Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 18:56

 

 

 

Vitamines, asthme et bronchite

 

Le tabac est nocif pour les poumons. Arrêter de fumer est une excellente chose. Mais si vous souhaitez en bénéficier pleinement, mangez des fruits et des légumes. Deux nouvelles études viennent de conclure que les vitamines présentes dans les fruits et les légumes frais, constituaient une bonne défense contre les maladies pulmonaires.

La première, faite en Grande-Bretagne sur 2 633 adultes, démontre que la vitamine C protège de l’emphysème et de la bronchite chronique.

La seconde étude, faite par les chercheurs de l’Université de Harvard (Etats-Unis), avait pour objectif de vérifier l’incidence de la nourriture sur l’asthme. L’historique médical de 77 886 femmes a démontré que les fruits et légumes frais, riches en vitamines C et E, étaient bénéfiques pour les poumons.

Pour les britanniques, le pouvoir protecteur des vitamines est plus accentué chez les fumeurs et chez les anciens fumeurs que chez les personnes qui n’ont jamais été exposées aux méfaits du tabac. L’étude américaine démontre que les vertus antioxydantes réduisent l’inflammation des conduits respiratoires, principale cause de l’asthme.

 

Les citrons, riches en pectine, diminuerait les risques de propagation de cellules cancéreuses ?*

 

 - La pectine, fibre naturelle que l’on trouve dans le citron et dans d’autres fruits, s’est avérée efficace pour prévenir l’extension du cancer de la prostate chez des souris de laboratoire. Cette fibre isole les cellules cancéreuses et évite ainsi qu’elles s’unissent entre elles, ou qu’elles puissent affecter d’autres parties du corps.

Selon le Dr. Kenneth J. Pienta, de l’Université du Michigan, une forme modifié de pectine a évité l’extension du cancer de la prostate sur les animaux qu’il a utilisés comme cobayes. Le Dr. Pienta a déclaré qu’il fallait éviter la propagation des cellules cancéreuses pour sauver la vie de nombreux patients.

Jusqu’à présent, les tumeurs cancéreuses pouvaient être traitées avec succès avec le recours de la chirurgie ou à la radiothérapie. Toutefois, le patient finit par mourir de toute manière parce que les cellules cancéreuses se sont déjà déplacées vers d’autres organes du corps et y ont créées des métastases. Selon lui, «si on trouve une pilule permettant de faire en sorte d’éviter que ces cellules se propagent, 90% des cancers pourront être guéris». A son avis, une forme modifiée de la pectine (que l’on trouve dans le citron) pourrait contenir le principe actif de cette pilule.

Les cellules qui provoquent le cancer de la prostate contiennent une molécule qui recherche un type de sucre présent à la surface des autres cellules cancéreuses. La pectine occupe la place de ce sucre, de sorte que les cellules ne peuvent s’agglutiner entre elles.

Toutefois, le Dr. Pienta a précisé que la pectine ordinaire de certains produits alimentaires n’exerçait pas les mêmes effets positifs que la pectine citrique modifiée, utilisée lors de ses expériences.

 

 

Réduire et prévenir les risques d’embolie

 

La consommation d’une orange par jour, de fruits ou de légumes riches en vitamines C réduit de moitié le risque d’embolie cérébrale.

«Il est difficile de croire qu’un régime alimentaire riche en fruits et en légumes frais puisse provoquer un quelconque dommage à l’organisme», affirme le Dr Christopher Martyn, chercheur à l’unité épidémiologique de recherche médicale de Southampton. De nombreuses études antérieures confirment ses travaux. Certaines affirment que les vitamines antioxydantes (vitamines A, C, E) préviennent les embolies et les maladies cardiovasculaires.

L’équipe du Dr Martyn a travaillé sur les antécédents médicaux de 643 personnes décédées, ayant entamé un travail de recherche commencé il y a vingt ans. Parmi elles, les plus grands consommateurs de vitamine C avaient beaucoup moins de risques que ceux n’en consommant que peu ou pas.

 

 

 

 

Linus Carl Pauling est un personnage exceptionnel dans l’histoire de la science.

 

Né à Portland en 1901 dans une famille de pharmaciens, il prend rapidement goût à la chimie. A l’âge de treize ans, il fait ses premières expériences. Toute sa vie il travaille au CIT (Institut de Technologie de Californie) et, en 1925, il obtient un doctorat de chimie dans ce même institut. Il est le premier homme à recevoir le prix Nobel dans deux domaines différents. La science lui doit de nombreuses découvertes et théories : le théorie de résonance nucléaire et des liaisons chimiques, la conception de la structure des protéines, la découverte du caractère génétique d’anémie calciforme, la théorie moléculaire des anticorps. Son livre «The Nature of the Chemical Bond» est l’un des plus importants textes scientifiques du XXe siècle. L’un des plus grands mérites de Linus Pauling consiste à avoir fait la synthèse entre la biologie, la chimie et la physique quantique. Il s’intéressa particulièrement aux propriétés et à la structure des molécules d’un organisme vivant. Il organisa et dirigea une équipe de chercheurs, dont Watson, Crick et Willkins qui découvrirent la structure de l’ADN. Une anecdote raconte que Pauling «a voulu renvoyer Watson une semaine avant sa découverte, pour cause de manque  de progrès dans son travail».

En 1954, il reçut un premier le Prix Nobel pour ses travaux sur la structure des molécules.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il travaille sur les explosifs dans l’Explosive Division of the National Défense Research Committee et dans le Research Board for National Security. Linus Pauling est l’un des plus importants adversaires des essais nucléaires et de la prolifération d’arme atomique. Il estima «que les retombées d’une superbombe peuvent entraîner jusqu’à 100 000 morts par leucémie et autres maladies sur l’ensemble de la planète».

Son second Prix Nobel lui fut décerné pour avoir vu le danger des radio-isotopes du matériel génétique, et pour sa polémique avec les scientifiques pro-nucléaires qui tentèrent d’en minimiser les risques (tel Edward Teller), pour son soutien envers les mouvements pacifistes et antinucléaires, et pour son livre-manifeste «No more War».

En 1970, il déclare que la thérapie et la prévention par la vitamine C a des effets bénéfiques sur la santé, et qu’elle prévient les rhumes. Il devient défenseur de la thérapie méga-vitaminée. Il pense que les quantités minimales de vitamines nécessaires à la prévention des maladies par carence ne suffisent pas obligatoirement au fonctionnement optimal du corps et à la prévention des maladies. Il mène une large campagne pour la thérapie méga-vitaminée. Malgré une forte opposition du corps médical, l’opinion publique sympathisa avec Pauling, et la vente de la vitamine C doubla. Il applique cette conception à son propre corps et déclare «que c’est grâce à la vitamine C qu’il est toujours en bonne santé».

Il meurt à l’âge de 93 ans... en excellente forme intellectuelle.

Faut-il croire que la vitamine C soit une panacée ? Difficile à dire. Mais il faut admettre que l’action multiple de cette vitamine sur notre organisme est toujours peu connue. On connaît son action antioxydante et modificatrice des lipoprotéines. C’est l’une des substances les plus étudiées; la banque de données médicale Mendeline fait état de 454 travaux sur la vitamine C, au cours seulement de ces deux dernières années. Parmi ces multiples communications, on trouve pêle-mêle : des travaux sur la prévention de la parodontose (Russie), sur le rhume (Amérique), sur le cancer de la bouche (Chine), sur le cancer de l’estomac (Allemagne), et de nombreuses autres maladies. Notre savoir, si petit sur cette substance si bien étudiée, montre une fois de plus les limites et les faiblesses du savoir scientifique que Linus Pauling, en véritable savant, avait toujours le courage de souligner.

 

 

  • diminuer, ne veut pas dire guérir, ainsi que le souligne le Dr Pienta, l s’agit de pectine modifiée contenue dans le citron ; voir notamment :

http://www.hstes.com/article-ancer-c-72885789.html

Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes
commenter cet article

commentaires