Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 13:31

 

 

Les Rythmes Biologiques

 

Piotr Dazkiewicz

 

Jean Aikhenbaum

 

 

 

 

 

 

Les organismes ne s’adaptent pas seulement à l’espace mais également à la structure du temps. Bien avant l’invention de l’horloge, l’homme savait se réveiller à une heure précise. En outre, il n’ignorait rien du rythme des vies des animaux domestiques.

 

 

 

Aujourd’hui, rares sont ceux, qui sans l’aide d’un réveil savent s’éveiller au moment désiré. Nous ne pouvons fournir aucune explication précise quant à ce phénomène. Nous connaissons de nombreux exemples d’horloge biologique fonctionnant aux divers niveaux d’organisation de la vie. Il est impossible de décrire l’homéostasie (en physiologie, tendance des organismes vivants à maintenir constants leurs paramètre biologiques face aux modifications du milieu extérieur) sans prendre en compte les phénomènes de périodicité et de temps. Pline l’Ancien, né à Côme en 23 après J.C auteur d’une Histoire Naturelle, vaste compilation de 37 ouvrages, disait « Il semble que la nature crie au laboureur, pourquoi regardes-tu le ciel ? Je t’ai donné des plantes qui t’indiquent les heures.

 

 

 

 

Une plante originaire de Madagascar, Kalanchoe blossefidiana, ouvre ses fleurs le matin et les referme le soir. Ce rythme est maintenu même en absence de lumière. Une plante indienne Desmodium gyrans, dénommée plante télégraphe, offre la particularité de feuilles qui se tournent à chaque minute,  la rapidité de ce mouvement fait de cette plante un modèle pour les études des biorythmes.

 

 

 

Il est vrai que des plantes portent des noms qui soulignent  cette particularité : la dame de onze heures Ornitholagum umbellatum, la belle de jour, Convovulus tricolor, la belle de nuit Mirabilis jalapa.

 

On peut également rappeler les efforts de nos ancêtres pour inventer une horloge florale devenue désuète depuis l’apparition de l’horlogerie. A Uppsala en Suède, Carl von Linné naturaliste du 18ème siècle proposa une horloge basée sur des fleurs s’ouvrant à diverses heures précises :

 

Le liseron des haies Convolvulus sepium à 3 heures

 

Le salsifis Tragopogon porrifolius à 4 heures

 

La chicorée Cichorium intybys à 5 heures

 

Le nénuphar Nymphea alba à 7 heures

 

Le mouron rouge Anagallis arvensis à 8 heures

 

Le souci des champs Calendula offinalis à 9 heures

 

L’ornithogale Ornathogalum umbellatum à 11 heures

 

La scille marine Urginec maritima à 14 heures

 

Le silène nocturne Silene noctiflora à 17 heures

 

Le Grand cierge péruvien Cereux peruvians à 20 heures

 

Le liseron rouge Ipomea pupurea à 22 heures.

 

 

 

D’autre tentatives ont vu également le jour, celle de Meeuse qui élabora une horloge biologique odorante et celle de Maryland qui conçut une horloge composée exclusivement de graminées.

 

Nous rencontrons les phénomènes liés à l’horloge biologique dans tous les grands groupes d’organismes. C’est ainsi qu’ils sont présents dans les divisions cellulaires des levures, dans la luminescence des algues du pacifique (Gonyaulax olyera), ainsi que dans les nombreux événements du métabolismes des insectes et des animaux (reproduction, hibernation etc.) réglés comme les rouages d’une belle comtoise.

 

L’horloge biologique règle également divers processus de la biologie humaine. C’est le cas par exemple de la cytogénétique qui étudie la structure des chromosomes à l’état normal et à l’état pathologique ainsi que les caractères et les maladies héréditaires. Les rythmes sont synchronisés avec le cycle de 24 heures de la rotation de la terre. L'horloge biologique gouverne aussi divers processus de la biologie humaine qu'il est important de bien connaître. La  base cytogénétique de l'horloge, comptent  parmi les facteurs régulateurs, on sait que de   nombreuses pathologies sont causées par son mauvaise fonctionnement.   Les rythmes sont synchronisés par  cycle de 24 heures, qui correspond à celui de la rotation terrestre. Mais lors d'expérimentations, dans les souterrains ou pendant la nuit polaire,  malgré l'absence  d'indicateurs du temps qui s'écoule,   l'homme garde son horloge naturelle. Seules les périodes des rythmes s'allongent et atteignent des valeurs de 25 heures  qui correspondent aux  rythmes circadiens.

 

 

 

La nature nous donne trois cycles primaires :

 

- le jour, qui correspond à la durée d'une rotation terrestre,

 

- la lunaison qui est un peu différente du mois, qui est la durée d'une révolution de la Lune autour du Soleil

 

- l'année qui est la révolution de la terre autour du Soleil.

 

Il est évident que toute la vie dépend des   cycles dont nous venons de vous parler. Il est également évident que chaque jardinier doit tenir compte du calendrier et adapter ses  travaux en fonction de ceux-ci. Là encore, rien ne saurait remplacer votre observation et votre intuition, puisque de nombreux paramètres entrent en compte.  Ils sont fonction de la plante, du caractère du sol, de la position géographique de votre jardin, de votre micro climat etc.  La  question que vous pourriez vous poser à juste titre est la suivante :

 

pour quelle raison  utiliser  des calendriers   astrologiques et non un calendrier classique ?  Les travaux doivent être effectués à un moment précis  mais pourquoi définir ce moment à partir des figures zodiacales et non à l'aide de nos calendriers  ?  Les calendriers zodiacaux, se servent de  différents  termes comme :  lune proche de la terre, lune éloignée de la terre, automne lunaire, printemps lunaire. Or, ces moments correspondent  à  des périodes de l'année, aisément déterminables  avec un calendrier ordinaire puisqu'elles correspondent à des  mois comme mars, janvier, avril etc. Nous avons tout lieu de croire que ce charabia inaudible,  ne dissimule  que le désir  de vendre à l'aide d'un langage incompréhensible un objet d'une utilité pour le moins douteuse.

 

Nous sommes donc extrêmement réservés,  d'autant plus,  que les auteurs des "calendriers astronomiques" se basent  dans leur  majorité sur des comptes totalement faux. En effet,  les répercussions des mouvements planétaires dont ils se servent sont inexacts. Ainsi,  ils ne varient pas leur calendrier en fonction de  la position géographique du lieu des cultures.

 

Nous pensons qu’une étude qui se veut sérieuse  doit  donner toutes les informations  nécessaires afin que celles-ci puisent être mises en pratiques. 

 

Pour cette raison,  nous avons décidé de ne pas publier ni   de  recommander de calendrier astrologique.  L'utilisation de votre calendrier classique est suffisant, et rempli parfaitement son rôle.

 

 

 

La lune et son influence :

 

Nous sommes sceptiques, quant aux influences astrologiques sur la croissance des végétaux.  Puisqu'ainsi que nous venons de vous le dire, les astro-jardiniers, font appel à des calendriers dont on peu sans difficulté contester l'exactitude. En revanche, nous nous devons  faire état de l'utilisation par les anciens de la position de la lune  dans les travaux de jardinage.

 

La lune est avec le soleil, l'astre qui a marqué toutes les cultures. Son utilisation  persiste de nos jours. De nombreux calendriers ont été et sont encore lunaires, tel est le cas pour le calendrier hébraïque. La lune symbolise la transformation et la fécondation. Elle est l'opposée complémentaire du soleil, qui amène à maturation. Elle a charge  d'accompagner la terre dans la phase germinative. Pluies, rosées, mouvements des mers sont pour les anciens de son ressort. Dans les pathologies humaines, elle est également très influente, puisqu'elle est censée régler nos humeurs.

 

Gallien, célèbre médecin de l'antiquité a été le premier à constater que les crises d'épilepsie étaient plus fréquentes en période de pleine lune.

 

Elle porte aussi, le signe de puissance et de renaissance.

 

Le jardinage n'échappe pas, pour les anciens auteurs à l'influence de la lune, voici quelques conseils que vous pourrez facilement appliquer, nous les empruntons à un ouvrage ancien anonyme du British museum :

 

Le 2ème jour après la lune croissante,  il est bon d'entreprendre des voyages en mer et de semer des graines.

 

Cette technique a été affinée, ainsi vous pourrez  :

 

- en lune croissante, deux jours avant la pleine lune  vous sèmerez toutes plantes dont vous récoltez les feuilles ou les fruits, comme les choux fleurs, les brocolis, les haricots verts, les salades, les fraises, les courgettes etc.

 

-  en lune descendante, 2 jours après la pleine lune, les légumes racines, pommes de terre, navets, oignons, ail etc.

 

Vous pourrez également utiliser la lune descendante, pour éviter que les légumes aériens précoces montent en graine.

 

Toutefois, dans quelques régions  ces règles subissent quelques aménagements ainsi, des jardiniers préconisent de semer les carottes en lune croissante. Cette règle inverse est également appliquée pour deux autres légumes, les pois et les laitues qui doivent être semés en lune décroissante.

 

Il est possible de trouver encore des anciens jardiniers qui ne sèment et ne plantent qu'en vielle lune et jamais en nouvelle lune, ceci afin d'éviter les montées en graines précoces.

 

Dans le même esprit, l'arrachage  des mauvaises herbes se fait en lune décroissante.

 

Si vous désirez conserver votre récolte plus longtemps et éviter qu'elle ne pourrisse, vous devez faire cette opération au moment ou la lune est la plus basse. C'est à dire, le jour avant qu'elle ne commence son ascension.

 

Comme vous le constater, les anciens jardiniers se contentaient d'observer la lune, pour faire leur travail et appliquaient des recettes parfois contradictoires.

 

De nombreux dictons populaires accompagnent toutes ces règles. Nous vous conseillons de faire des semis comparatifs et de juger par vous-même du bien fondé de ces affirmations.

 

 

 

Cellules, vieillissement et horloge biologique

 

Toutes les recherches sur le vieillissement doivent prendre en compte le "phénomène de Hayflick". Ce chercheur américain a découvert en effet, que les cellules se caractérisent par le nombre  limité de divisons. Autrement dit,  nos cellules  sont  mortelles et  notre horloge biologique est définie par le nombre de divisions qui nous est attribué (pour l'homme entre quarante et soixante-dix divisions). Hayflick a même réussi à démontrer que le nombre maximal du doublement de la population cellulaire était proportionnel à la durée maximale de  vie chez  quelques espèces.

 

Certaines cellules échappent au phénomène de Hayflick. C'est le cas des cellules cancéreuses et de certaines cellules animales, comme celles des rongeurs par exemple (encore un argument en faveur des adversaires de l'extrapolation de l'expérimentation animale à l'homme). 

 

   Plusieurs  observations provenant du monde animal et végétal peuvent être utiles pour comprendre les processus du vieillissement. Chez le champignon Podospora, le vieillissement peut être contagieux et il peut être transféré d'un organisme à un autre. On a découvert qu'il est dépendant de l'ADN mitochondrial. Michael Rose, en effectuant des  croisements avec des  mouches qui avaient une forte longévité, a obtenu des individus  vivant deux fois plus longtemps que les autres individus de la même espèce. L'un  des gènes responsables de cette longévité exceptionnelle a même été trouvé. On a découvert  que l'environnement (la radiation et les facteurs chimiques) peut influer sur le vieillissement. Les études sur le phénomène de néoténie (toute la vie d'un organisme se passe dans le stade juvénile, la maturation n'arrive que dans  certaines conditions extrêmes), des vertébrés (comme les axolotes) peuvent nous aider comprendre la complexité du problème. Enfin, nous ne savons encore que très peu de choses sur la perception que l'homme a du temps. Perception subjective et dépendante de la température ambiante qui plus est.

 

   Il est  intéressant d'étudier le vieillissement à partir  de la théorie évolutionniste,  car d'après la conception de la sélection naturelle, les mécanismes  donnent la prépondérance  aux individus  jeunes (capables de se reproduire). Les gènes qui codent (s'ils existent) la destruction de la vie pourraient  être sélectionnés s'il est prouvé qu'ils avantagent  les individus jeunes. Ainsi, la nature pourrait favoriser les gènes qui codent les hormones  de  reproduction et qui en même temps sont responsables de l'augmentation de risques de cancer chez les individus âgés. Le vieillissement fait également  l'objet de spéculations des évolutionnistes du dix-neuvième siècle. Pour certains, ce phénomène est lié à la reproduction sexuelle (les cellules somatiques paient pour les cellules reproductives). Pour d'autres, la responsabilité est  la spécialisation cellulaire. Enfin, les physiologistes-evolutionistes  proposent l'hypothèse que celui-ci est défini par la   taille adulte des  animaux  car, pour certains physiologistes (phénomène observé chez le poisson), le vieillissement commence au moment où s'arrête  la croissance, car les régulateurs  fonctionnent toujours. Les autres pensent que le vieillissement est en rapport avec l'utilisation de l'oxygène  (oxydant puissant) comme matériel énergétique par notre corps.

 

  La biologie moderne a proposé plusieurs conceptions pour expliquer les causes et les mécanismes du vieillissement. Il existe une théorie selon  laquelle la mort est codée dans l'ADN et  c'est l'exécution de ce programme génétique qui nous fait vieillir et mourir. Leslie Orgel  propose "la théorie des catastrophes par erreur", d'après laquelle les erreurs de  production des protéines font vieillir nos  cellules. Les erreurs peuvent être le résultat d'une accumulation de mutations génétiques, qui entraînent l'incapacité d'une bonne synthèse proteinique par  l'apparition de protéines inertes (donc incapables d'assurer leurs fonctions normales), usées par  le dépérissement  des biocatalyseurs chargés de l'élimination des déchets  moléculaires. La perte de la capacité d'auto-réparation de l'ADN est pour d'autres chercheurs la cause principale du vieillissement. On parle également de la modification de la concentration hormonale et du déclin du système immunitaire (pour certains biologistes c'est la cause unique du vieillissement). Toutes les conceptions dégénératives du vieillissement prennent en compte  les conditions environnementales qui modifient le fonctionnement du métabolisme,  les radicaux libres et la radioactivité. Il est évident que nous sommes aux antipodes   d'une théorie unique.

 

Tant qu'une  conception viable du vieillissement n'aura pas été proposée, tous les remèdes anti-vieillissement (de plus en plus nombreux) ne peuvent avoir qu'un effet superficiel, c'est-à-dire qu'ils ne sont capables que de  diminuer certains risques environnementaux (pollution par les radicaux libres,  par l'action des antioxydants,  mais même dans ce cas, il ne faut pas oublier que notre propre organisme produit également des radicaux libres).

 

 Le vieillissement est peut être inhérent à la nature et dans ce cas, il est préférable de l'accepter.  Aldous Huxley dans son roman After Many a Summer montre des hommes pluricentenaires (grâce à la consomation d'entrailles de carpes). Ils paient cette longévité par une régression physiologique et mentale qui les fait régresser à l'état de singes. C'est une vision plutôt optimiste des conséquences éventuelles de l'intervention humaine dans le patrimoine génétique et évolutionnel.

 

 

 

Pouvons-nous éviter la dégradation de nos capacités mentales?

 

 

 

  La dégradation du système nerveux est pour l'homme l'une des plus pénibles conséquences de son  vieillissement. Pouvons-nous échapper à cette dégradation souvent si humiliante ? Les études sur le comportement humain montrent que le vieillissement ne s'accompagne pas obligatoirement de la perte de nos facultés intellectuelles.

 

Bernard Shaw qui écrivait encore à l'âge de 94 ans en est un bon exemple. Les personnes qui ne souffrent pas de maladies neurodégénératives (comme les maladies d'Alzenheimer ou  de Parkinson) compensent les  pertes de certaines régions cérébrales. Le cerveau dispose de réserves toujours mal connues de la science.  Il arrive fréquemment  que   les personnes âgées perdent une partie de leur agilité  intellectuelle,   mais  en revanche elles conservent intactes leurs performances.  Bien évidemment,  les modifications observées dans la physiologie et l'anatomie du cerveau se répercutent sur tous les organes. Les processus sont aggravés au cours des maladies neurodegeneratives. Mais les médecins ont souvent des difficultés pour distinguer le début de ces maladies du vieillissement naturel. De plus, nous ne connaissons ni les causes ni les mécanismes de ces pathologies. Les dernières découvertes permettent de dire qu'il est possible que certaines maladies, dont l'Alzheimer, sont liées aux mutations de l'ADN, qui se produisent dans le gène qui code le précurseur de la protéine beta-amyloïde (les malades du syndrome de Down ont une copie supplémentaire du chromosome contenant  ce gêne ). La science ignore encore tout du rôle de ce précurseur. On ne comprend toujours pas par quel processus se déroule le  vieillissement  du cerveau.

 

 Par contre, on connaît les origines des modifications du vieillissement nerveux et les facteurs qui les favorisent.

 

  Le nombre total des neurones  diminue avec l'âge. Mais l'organisme semble être capable de corriger cette perte par la croissance des dendrites. Les autres phénomènes qui accompagnent le  vieillissement du cerveau sont: la dégradation des cellules gliales, les modifications structurales du cerveau, la dégradation du mécanisme d'auto-réparation des cellules neuronales, le vieillissement des lipides des membranes cellulaires  (conséquences de l'action des radicaux libres), les changements des molécules de l'espace intra-neuronal et  le vieillissement des enzymes qui synthétisent les neuromédiateurs.   Les chercheurs américains ont réussi à démontrer que l'oxydation des enzymes cellulaires détériore les facteurs intellectuels. Mais chez les animaux, cette détérioration semble être heureusement réversible.

 

   L'une des questions principales est de savoir si notre mode de vie modifie notre  processus de vieillissement et accélère la détérioration du système nerveux.  Les chercheurs de l'Université de   l'Utah ont démontré l'effet bénéfique des exercices physiques sur la préservation des capacités mentales. Par contre, les drogues semblent avoir une action néfaste ainsi que la dépendance à certains médicaments comme le valium, les anxiolytiques et stimulants.

 

   Le rôle du régime alimentaire est encore mal exploré et mal connu. On sait qu'un régime peu calorique retarde la dégénérescence des neurones. On a démontré également l'action bénéfique de certains antioxydants (comme  la vitamine E). Mais la grande majorité de ces résultats est issue de  l'expérimentation animale.  Il faut donc être prudent quant à  leur interprétation et  à l'extrapolation des résultats sur l'homme. 

 

 

 

Comment être en harmonie avec son horloge biologique !

 

 

 

Les organismes vivants s'adaptent à l'espace,  mais également à la structure du temps. Bien avant l’invention de  l’horloge, l'homme savait se réveiller à une heure bien précise. De plus, il observait les rythmes de vie des animaux. Certains d’entre nous savent encore se réveiller à l'heure désirée sans l’aide de réveille-matin. Nous  ne disposons d'aucune explication valable pour expliquer ce phénomène. Nous connaissons de nombreux exemples d'horloge biologique qui fonctionnent sur les divers niveaux d'organisation de la vie. Il est impossible vivre sans prendre en compte les phénomènes de temps et de périodicité. L'horloge biologique gouverne divers processus de la biologie humaine. On connaît actuellement la base cytogénétique de l'horloge, mais également certains  facteurs régulateurs et les nombreuses pathologies causées qui découlent de son dysfonctionnement. Les sels de lithium sont capable de ralentir l'horloge on les utilise pour soigner les dépressions endogènes. Les rythmes sont synchronisés sur le cycle de 24 heures de la rotation terrestre. Mais à plusieurs reprises on a observé que dans les conditions de manque de "donneurs de temps" dans les souterrains ou durant la nuit polaire l'homme garde son horloge biologique naturelle. Mais les périodes des rythmes s'allongent et atteignent  25 heures (rythmes circadiens).

 

 

 

Comment utiliser les biorythmes pour notre santé?

 

 

 

Le facteur temps est primordial dans diverses maladies. Les états de  dépression se caractérisent par leur forte périodicité. Le plus souvent, elles se manifestent au mois d'octobre-novembre et au mois de mars. On suppose que la diminution de la lumière solaire est une des causes de l'interruption du fonctionnement de l'horloge biologique de l'homme et porte la responsabilité de la dépression. Si cette hypothèse est juste, on pourra remplacer les médicaments antidépresseurs, dont la nocivité n’est plus à démontrer par une thérapie par la lumière. D'où le conseil de se promener et de  s’exposer de façon modérer à la lumière du soleil, notamment  au début de l'automne et pendant l'hiver. La lumière solaire à une action particulièrement intéressante dans la stimulation des pulsions sexuelles. Ce phénomène s’observe chez de nombreuses espèces. Elles commencent dès la fin de l'hiver au moment ou les jours s'allongent. Cette période s'étend  jusqu'à la mi-automne, pour régresser en hiver. Il nous semble  nécessaire de souligner, que ce n’est pas le rayon solaire proprement dit qui permet d’accentuer les stimuli sexuels, mais uniquement le degré d’ensoleillement. Les effets obtenus par exposition indirecte sont  supérieurs à ceux d'une exposition directe.

 

La  luminosité a une action physique. Elle augmente  le débit sanguin dans la région pelvienne son action directement stimulante sur les organes génitaux, favorise l’érection masculine et chez la femme concoure au processus de lubrification vaginale.

 

Son action sur le psychique est indéniable. L’exposition modérée au soleil favorise la détente. Elle est également prépondérante pour vaincre les inhibitions sexuelles, provoquées par le stress et les angoisses d’origines diverses.

 

Les meilleurs effets s’obtiennent lors des expositions matinales. 

 

(en aucun cas le cabinet de bronzage ne peut remplacer la lumière naturelle, car  leurs  ondes sont de différentes longueurs qui de plus sont appliqués de manière agressive pour nos cellules et peuvent même être cancérigènes).

 

 

 

L'action des nombreux médicaments dépend du moment de leur application, car la sensibilité des cellules et des tissus varient pendant  la journée. Le même médicament appliqué à des heures différentes peut avoir une action différente, mais avoir des effets secondaires plus prononcés. La réaction de l'organisme sur l'histamine est plus forte le soir et  plus faible le matin. Le dosage des remèdes anti-inflammatoires doit donc être modulé en fonction de ces paramètres (ceci est également valable pour les remèdes naturels!). Ce dosage doit tenir compte et être  en relation avec la périodicité  du travail du foie et des reins. On s’est aperçu que la solution des médicaments dans le sang variait en fonction de leur horaire d’administration. Par exemple l'aspirine est beaucoup plus efficace le soir que le matin.

 

La sensibilité des cellules normales et cancéreuses varie différemment dans la journée. Tous les traitements anticancéreux doivent tenir compte et être effectués dans la période d'hypersensibilité de ces cellules. De plus les risques de  destruction des cellules normales diminuent pendant cette même période. Malheureusement, les médecins négligent l'importance des phénomènes biorythmiques. Le médecin examine son patient quelques instants, souvent du point de vue de l'horloge biologique à un moment défavorable pour effectuer un  diagnostic. D’où l'importance de notre observation. Mais vous pouvez également attirer l'attention de votre médecin traitant sur ce phénomène! Certains chercheurs supposent que l'analyse des variations périodiques de la pression sanguine des nouveau-nées permet prévoir les maladies de l’âge adulte. Les enfants caractérisés par des variations journalières importantes de pression sanguine sont exposés à l’âge adulte à des crises cardiaques, à l’hypertension, à des maladies  rénales. Les prises régulières de tension et un régime alimentaire convenable peuvent diminuer les facteurs de risques de façon significative.

 

 

 

Nous pouvons rencontrer des phénomènes liés à l'horloge biologique  dans tous les  grands groupes d'organismes. Les divisions cellulaires des levures, la luminescence des algues du Pacifique Gonyaulax polyedra. Ce phénomène se rencontre dans le  métabolisme des insectes et des animaux en général, reproduction, l'hibernation sont réglés par le temps qui s'écoule.  

 

L'horloge biologique gouverne aussi divers processus de la biologie humaine qu'il est important de bien connaître. La  base cytogénétique de l'horloge, comptent  parmi les facteurs régulateurs, on sait que de   nombreuses pathologies sont causées par son mauvaise fonctionnement.   Les rythmes sont synchronisés par  cycle de 24 heures, qui correspond à celui de la rotation terrestre. Mais lors d'expérimentations, dans les souterrains ou pendant la nuit polaire,  malgré l'absence  d'indicateurs du temps qui s'écoule,   l'homme garde son horloge naturelle. Seules les périodes des rythmes s'allongent et atteignent des valeurs de 25 heures  qui correspondent aux  rythmes circadiens.

 

La nature nous donne trois cycles primaires :

 

- le jour, qui correspond à la durée d'une rotation terrestre,

 

- la lunaison qui est un peu différente du mois, qui est la durée d'une révolution de la Lune autour du Soleil

 

- l'année qui est la révolution de la terre autour du Soleil.

 

Il est évident que toute la vie dépend des   cycles dont nous venons de vous parler. Il est également évident que chaque jardinier doit tenir compte du calendrier et adapter ses  travaux en fonction de ceux-ci. Là encore, rien ne saurait remplacer votre observation et votre intuition, puisque de nombreux paramètres entrent en compte.  Ils sont fonction de la plante, du caractère du sol, de la position géographique de votre jardin, de votre micro climat etc.  La  question que vous pourriez vous poser à juste titre est la suivante :

 

pour quelle raison  utiliser  des calendriers   astrologiques et non un calendrier classique ?  Les travaux doivent être effectués à un moment précis  mais pourquoi définir ce moment à partir des figures zodiacales et non à l'aide de nos calendriers  ?  Les calendriers zodiacaux, se servent de  différents  termes comme :  lune proche de la terre, lune éloignée de la terre, automne lunaire, printemps lunaire. Or, ces moments correspondent  à  des périodes de l'année, aisément déterminables  avec un calendrier ordinaire puisqu'elles correspondent à des mois comme mars, janvier, avril etc. Nous avons tout lieu de croire que ce charabia inaudible,  ne dissimule  que le désir  de vendre à l'aide d'un langage incompréhensible un objet d'une utilité pour le moins douteuse.

 

Nous sommes donc extrêmement réservés,  d'autant plus,  que les auteurs des "calendriers astronomiques" se basent  dans leur  majorité sur des comptes totalement faux. En effet,  les répercussions des mouvements planétaires dont ils se servent sont inexacts. Ainsi,  ils ne varient pas leur calendrier en fonction de  la position géographique du lieu des cultures.

 

Nous pensons qu’une étude qui se veut sérieuse  doit  donner toutes les informations  nécessaires afin que celles-ci puisent être mises en pratiques. 

 

Pour cette raison,  nous avons décidé de ne pas publier ni   de  recommander de calendrier astrologique.  L'utilisation de votre calendrier classique est suffisant, et rempli parfaitement son rôle.

 

La lune et son influence :

 

Nous sommes sceptiques, quant aux influences astrologiques sur la croissance des végétaux.  Puisqu'ainsi que nous venons de vous le dire, les astro-jardiniers, font appel à des calendriers dont on peu sans difficulté contester l'exactitude. En revanche, nous nous devons  faire état de l'utilisation par les anciens de la position de la lune  dans les travaux de jardinage.

 

La lune est avec le soleil, l'astre qui a marqué toutes les cultures. Son utilisation  persiste de nos jours. De nombreux calendriers ont été et sont encore lunaires, tel est le cas pour le calendrier hébraïque. La lune symbolise la transformation et la fécondation. Elle est l'opposée complémentaire du soleil, qui amène à maturation. Elle a charge  d'accompagner la terre dans la phase germinative. Pluies, rosées, mouvements des mers sont pour les anciens de son ressort. Dans les pathologies humaines, elle est également très influente, puisqu'elle est censée régler nos humeurs.

 

Gallien, célèbre médecin de l'antiquité a été le premier à constater que les crises d'épilepsie étaient plus fréquentes en période de pleine lune.

 

Elle porte aussi, le signe de puissance et de renaissance.

 

Le jardinage n'échappe pas, pour les anciens auteurs à l'influence de la lune, voici quelques conseils que vous pourrez facilement appliquer, nous les empruntons à un ouvrage ancien anonyme du British museum :

 

Le 2ème jour après la lune croissante,  il est bon d'entreprendre des voyages en mer et de semer des graines.

 

Cette technique a été affinée, ainsi vous pourrez  :

 

- en lune croissante, deux jours avant la pleine lune  vous sèmerez toutes plantes dont vous récoltez les feuilles ou les fruits, comme les choux fleurs, les brocolis, les haricots verts, les salades, les fraises, les courgettes etc.

 

-  en lune descendante, 2 jours après la pleine lune, les légumes racines, pommes de terre, navets, oignons, ail etc.

 

Vous pourrez également utiliser la lune descendante, pour éviter que les légumes aériens précoces montent en graine.

 

Toutefois, dans quelques régions  ces règles subissent quelques aménagements ainsi, des jardiniers préconisent de semer les carottes en lune croissante. Cette règle inverse est également appliquée pour deux autres légumes, les pois et les laitues qui doivent être semés en lune décroissante.

 

Il est possible de trouver encore des anciens jardiniers qui ne sèment et ne plantent qu'en vielle lune et jamais en nouvelle lune, ceci afin d'éviter les montées en graines précoces.

 

Dans le même esprit, l'arrachage  des mauvaises herbes se fait en lune décroissante.

 

Si vous désirez conserver votre récolte plus longtemps et éviter qu'elle ne pourrisse, vous devez faire cette opération au moment ou la lune est la plus basse.

 

Comme vous le constater, les anciens jardiniers se contentaient d'observer la lune, pour faire leur travail et appliquaient des recettes parfois contradictoires.

 

De nombreux dictons populaires accompagnent toutes ces règles. Nous vous conseillons de faire des semis comparatifs et de juger par vous-même du bien fondé de ces affirmations.

 

A plusieurs reprises des expériences ont été faites dans des conditions sans possibilité de repères, ainsi l ‘on s’est aperçu que l’homme vit à un rythme voisin de celle de l’horloge naturelle. Les périodes des rythmes s’allongent et passent à 25, 26, 27, 28 heures suivant le cas, alors que le rythme circadien est de 24 heures.

 

 

 

Et dans la santé humaine ?

 

Le facteur temps est primordial en ce qui concerne l’apparition de diverses pathologies. Les états dépressifs se caractérisent par une forte périodicité. Le plus souvent, la dépression se manifeste en octobre – novembre et en mars. Diverses hypothèses ont été émises, il est plus que probable que le manque de lumière perturbe le fonctionnement de l’horloge biologique interne, si cette hypothèse s’avérait juste, il sera possible de remplacer les médicaments anti-dépressifs par une thérapie à base de lumière. L’action de nombreux médicaments dépend également du moment de la prise. La sensibilité des cellules et des tissus varie au cours de la journée. Le même médicament pris à des heures différentes peut occasionner des réactions différentes et également des effets secondaires plus marqués. L’histamine (amine dérivée de l’histamine que l’on trouve dans l’ergot de seigle) est plus importante le soir que le matin. A partir de cette logique, les dosages des remèdes anti-inflammatoires  devraient  tenir compte des horaires des prises. Ce dosage se différencie en fonction du travail périodique du foie et des reins. L’aspirine quant à elle, est plus efficace le soir que le matin.

 

La sensibilité des cellules normales et cancéreuses varie au cours de la journée. Tous les traitements anti cancéreux devraient être effectués en tenant compte de la période d’hypersensibilité des cellules. Hélas, la plupart des médecins négligent l’importance de ces rythmes.

 

Des chercheurs supposent que l’analyse des variations périodiques de la pression sanguine des nouveaux nés permet de prévoir les maladies qui surviendront à l’âge adulte. Si la variation est au cours de la même journée importante, les enfants risquent à l’âge adulte d’être exposés à des crises cardiaques, à l’hypertension et aux maladies rénales. Il suffit au thérapeute d’orienter les choix alimentaires de son patient pour diminuer ces risques. Des études ont été faites sur la périodicité et les variations temporelles du processus physiologique et de  la théorie du chaos.  Les recherches sur la dynamique des processus physiologiques démontrent que les systèmes qui dépendent du système nerveux manifestent une dynamique chaotique. La perte de la structure chaotique (retour aux normes ?) peut caractériser divers états pathologiques ; épilepsie, maladie de parkinson, dépressions. Il est également à noter que dans certaines leucémies le même phénomène s’observe avec une numérotation régulière des globules blancs.

 

Peut-on attendre que ces recherches soient rapidement prises en compte en thérapie. Peu probable. Les travaux sur la structure temporelle et la dynamique des processus physiologiques sont menés en grande partie par des physiciens et des biologistes… spécialistes des invertébrés. Il faut probablement voir là, le désintérêt de nos médecins des phénomènes qui touchent à l’horloge biologique.

 

 

 

Sources :

 

Chaos et fractales en physiologie humaine – Ary Golberger et all, Pour la Science 150/1990

 

Byorytmy, Bronislaw cymbrowski Wiedza i Zycie, 1992

 

Les horloges florales la Garance voyageuse 15/1992

 

Circadian rythms in man, Aschoff Science 148/1965

 

The timing of sleep and wakefulness. Enright 1980

 

Etc.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1 - dans sciences
commenter cet article

commentaires

Biorythme 22/08/2014 16:03

Je vous invite a venir Calculer Votre Biorythme sur : http://www.CalcuLBiorythme.com . Amicalement