Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 22:51

 

 

 

La grande vedette de la pharmacopée  alimentaire

"Si dans un repas vous

désirez  boire largement et

et manger avec appétit

mangez auparavant des choux confits dans du vinaigre

et autant que bon vous semblera,

mangez-en encore après le repas.

 Le chou entretient la santé. On l’applique pilé sur les plaies.

 Il guérit la mélancolie, il chasse et guérit tout.

Le chou purgera les plaies purulentes,

 les chancres et les soignera quand aucun autre traitement ne pourra le faire –

(Caton L’Ancien)

 

"Les anciens Romains ayant chassé les médecins de leur empire se sont maintenus

en bonne santé durant de nombreuses années en usant de chou, qu'ils prenaient

pour soigner toutes maladies"

Un historien anonyme du seizième siècle.

 

Cultivé depuis 4000 ans - utilisé depuis 6000 ans

 

« Brassica oleracea » est une plante sauvage de la famille des Cruciferae qui est à

l'origine d'une grande variété de légumes, chou, chou-fleur, chou de Bruxelles. A

l'état sauvage, le chou pousse partout en Europe occidentale et méditerranéenne, au

Proche Orient. C'est un rare exemple de plante comestible d’origine strictement  européenne La domestication du chou remonte  très loin dans l’histoire humaine

car certaines formes de chou étaient déjà cultivées par les habitants des cités lacustres du néolithique. On suppose que Ies Basques le transmirent aux Celtes qui,

ainsi que les Germains et les Slaves, le cultivèrent abondamment. Les Grecs de

l'Antiquité utilisaient le chou surtout comme herbe médicinale. L'utilisation du

chou fait aussi perte du Codex Mélétios, médecin et moine Byzantin du neuvième

siècle. Les Romains voient en lui un remède universel à tous les maux. les

Russes en ont fait t'antidote naturel de la vodka.

 

 

Une démonstration éclatante de la médecine empirique

 

Pour le docteur Valnet «  le chou semble avoir des affinités particulières pour les humeurs viciées qu’il oblige à sortir des tissus …. Les guérisons obtenues par le chou pourraient être rapportées sans fin. Elles concernent des affections diverses : plaies simples ou compliquées , rhumatismes, névralgies, céphalées, ulcères des jambes…

Pour le Dr Leclerc, l’emploi du chou s’avère indispensable pour résoudre de nombreux problèmes de santé.

Peu calorique, les matières grasses ne dépassent pas 0,7%  et les glucides 8%.

Quel que soit le type de chou, les matières azotées ne dépassent jamais 4%. Les

feuilles fraîches sont riches en vitamine C (de 100 à 400 mg/kg), d'où leur

réputation fondée contre le scorbut. Il contient aussî des vitamines A, B1,82, B6,

B12, PP, K, de l’acide folique.

Malgré la longue utilisation du chou (environ six mille ans), ses propriétés

médicinales restent toujours assez mal connues.

Certaines de ses vertus restent toujours à vérifier car les résultats provenant des laboratoires sont souvent contradictoires. Les constituants sulfurés„ qui donnent ou chou son odeur caractéristique, indiquent des propriétés antirhumatismales et bactériostatiques.

Les divers auteurs évoquent  parmi les avantages thérapeutiques du chou, la réduction du risque de cancer (principalement du colon), la prévention et la guérison des ulcères, la stimulation du système immunitaire la destruction des virus et des bactéries, la stimulation de la croissance.

En I 93 I , les chercheurs allemands constatèrent que les ratssurvivaient à des doses mortelles de substances cancérigènes si on les avait nourris de chou. En 1959 ces résultats furent confirmés par les expériences faites par l'armée américaine.

Certains chercheurs évoquent l'action inhibitrice chou sur le développement des cancers, soit par l'action des indoles soit par les substances désactivantes (p. ex. dithiolthiones).

On suppose également  l'existence dans cette plante d'un facteur de croissance inconnu car les cobayes nourrit de chou grandissent plus vite que les animaux qui conservent leur régime habituel. Lo docteur Garnett Cheney démontra, au cours des années quarante,

son action antiulcéreux, Le Dr, G.B. Singh confirma les résultats de Cheney et les expliqua par l'action des mucines.

Mais certains résultats montrent que l'hyperconsommation du chou peut créer des pathologies. Une étude réalisée au Japon en 1985 est arrivée â des conclusions que la trop grande consommation du chou augmente les risques de cancer de l'estomac. Ce phénomène s'explique par l'utilisation de certains composants utilisés en tant que conservateurs du chou dans ce pays.

La consommation de grande quantité de choux par des populations pauvres et sous alimentées peut occasionner  des troubles du fonctionnement de la thyroïde, avec apparition de goitres. Des travaux finnois ont permis de mettre en évidence une substance antithyroïdienne, la glucobrassicine: dans certaines conditions d’hydrolyse, il se produirait

une libération d'ions « hiocianates » inhibant la fixation de l'iode et entrainant par la suite, la formation de la thyroxine l'hormone thyroïdienne. L'excès de choux chez des individus carencés en iode est a déconseiller.

 

Un remède populaire universel

Présent dans de très nombreuses traditions, le chou appliqué en cataplasmes s’avère souverain pour traiter des affections diverses telles que les plaies, les ulcères, l’eczéma, les  ulcères, les tumeurs, flegmons, abcès, douleurs rhumatismales, torticolis etc. Chomel quant à lui préconise d’appliquer aux malades atteints de pleurésie, un cataplasme fait avec des feuilles de chou, un poireau cuit dans un bon vinaigre.  Les feuilles cuites dans un bon vin rouge, sont toujours d’après cet auteur font merveille dans toutes les maladies de peau.

Pour les auteurs contemporains le chou a des propriétés cicatrisantes indiscutables.

 

 

Reminéralisant et antidote

 

En usage interne, bon nombre d’auteurs le considère comme anti anémique, anti ulcéreux, , revitalisant, reminéralisant, tonique, anti scorbutique, aide à la digestion, désinfectant intestinal, reminéralisant, pour combattre les coliques néphrétiques s’oppose à la formation de lithiases tant biliaires que rénales, constipation chronique, fatigue, goutte, zona (par voie interne et en application).

 

 

 

 

Recettes pratiques ;

 

Usage externe

Contre les brûlures :

Un demi verre de chou vert , trois cuillerées d’huile d’amandes. Appliquez ce mélange plusieurs fois par jour.

Recette russe contre la furonculose : mélangez dans une terrine trois cuillerées de jus de chou frais (de préférence cabus) deux cuillerées de farine d’orge , une cuillerée de jus de citron, une pincée de sel marin. Appliquez sur les furoncles et laissez agir pendant deux heures. Lavez à l’eau et répétez l’opération au bout de 12 heures.

Recette analgésique de Poméranie : faites bouillir dans du lait quelques feuilles de chou frisé, coupés en fines lanières de manière à obtenir une pâte homogène. Etakez-là encore chaude sur la partie douloureuse. Recouvrez d’un linge, laissez agir quelques heures.

 

Usage interne :

Sirop contre la toux : prenez 400 grs de chou cabus de préférence rouge. Pressez-en le jus, ajoutez y une quantité de miel égale à la moitié de son poids. Mélangez et laissez repose pendant 2 heures .Prendre 2 cuillerées matin et soir.

- Jus de chou à raison d’un ou deux verres par jour.

 

Piotr Daszkiewicz 

Jean Aikhenbaum

 

 

 

Sources :

Pelt ; des légumes

Vilmorin, le jardin des hommes

Garavagila, Soignez vous par le chou

 Une pharmacopée moderne: les aliments

Dabrowska, Zdrowa Kuchna

Delaveau : Histoire des plantes médicinales

Valnet : Traitement des maladies par les légumes, les fuits et les céréales – Maloine éditeur

Réussir votre Santé 1996

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes
commenter cet article

commentaires