Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 17:04

 

 

 

 

Pour ne plus continuer de pisser idiot,

petit tour d’horizon des troubles (bénins) de la prostate par la phytothérapie. 

 

La prostate, est une glande sexuelle. A l’âge adulte son poids se situe aux environs de 15 à 20 grammes. Le poids ainsi que le volume de la prostate augmente avec l’âge fait pression sur l’urètre et la vessie et peut ainsi entraîner des troubles miction. Ce problème affecte à des degrés divers 50 % des hommes de 60 ans et plus, ce pourcentage augmente puisque les hommes à 80 ans en sont dans leur majorité touchés.

 

Les symptômes

 

Les symptômes suivants s'expliquent par les résidus d'urine qui irritent la vessie :

-                                 envies d'uriner de plus en plus fréquentes de jour comme de nuit.

-                                 Les mictions douloureuses.

-                                 Sensation de vidage incomplet de la vessie et gouttes retardataires.

-                                 Difficulté à uriner et faiblesse du jet urinaire.

 Il est à noter que la stagnation d’urine dans la vessie peut entrainer la compression de l’urètre.

Comment contrôler le plus naturellement possible les troubles liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate (HPB) ?

 

déconseillés : à consommer avec modération : alcool, vin (blanc), bière, champagne, charcuterie, triperie, abats, gibier, rognons, viandes grasses, plats en sauce, conserverie, graisses animales, frites, fritures - plats cuisinés, beurre cuit, sucre, pâtisseries - excès de sel, salaison, café, fromages forts, mayonnaise, diminution de consommation des produits laitiers.

 

 

aliments à privilégier : l’oignon, l’ail, la fraise, les fruits mûrs, l’orange, le citron, le pamplemousse, le cerfeuil, le persil, tomate, carotte, pêche, abricot, cerise, riz complet, potiron, courge, salades scaroles laitues etc.

cuisine simple, d’une manière générale préférer la cuisson à l’étouffer et les aliments crus, légumes, fruits assaisonné avec de l’huile d’olive, privilégier toutes les huiles de première pression à froid (diététique ou rayon spécialisé des grandes surfaces).

Dans l’ensemble, il y a lieu d’avoir une consommation alimentaire modérée et de perdre du poids.   

 

thé vert - lait de soja fermenté

L’association suivante est recommandée par quelques auteurs : Huile de pépin de courge par cure à raison d’une cuillerée à soupe/jour (peut-être utilisée en assaisonnement dans les salades).

 

L’huile d’Onagre

Le pollen (de seigle et de saule) à raison de 1 à 2 cuillerées à soupe par jour –

jus de myrtilles (de préférence sauvage rayon bio)

Pygeum africanum (prunier d’Afrique) -

Serenoa repens - Palmier nain  Saw palmetto

 

Activité physique indispensable 

 

Oligo-éléments 

zinc - cuivre

manganèse – cobalt

(une ampoule de chaque en alternance un jour sur deux – durée moyenne 3 à 6 mois)

 

 

Prévention

 

Il est impossible de prévenir le développement de l'HBP. Toutefois, en prévention de l'aggravation des symptômes, quelques mesures peuvent être adoptées qui peuvent en réduire notablement les inconvénients.

 

La prévention par l'alimentation

En limitant ou en éliminant :


- les boissons et l’eau en soirée afin d'éviter les levers nocturnes pour uriner;
- le café et l’alcool, qui augmentent la production d'urine et irritent la vessie;
- les épices et autres condiments, à cause de leur effet irritant;
- les gras saturés, qui stimulent la production de testostérone;
- les aliments raffinés et particulièrement ceux riches en sucres rapides;
- le stress en raison du fait que les hormones produites lorsqu'on est stressé donnent envie d'uriner plus fréquemment;
- les températures froides, qui entraînent une rétention urinaire et peuvent augmenter l'urgence d'uriner;
- les charges trop lourdes à soulever, les changements de position brusques;
- les infections urinaires.

En augmentant ou en préférant :


- l’eau prise en grande quantité en cours de journée, permet de nettoyer et drainer la vessie - les fruits et les légumes frais, riches en fibres et en antioxydants : ils luttent contre la constipation et les radicaux libres;
- les acides gras mono et polyinsaturés (retrouvés entre autres dans l'huile d’olive et l’
huile d’onagre - les aliments à base de soja : les isoflavones qu'ils contiennent pourraient contribuer à conserver une bonne santé de la prostate;
- la marche et des activités physiques régulières limitent la rétention d’urine;
 en résumé :

- Vous choisirez des fruits et légumes frais de saison de bonne qualité si possible biologique.

- Préparez vos menus en fonction de la saison.

- Évitez, les plats préparés, les conserves et toutes les préparations alimentaires industrielles. Elles contiennent des colorants, des conservateurs, des émulsifiants, des anti oxygènes, des stabilisants, des arômes artificiels, des épaississants, gélifiants, agents de texture, agent de sapidité…

- Diminuez (ou mieux supprimez) les sucres rapides (boissons sucrées — pâtisseries, alcool),

- Consommez abondamment des légumes crus assaisonnés à l’huile d’olive. Donnez une part importante aux choux, betteraves, carottes, oignon, persil, olives, et des fruits (prunes, coings, dattes, figues, raisins)

- Mangez de l’ail à tous les repas, l’ail à un pouvoir antioxydant. De nombreuses études soulignent que c’est un préventif sur des pathologies cardiaques, de maladies circulatoires, ainsi que celles liées au vieillissement. L’ail réduit de manière significative les risques de cancer du sein et de la prostate, et freine l’apparition de tumeurs. Les travaux faits par l’université du Michigan montrent son action bénéfique sur le cancer de l’estomac.

- Consommez amandes, noisettes, dattes, figues et faites une consommation abondante de fruits secs.

- N’oubliez pas de mettre au menu du millet, du blé, de l’orge (traditionnellement cultivées sur l’île depuis des millénaires), accompagné de pois, de vesce et de lentilles. Enfin :

- réduisez la consommation de produits carnés

- privilégier les poissons sardines, thon

- mangez toujours en quantité raisonnable.

- évitez de manger des plats trop chauds ou glacés.

 

Le lait fermenté de soja

Les résultats de recherches soulignent que le lait de soja fermenté par les micro-organismes Bifidobacterium breve, contient plus d’isoflavones que le lait de soja non fermenté.

 

attention à certains médicaments. Il est bon de mentionner à son médecin tous les médicaments que l'on prend. Certains peuvent aggraver l'HPB, comme les antihistaminiques, les diurétiques, les antispamodiques, les tranquillisants et certains types d'antidépresseurs.

 

La phytothérapie

L’efficacité clinique des extraits de plantes sur l’amélioration des symptômes de l’HBP est reconnue depuis longtemps, surtout en Europe (Allemagne). Ils ont l’avantage de ne pas occasionner d’effets secondaires très marqués, hormis des troubles mineurs d'irritation gastrique. Les plantes suivantes peuvent réduire les symptômes de l'HBP chez certains, et réduire parfois la taille de la prostate.

Les baies de palmier nain (Serenoa repens).

a fait l'objet de nombreux essais cliniques. Les résultats d'une étude publiée en 2000 faite sur 2 859 sujets ont confirmé l'efficacité du palmier nain pour réduire les symptômes et troubles associés à l’HBP, tout en diminuant  notablement la taille de la prostate. Les résultats sont similaires à ceux obtenus à l’aide de médicaments de synthèse et ne présentent que peu ou pas de contre indications.


 Les racines d'ortie (Urtica dioica).

Pour les problèmes urinaires liés à l'HBP, de nombreux auteurs recommande la prise par voie interne des racines d'ortie (gélules, tisanes, extraits, teintures mères etc.)

 Les pépins de courge.

Elles sont composées de 30 % à 50 % d'huile, d'acides gras palmitiques, stéariques, oléiques et linoléiques.

A consommer sous forme d’huile (disponible en rayon diététique) à raison d’une cuillerée à soupe/jour. Sous forme de graine à raison de 2 à 3 cuillerées à soupe/jour.

Huile de pépins de courge : riche en vitamine B., elle est sédative et légèrement laxative. Indiquée dans l’insuffisance rénale, les troubles de la prostate, les insomnies, le diabète, les inflammations urinaires, la dysenterie, les troubles cardiaques.

Le prunier d’Afrique (Pygeum africanum).

Toutes les études faites à double insu le démontrent que le Pygeum africanum  était nettement plus efficace qu'un placebo pour soulager les symptômes de miction liés à l’H.B.P. Il a été démontré que dans la majorité des cas testés le Prunier d’Afrique réduit le volume de la prostate à une action anti-inflammatoire et améliore la qualité des mictions. Le pygeum qui a fait l'objet d'études cliniques contient des quantités notables de bêta-sitostérol.

A prendre  sous forme de gélules, en teinture mère ou autres.

 

Les combinaisons de plantes

La combinaison de baies de palmier nain et de racines d'ortie. Les extraits de ces plantes sont de plus en plus utilisés en combinaison pour traiter les problèmes caractéristiques de l'HBP, avec des résultats positifs. Une étude à double insu portant sur 543 sujets a même démontré qu'une telle combinaison (240 mg d'ortie et 320 mg de palmier nain par jour) était aussi efficace que le finastéride, un médicament de synthèse classique utilisé pour le traitement de l'hyperplasie bénigne de la prostate. Le pygeum est souvent combiné à d'autres plantes pour combattre l'HBP, notamment avec le palmier nain, l'ortie et les graines de courges.

Le pollen de fleurs

Particulièrement cités les pollens de saule et de seigle.

 

Dans les combinaisons :

 

Le curcuma (Curcuma longa)

Les composés phénoliques en abondance dans le curcuma ont des  effets bénéfiques pour la santé. Ils fonctionnent comme de puissants antioxydants, la curcumine a des propriétés anticancéreuses mises en évidence par de nombreux chercheurs. Cette plante est de la même famille que le gingembre. Extraite du rhizome de la plante, la poudre de curcuma est bien connu dans la médecine ayurvédique et chinoise  pour soigner de nombreuses pathologies : problèmes gastro-intestinaux, céphalées, infections diverses, rhinites etc. Le curcuma est déjà mentionné dans un herbier assyrien datant d’environ 600 ans avant Jésus-Christ. Il est également cité dans le traité du célèbre médecin grec Dioscoride «Sur la matière médicale».

 

Un puissant antioxydant

La curcumine, extraite du curcuma, est un puissant antioxydant qui apporte une protection efficace, elle a de multiples propriétés : abaisse les niveaux de cholestérol,  réduit les risquesde développement de cancers et de maladies cardiaques. Le curcuma présente un intérêt du point de vue gustatif, mais également un intérêt significatif pour la santé.  

 

 

 

 

Une étude récente faite par le Department of Urology, University of Florence, via dell'Antella 58, 50011 Florence, Italie - souligne que les extraits de plantes, notamment Serenoa repens (palmier nain), Urtica dioica (ortie)  associés à la curcumine (curcuma) et à la quercétine (Des personnes souffrant  d’inflammation chronique de la prostate (prostatite)  ou des voies urinaires ont constaté un soulagement significatif de leurs symptômes après avoir pris des doses de 500 mg de quercétine, 2 fois par jour, pendant 1 mois, elle diminuerait également les risques de cancer du pancréas) administrés à des patients affectés de troubles prostatiques, ceux-ci ont vu leur état s’améliorer dans des proportions notables par rapport à ceux du groupe témoin. 

 

D’autres chercheurs obtiennent des résultats similaires avec l’association suivante :

Serenoa repens + Urtoca dopica + Pinus pinater.

 

Au cours des travaux que nous avons consulté et qui touche au traitement phytothérapeutique des troubles de la prostate nous trouvons le plus fréquemment cités :

 

Serenoa repens -  Pygeum africanum – Urtica dioica – Curcuma longa – Quercétine.

 

 Cités également :

Zingiber officinale (gingembre) – Piper nigrum (poivre noir) - Labisia pumila (plante ligneuse originaire de Malaisie) - Phyllanthus amarus - Alpinia galanga - Averrhoa bilimbi – Epilobe - Thuya - Genièvre - Cyprès - Canneberge - Bouleau - Bruyère.

 

Jean Aikhenbaum

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes
commenter cet article

commentaires

Sébastien 09/12/2016 10:02

bonjour, concernant le traitement des troubles de la prostate doit on associer l'ensemble de ces produits (Serenoa repens - Pygeum africanum – Urtica dioica – Curcuma longa – Quercétine.) et suivant quelles quantités et posologies ?