- Que devons-nous penser des contradictions évidentes dans les propos du Ministre de l’Agriculture (courrier du 3 août 2000)

 

Le 16 décembre 1996, le Syndicat international pour l’élevage, la réintroduction et le développement de l’Aurochs de Heck (SIERDAH) dépose un dossier pour la reconnaissance officielle, en tant que race bovine, de l’Aurochs de Heck.

 

Le 1er juin 1997, vous informez le ministère de l’agriculture et de la pêche du passé nazi des frères Heck.

 

Le 29 décembre 1997, après avis de la Commission nationale d’amélioration génétique (CNAG), le bureau de la génétique animale informe Monsieur Guintard, Président du SIERDAH, que l’appellation d’Aurochs de Heck pose deux problèmes :

 

« - un problème de rigueur scientifique, dans la mesure où ces animaux ne sont pas des Aurochs, qui ont disparu au 17ème siècle.

 

- un problème possible d’éthique, puisque selon Messieurs Daszkiewicz et Aikhenbaum les frères Heck auraient joué un rôle important dans les milieux scientifiques nazis ».

 

En réponse, le 12 janvier 1998, Monsieur Guintard propose l’appellation « d’Aurochs-reconstitué » ; cette proposition est acceptée par la CNAG en tant race bovine....

 

Cette réponse appelle quelques commentaires :

 

Le Ministre reconnaît que ces animaux ne sont pas des aurochs, la CNAG a néanmoins donné son accord pour l’appellation « aurochs-reconstitué », comment cet organisme qui dépend du Ministère de l’Agriculture concilie-t-il les problèmes de rigueur scientifique avec l’utilisation de ce nom ?

 

Quant aux problèmes d’éthique, comment les services du ministère de l’agriculture expliquent-ils avoir accepter comme interlocuteur un organisme dont l’objectif est de réhabiliter un criminel de guerre nazi, qui fait de surcroît la promotion d’une supercherie scientifique nazie ?

 

- dans ce même courrier monsieur Glavany nous dit :

 

 qu’en 1999, après avoir recueilli l’avis de la CNAG autorité compétente, le ministère de l’agriculture et de la pêche a refusé de reconnaître le SIERDAH comme organisme tenant un livre généalogique, au motif que, dans cet acronyme le « H »  signifiait Heck.

 

Or, nous pouvons voir en consultant en consultant le site internet  www.brg.prd.fr/brg/pages/rga/bovins/6_som :

 

que le SIERDAH tient effectivement l’arbre généalogique de cet animal et de plus cette race bovine (issue de bovins domestiques) est considérée comme sauvage.

 



* 2000 en Europe en se rapportant à un reportage fait par la presse, chiffre certainement exagéré, les américains parlent quant à eux de 300 animaux. Il est fort probable que le chiffre réel oscille aux alentours de 500. En France d’après les données qui nous ont été transmises l’effectif total se situerait entre 173 et 202 animaux.

 



[1] Toutes ces expérimentations entraient directement dans le cadre de l’institution du national socialisme prônant l’amélioration et la diffusion de la race aryenne, celles-ci consistaient entre autres à l’extermination des porteurs de mauvais gènes et à la reproduction de tous les porteurs du sang pur aryen. De ce discours découle la nécessité par les nazis « race supérieure » de sauver l’humanité de la dégénérescence et de la guider vers la voie du progrès. E.Fisher- Le problème de la race et la législation raciale allemande ; Etat et Santé. Cahier de l’Institut allemand 1942 n°4. Fernand Sorlot.

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1 - dans Aurochs
commenter cet article

commentaires