Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 11:21

 

 

Je me fiche des politiques et de leur blabla, comme de l’an 40, de leur discours, j’en ai pas grand chose à cirer. Pas nouveau, tu le savais déjà, je me répète ça doit être l’âge. Malgré toute ma bonne volonté, en ce moment impossible d’y échapper, j’en prends plein la tronche.

Je ne regarde pas les débats politiques, je n’écoute pas les petites phrases pleines de sous entendus…. Et pourtant j’te dirai tout. Je vais te raconter et te résumer tout ça comme si j’y étais.

 

Une vérité essentielle…. C’est pas la course à l’échalote mais celle au bonnet phrygien, la coiffe de tous les honneurs

 

Tous les coups sont permis. Les petites phrases raz les pâquerettes, normal c’est le printemps. Ouais, y’a une chose qui est exacte et  même irréfutable dans le discours de nos trop chers candidats potentiels à la direction suprême, c’est le bilan qu’ils dressent sur les capacités à gouverner de leurs concurrents. Là-dessus rien à redire, sont d’une lucidité et d’une clairvoyance à faire frémir d’envie n’importe quel chroniqueur politique. Tout est passé au crible. La moindre petite phrase est disséquée, à chaud sur le vif, on lui fait dire même des trucs insoupçonnés. A s’en régaler la tirelire, la leur, bien entendu, parce qu’après les élections, z’iront débusquer vos ronds , là où vous les avez planqués. Faut que tout le monde vive.  

 Haro sur les mots

Tiens, y en a un qui veut supprimer, le mot race de la constitution, fait désordre, paraît-il faut le supprimer, haro sur la race, responsable de tous les maux et de toutes les calamités. Normal, si on supprime le mot, le racisme n’a plus lieu d’être, puisqu’il n’aura plus d’existence légale…… pas de race, pas de racisme (promis, je reviendrai, un de ces jours là-dessus et te parlerai des grandes théories fondatrices de la raciologie).

 

 un petit aperçu quand même :

 

« Le concept de « race » a été lancé par la science occidentale au XVII et XVIII° siècles. les naturalistes décidèrent  alors de considérer à part l’espèce humaine et de la faire entrer dans la sphère zoologique. L’humanité devait être soumise au même type de classification objective qu’ils avaient élaborées pour les plantes et les animaux… la question philosophique, religieuse et politique semblait inscrite, dès le départ,… le découpage de l’humanité sur la base de caractères anatomiques en caractère zoologique. Les races humaines supplantaient d’autres catégorisation de l’humanité » (Apprendre à classer et à sélectionner, l’enseignement de l’eugénisme, de l’hygiène raciale et de la raciologie dans les universités allemandes 1930 – 1945 par Benoit Massin- Revue d’histoire de la Shoah p. 327 – 328).

 

Donc, n’aurait pas tout à fait tort, si les races n’existent plus officiellement, le racisme devient également obsolète…. Génial, vaincre les dissensions en supprimant les mots. Génial, j’te dis, pourquoi personne n’y a pensé avant. Français, dormez tranquilles, avec des politiciens de cet acabit, la France ne peut être que futurement bien gouvernée et un modèle pour les nations.

 

 

 

Tiens, une suggestion, faut pas qu’il s’arrête en si bon chemin. Faut maintenant bousculer l’Académie et faire supprimer les mots du dictionnaire, créateurs de discrimination et de dissension, femmes, homosexuels, obèse, nains, grands, blonds, bruns, chauves et con bien entendu…. Tu te rends compte d’un seul coup d’un seul on résout un problème inhérent, celui qui depuis des millénaires poursuit l’humanité, fini la connerie. Y’a qu’un politique pour décréter qu’on est tous devenus intelligents.

http://www.hstes1.com/article-gene-de-la-connerie-70585272-comments.html

 

 Confiscation du pouvoir ?

Une autre, au détour d’une phrase s’est fendu de kleptocratie pour désigner le pouvoir en place. Ca fait bien, quelle lettrée la dame, avec un mot comme ça sorti au détour d’une phrase, qui lui a été probablement susurré par un de ses conseillers pour impressionner les gogos aux heures de grande écoute. Le seul hic, c’est que les conseillers ont beaucoup de turbin, vérifient pas bien leur source. Répète le surtout pas, à ma connaissance, le premier vulgarisateur de ce mot est Jared Diamond dans un ouvrage (Traduit de l’américain) dans la collection Folio essai intitulé « de l’inégalité parmi les sociétés », p.391 et suivantes. Je t‘en donne un extrait, de mon avis, lui a tout compris….. et la dame qui lui emprunte le terme, est à l’évidence une nullarde comme tous ceux de sa bande et des diverses bandes rivales. Juges-en plutôt :

 

« … les chefferies introduisent le dilemme fondamental de toutes les sociétés à gouvernement central, elles contribuent au bien commun en offrant des services onéreux impossibles à se procurer à titre individuel. Au pire, ce sont des kleptocraties éhontées qui opèrent un transfert net de richesse du peuple au profit des classes supérieures….. entre un kleptocrate et un homme d’Etat avisé, et un baron qui se livre au brigandage (robber baron, les barons voleurs capitaine d’industrie américain du siècle dernier) et un bienfaiteur public, il n’y a qu’une différence de degré ».

 

 Pour résumer le kleptocrate (le confiscateur du pouvoir) est non le fait d’un homme isolé, mais la résultante d'une succession d'actes conçus par des individus purs produits de sociétés centralisées à concentration et à délégation de pouvoirs, ces derniers s’organisent en décideurs avec des prérogatives sans commune mesure avec leur charge initiale. Nous avons donc vu que la petite dame en question visait par ses propos non à éliminer la kleptocratie, mais à remplacer un kleptocrate par un autre plus à son goût.

 

Moi qui n’aime personne

Front de gôche contre front national

 

Jean Luc contre Marine, qui soit dit en passant a obtenu son sésame, elle sera donc au premier tour, et p’t’être au second. J’m’attendais à des échanges vifs. Pour te dire, j’ai été déçu. Jean Luc l’a invectivé tant qu’il a pu…elle a pas bronché, lui a même reproché d’avoir fait une valse avec j’sais pas bien qui… lui a reproché d’avoir un papa impossible qui citait Brasillach ; étonnant, non un alter coco qui donne des leçons de bienséance humanitaire. L’a pas lu tous ces grands auteurs qui ont défendu à corps et à cri le bilan de Staline et du communisme avec ces quelques soixante millions de morts. Pas trop regardant le mec. 

Que Brasillach soit une crapule ; ça se discute pas, mais qu’il le soit plus que tant d’autres qui ont chanté les louanges du communisme……

 

Mes idées politiques » : « Un socialisme affranchi de la démocratie. Un syndicalisme libéré des entraves auxquelles la  lutte des classes avait soumis le  travail italien. Une volonté méthodique et heureuse de serrer en un même « faisceau » tous les facteurs humains de la produc­ition nationale : patrons, employés, techniciens, ouvriers... Le fascisme unit les hommes pour l’accord. »

Brasillach

 

Brasillach a été une crapule, ni plus ni moins que tant d’autres, je te l’ai dit, mais ça été également l’un des tous premiers à dénoncer le massacre de Katyn découvert en 1942  dans la forêt de Katyn, près de Smolensk les cadavres de douze mille officiers polonais. Douze mille cadavres soigneusement alignés dans une gigantesque fosse commune, loin de tous les regards indiscrets....

Comment en effet les bolcheviks eussent-ils pu supposer que l’on retrouverait un jour la trace des disparus ? A l’époque les douze mille sont morts, c’est à dire selon les experts en avril ou en mai 40, nul ne se douterait que les troupes allemandes foulerait jamais les clairières de la forêt de Katyn... Oh, certes, l’affaire avait été bien menée et sans un hasard providentiel, nul n’eût plus jamais entendu parler des disparus....

 Ce crime perpétrer par la glorieuse armée rouge est relaté dans un article publié par Je suis partout n° 622 du 09.07.43  P.1 – sous le titre : J’ai vu des Fosses à Katyn– par Robert Brasillach.

 

Pas question de prendre la défense de Brasillach, mais il est important de noter que c’est le seul écrivain qui pour avoir collaboré avec les nazis a été condamné à la peine capitale à la libération, non pour ses opinions mais pour trahison.

En choisissant Brasillach comme bouc émissaire, la France de l’époque a probablement voulu débarrasser les oripeaux malséants qui collaient à la peau de nombreuses élites et personnages bien en vue de cette époque, qui ne les ont pas, par la suite, empêché du moins pour certains d'entre eux, de faire de brillantes carrières.   

 

 

Les lendemains des élections risquent bien d’être hivernaux….

 

Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes
commenter cet article

commentaires