Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 13:46

Un mystérieux institut des cerveaux à Moscou

                                                           

Après la pérestroika et la chute du communisme plusieurs institutions de l'ex-URSS restent encore pour les responsables occidentaux l’objet d'une grande énigme. C'est le cas de l'institut du cerveau qui se trouve à Moscou. Tous les travaux de l'institut sont confidentiels et sévèrement contrôlés, l’accès aux étrangers est strictement contrôlé. Les recherches sont considérées comme top secret. Aucun journaliste ou historien des sciences n’a autorisation de pénétrer dans les lieux pour consulter les archives de cette institution phare dont l’origine remonte à l'époque de la grandeur de la science soviétique.

 

Objectif, démontrer la supériorité de la conception matérialiste du monde - faire un homme supérieur aux ordres et au service du Parti !

 

Tout a débuté en 1925, lorsque le pouvoir a décidé de créer pas moins de trois laboratoires afin  d’étudier le cerveau de Lénine. Ces laboratoires ont été par la suite réunis dans une nouvelle structure appelée "Institut Soviétique du Cerveau. Au cours des années vingt et trente la presse soviétique aux ordres du pouvoir a publié et à couvert d’éloges les travaux de cet institut. Le message était clair et devait faire état de l'avance de la science soviétique. Ce discours devait également démontrer la supériorité et la victoire de la conception matérialiste du monde. Le but des soviétiques était de démontrer en s’appuyant sur les recherches que le génie humain reposait sur des bases exclusivement  matérielles ; celles-ci avaient également pour objectif de trouver l'explication physiologique et anatomique de toutes les réactions humaines. Cet institut ne devait pas se contenter de faire de la science théorique, il avait l’obligation de trouver des applications pratiques au matérialisme dialectique censé être la base de toute loi naturelle. L’orientation donnée aux recherches devait ouvrir la voie à la création du nouvel homme soviétique. Un homme supérieur, un génie au service et aux ordres du parti.

 

Des recherches tenues secrètes

 

Dès les années trente les recherches effectuées dans les laboratoires de l’institut ont de plus en plus été tenues secrètes. La collection de cerveaux des dirigeants communistes ont augmenté d’année en année. Bien sûr, et c’est une évidence le cerveau de Lénine ne pouvait souffrir d’aucune comparaison, il devait apporter la preuve qu’il ne pouvait appartenir qu’à un génie d’exception. La raison est facilement compréhensible, dans le cas contraire cela aurait entraîner une catastrophe pour la cause du prolétariat à un niveau international. Les camarades communistes qui avaient en charge la sécurité de l’information ont sagement préféré écarter une situation qu’ils maîtriseraient mal. Ils ont évité que leur discours se prête à de malveillantes réfutations. Ils ont alors tout simplement décidé de rendre secrètes les recherches du laboratoire sur les cerveaux des  génies soviétiques. L'institut est toujours considéré parmi les meilleurs de ceux que comptaient l’ex URSS. Il est bien équipé, les chercheurs ont un excellent niveau, bon nombre d’entre eux ont fait des stages en France et en Allemagne. Les méthodes utilisées sont celles qui ont été mises au point par le Dr. Oscar Vogt, un neurologiste allemand qui a travaillé en collaboration étroite avec les chercheurs de l'institut. Ce chercheur étranger a eu le rare privilège non seulement de voir le cerveau de Lénine, il a eu également l’insigne honneur de pouvoir l’étudier !

 

  Des cerveaux de Nobel et d’écrivains

 

Parmi les cerveaux célèbres mis à disposition de l'institut, indépendamment de ceux des dirigeants soviétiques, dont celui de Kirov assassiné en 1934, on peut trouver ceux de savants de réputation internationale. Le laboratoire possède celui de Pavlov prix Nobel de médecine, de Ciolkowski, pionnier des constructions aérospatiales, de  Mitchourin considéré comme un génie en sciences biologiques, celui des prix Nobel de physique Landau et récemment celui de Sacharov. Il dispose également des cerveaux  d’écrivains tels Maiakovski, Gorki, Bielyj. Le pouvoir soviétique, ne s’est jamais soucié des dernières volontés des individus et n’a jamais demandé de quelconques autorisations préalables. Rares sont ceux qui, comme Andriei Sacharov ont donné leur accord de leur vivant "à la science soviétique" pour disposer  de leur cerveau après leur mort

Les résultats des recherches ont bien entendu été dans le sens attendu par la nomenclatura, par exemple le cerveau de Maiakowski est considéré "plus complexe que les autres". Mais bien sur cela va de soi, toutefois bien moins que celui de Lénine. Dans les années trente une note en ce sens a été adressée à Staline. Le Directeur de l'institut déclara que les recherches sur le cerveau de Lénine étaient enfin terminées après dix ans d’analyses, le génie de cet homme d’exception avait été mis en évidence de manière irréfutable grâce à la supériorité de la science soviétique.

Les recherches dans cette voie se poursuivirent (et se poursuivent probablement encore). Les chercheurs de l’institut avaient la ferme conviction que les traits psychologiques de l'homme sont reflétés dans l'anatomie de son cerveau. Il suffit de comparer et de trouver ce qui fait la différence.

 

Comment a été découvert le pot aux roses ?

 

Tout récemment une partie des mystères qui entouraient les recherches de l'Institut a été par le plus grand hasard partiellement levée. Cette découverte nous la devons non à des spécialistes de l'histoire des sciences, mais à Mme le professeur M. Spivak qui préparait la biographie de quelques écrivains dont celle de Bielyj. Elle s'adressa à l'Institut du Cerveau pour avoir un complément de documentation sur cet écrivain afin de compléter ses travaux. L'institut refusa de donner de quelconques informations et expliqua dans sa réponse qu'il ne disposait d'aucune archive sur ce sujet. La chance sourit au  professeur Spivak et le hasard fit qu’elle fut contactée par la famille du chercheur qui, quelques dizaines d’années auparavant, avait étudié le cerveau de Bielyj. Ce dernier avait conservé la copie de l’intégralité du dossier chez lui. Ainsi le professeur Spivac a pu avoir accès à des documents biographiques de grande valeur puisque les cerveaux étaient toujours accompagnés de dossiers très complets sur les activités des célébrités durant leur vivant.

Les journalistes russes eurent vent de l’affaire et s’en emparèrent. Les articles tournèrent en dérision les activités de l’Institut et certains eurent même l’outrecuidance d’écrire, que les chercheurs n’avaient pas réussi à élucider le mystère de la physiologie du génie de Lénine, pour la simple et bonne raison, que l’héritage qu’il avait laissé n’avait rien de génial. C’est probablement la seule information crédible sur les travaux de l'Institut du Cerveau à Moscou. On peut toutefois se poser la question et se demander pourquoi après l’écroulement de l’empire soviétique les russes font encore une affaire d’état une ancienne connerie pseudo-scientifique ?

Tiens pour terminer... on ne veut tout de même pas leur faire de peine en les nommant, mais quelques noms célèbres en France proches du parti communiste ont cautionné et participé à cette fumisterie.

 

    Piotr Daszkiewicz

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1 - dans sciences
commenter cet article

commentaires