Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:28

(article écrit en 1997)

 

Les paradis communistes existent encore, la preuve, j'en ai rencontré !

 

Découvrir…. 

L’un des derniers bastions du communisme : la Chine

 

Tiens, si tu veux rire un peu...

Le communiqué du Président de la Région Autonome du Tibet ferait rire... si la situation dans cette région du monde n’était pas aussi dramatique. Pour ce fonctionnaire, le Tibet a été libéré de manière pacifique de qui ? du totalitarisme archaïque, dans lequel le peuple était tenu par une poignée de moines. Tous les Tibétains ont bénéficié des profonds changements sociaux grâce à la réforme démocratique (sic). Dans ce document instructif, on apprend que le pays était dominé par un servage féodal et tout ça par la dictature conjointe des moines et des nobles. Toujours, pour ces grands libérateurs la quasi totalité de la population n’avait aucune liberté personnelle, les hommes pouvaient être vendus et pour couronner la description ...on peut voir que le Tibet était un pays beaucoup plus sombre et cruel, sauvage et réactionnaire que l’était  l’Europe du moyen âge.

 

Totalitaristes de tout bord, unissez-vous ! même combat.

 

S’ensuit, tout un discours, stéréotypé, à l’identique de celui dont nous ont habitué les dictatures communistes. Le Tibet libéré grâce au grand frère chinois est passé, selon ce remarquable auteur des ténèbres à la lumière, le peuple est devenu maître de son destin et jouit de la démocratie, de la liberté et sait maintenant ce que droits de l’Homme veulent dire. Stagnation et déclin ont fait place à l’essor. Toute une série de descriptions soulignent avec force de détails les « progrès » réalisés par la réforme démocratique au Tibet, transports aériens, routes, infrastructures, industrialisation etc. Les touristes affluent et peuvent de visu constater les activités florissantes de ce pays... sorti enfin de la misère et l’illétrisme qui y régnaient. Grâce au grand frère chinois, les instituts scientifiques se sont multipliés, on y apprend qu’il existe 22 centres de recherche, des milliers d’établissements chargés de l’enseignement etc. Ils ont tout pour être satisfait, ces Tibétains, ils possèdent même des services sociaux et médicaux. La pharmacopée et la médecine tibétaine ont connu un essor prodigieux.... et en conclusion, ce remarquable président dit le plus sérieusement du monde que  grâce à la libération pacifique le Tibet est passé du retard au progrès, de l’ignorance à la civilisation. Tout les autres propos que vous entendez sur les massacres au Tibet, ne sont que de vils mensonges véhiculés par d’exécrables impérialistes, qui refusent de reconnaître les bienfaits apportés par Mao et ses sbires.

 

L’éducation on vous dit, y’a que ça, à condition d’y mettre un peu de rééducation.

 

Touristes, lorsque vous allez en Chine n’oubliez pas que le gouvernement chinois a entrepris il y a plus de 50 ans la rééducation du peuple tibétain. Enlèvements, massacres, tortures, viols tel a été le lot de ce peuple rééduqué pour son plus grand bien. Les opposants sont emprisonnés, exécutés, les droits de l’homme inexistants, tous les monastères sont placés sous étroite surveillance. La priorité pour la politique chinoise consiste a éradiquer la culture de ce peuple séculaire, le bouddhisme, et faire en sorte que ses représentants officiels soient éliminés. S’opposer par tous les moyens à l’influence sur le peuple qu’exerce encore le chef spirituel des tibétains le Dalaï Lama dans son exil. C’est en 1950, que la Chine s’est emparée du Tibet. Le Dalaï-Lama, est obligé accompagné de quelques milliers de tibétains de s’exiler. Depuis la répression est monnaie courante, d es moines sont arrêtés au Népal, des personnes disparaissent au cours de cérémonies religieuses. On interne des religieux, qui distribuent des tracts, des militants des droits de l’homme. Les appels à la tolérance restent lettre morte, les violations des droits fondamentaux en Chine sont courantes, de nombreux tibétains en sont victimes. Pourtant, ce peuple pacifique continue à s’opposer et à lutter de manière pacifique. Lorsque des appels internationaux tentent d’intervenir en faveur d’une personne disparue ou emprisonnée, les autorités chinoises contestent, répondent que la personne est morte de tuberculose, de méningite, de fractures à la suite de chute, de tentatives d’évasion, de suicide etc. Bien entendu, tout ces décès sont confirmés par des actes médicaux authentiques....  chinois. La Chine et les territoires annexés sont donc pour les autorités chinoises des modèles pour les droits de l’homme.

 

Les dirigeant occidentaux protestent… mais silencieusement.

De temps à autre pour la forme, on entend vaguement quelques protestations de dirigeants occidentaux, rassurez-vous, elles sont faites du bout des lèvres et entre gens bien élevés, personne ne tape du poing sur la table. Il ne faut surtout pas brusquer et contrarier les dirigeants chinois. Pensez, plus d’un milliard d’éventuels consommateurs disposés à acheter des trucs dont on ne sait plus quoi foutre, un client de cet acabit, ça se respecte. Vendre le savoir faire occidental, ça vaut bien quelques sacrifices et de longs silences qualifiés de réprobateurs. Tous les pays occidentaux se font une âpre concurrence, pour avoir une part de ce marché qui se veut prometteur. Publié aux Editions « Actes sud » le moine tibétain Palden Gyatso relate dans l’ouvrage « Le feu sous la neige » de quelle manière pendant 33 ans, il a enduré d’innombrables tortures, emprisonnés dans les camps de travaux forcés chinois. Palden Gyatso a été libéré notamment grâce à l’intervention d’Amnesty International.

 

Violation des accord internationaux, des droits de l'homme et alors, y’ pas qu’en Chine !

 

Aujourd’hui, des centaines (des milliers ?) d’opposants sont encore emprisonnés et assassinés en Chine. Le peuple Tibétain se voit refuser le droit à son autodétermination. Les exactions chinoises visent également à détruire les monastères et à réprimer  toute référence à la vie culturelle Tibétaine. Sans le moindre scrupule le gouvernement chinois viole les accords internationaux fondamentaux auxquels il a adhéré.

Sur le plan écologique la situation dans cette partie du monde ne fait qu’empirer. La politique industrielle mise en œuvre pour l’exploitation des ressources naturelles, précipite la déforestation du territoire et l’érosion des sols.  L’apport de population en provenance d’autres régions de Chine met gravement en péril les ressources naturelles de ce pays. De plus, le Tibet sert de dépotoir à nos industries occidentales et des déchets toxiques et nucléaires trouvent là-bas, une place de choix. Tout l’écosystème dans cette région risque à court terme d’être irrémédiablement endommagé. Tout ça n’est rien, jamais les touristes ont été aussi nombreux à se rendre en Chine...

Je sais, je sais nos distingués hommes politiques ne s’arrêtent pas à ces sordides détails irresponsables pour entretenir des relations  et des partenariats avec les dictatures de quelque bord qu’elles soient.

 

 

 

Le sport international... caution des totalitarismes

 

La Chine pays de liberté... très surveillée

 

Les jeux olympiques de 2008, se sont déroulés en Chine. Le sport est apolitique, c’est bien connu, il est là pour rapprocher les peuples et nous l’avons vu par le passé, il n’a pas d’état d’âme et cautionne éventuellement les dictatures. Le CIO, après avoir choisi Berlin et le national socialisme, Staline et le stalinisme, continue sur la voie  qu’il s’est fixé. La Chine pays ou des millions d’individus ont été sacrifiés au grand timonier, où des milliers d’opposants sont encore emprisonnés ou la peine de mort est appliquée même pour non conformisme, a accueilli les prochaines olympiades. Les explications des politiques sont toujours les mêmes, calquées à l’identique à Pékin comme à Berlin. Il faut entretenir des relations, c’est le seul moyen d’aider les populations en souffrance et de pouvoir faire évoluer les situations. L’échec que ce soit aves Staline, Polpot, Hitler l’échec des diplomaties occidentales à toujours été au rendez-vous.
Droit de l’Homme, incarcérations arbitraires, tortures, circulez, y’a rien ç voir. Les cris ne parviennent pas jusqu’ici.

Pays de la peine de mort, et alors ? Ca permet la libre concurrence sur le marché de la vente d’organes.

 

Pays au top de la peine de mort, la Charia dans certain pays à côté, ne serait qu’un jeu pour adolescents attardés. La peine du mort pour avoir en sa possession un journal sexy ? Oui, c'est possible dans ce grand pays qu’est la Chine Populaire, l’un des derniers bastions communiste. En 1989 le parti communiste chinois a lancé un programme officiel contre les publications "roses" (en Chine elles sont appelées "jaunes", aux USA "bleues").  Pratiquement toutes les publications mais également les émissions de radio, de télévision, les jeux décrivant ou simplement faisant une allusion quelconque au comportement sexuel sont formellement interdites par la censure. Les éditeurs sont punis de peine d’emprisonnement. Vingt personnes ont déjà été condamnées  à la peine capitale et exécutées avec pour acte d’accusation la vente de publications dites sexy. Comme toujours pour les dirigeants communistes, l’explication et la justification de ces répressions féroces sont indispensables pour atteindre enfin le bonheur marxiste et protéger la population" du déviationnisme matérialiste capitaliste". Apparemment d'après les explications du P.C. chinois les publications sexy incitent les lecteurs à commettre des actes d’agressions sexuelles. Pour les observateurs étrangers l'explication est plus simple. Depuis quelques années on assiste en Chine a une véritable explosion dans la révolution des moeurs.  Le modèle occidental n’est plus pour la population, comme le voudrait encore les dirigeants chinois synonyme de la décadence bourgeoise, bien au contraire, une majeure partie de la population perçoit la littérature sexy comme un signe de liberté en provenance de l'Occident. Or, c'est plus ce symbole qui effraie les dirigeants communistes que les magazines où l’on voit exposées des femmes nues. La Chine, c’est pas que le Dalaï Lama et le Tibet ! Bon reconnaissons tout de même, la Chine s’est ouverte à la libre entreprise… depuis non seulement elle est peu regardante sur la qualité des produits (et la composition) qu’elle nous brade mais de plus, elle copie ouvertement nos produits industriels et luxueux et inonde les marchés occidentaux des faux…

 

   

Jean Aikhenbaum

Piotr Daszkiewicz Dr es-sciences, Biologiste et historien des sciences

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes - dans Histoire -
commenter cet article

commentaires