Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 14:23

POLLUTION ÉLECTROMAGNÉTIQUE MYTHE OU REALITE

 

Sous ce titre nous avions publié dans « Réussir votre santé n°5 en 1996 » un article sur les nuisances liées à la pollution électromagnétique.

 

Pour les pouvoirs publics, il n’existe aucune nuisance qui soit démontrée !

 

Sur France 3, le 18 mai 2011 à20 heures 30, une émission était consacrée à ce sujet. Pour schématiser, disons que le discours n’a guère évolué ces dernières années. Pour notre ministre chargé de l’Ecologie Mme Nathalie Kosciusko-Morizet et pour les industriels et leurs représentants, il n’y a aucun problème et les répercussions sur la santé n’ont pas été démontrées.

Cet argument, ainsi que nous allons le voir est non seulement faux, mais également malhonnête, puisqu’il occulte de fait les travaux dérangeants mis à disposition de tous qui émanent de chercheurs indépendants. Le pouvoir va même plus loin, il coupe les crédits des institutions qui travaillent sur des dossiers dérangeants et qui refusent d’arriver à des conclusions qui leur soient acceptables.  Pas de crédit, plus de recherches possibles.

Les seuls, avec beaucoup de difficultés et de procédures qui durent parfois des années, à avoir eu gain de cause, sont les riverains qui vivent à proximité des antennes relais et ont réussi les faire déplacer.

 

Voilà ce que nous écrivions à ce sujet :

 

 Depuis plusieurs années, nous sommes conscients des multiples risques pour l’homme et son environnement qui sont liés aux modifications des paramètres physico-chimiques de notre environnement. Les chercheurs et les écologistes sont particulièrement attirés par la pollution chimique. Les mass-médias ainsi que les professionnels de santé occultent le danger lié aux champs électromagnétiques. Pourtant, depuis la découverte de l’électricité au 17° siècle, les biologistes se sont intéressés à l’influence de ce phénomène sur l’organisme. T. Ressowski, le grand  physiologiste et généticien russe consacra plus de trente années de travail à expliquer les phénomènes de la dégradation du système nerveux par les champs électromagnétiques.

 

Troubles physiologiques dans les élevages

 

En Belgique, les éleveurs d'oiseaux, de porcs, lapins et de bovins ont remarqué l'apparition de troubles physiologiques, dans leur élevage, après la pose de ligne à haute tension.

Les courants vagabonds, de faibles courants électriques qui peuvent circuler dans l'air (on  peut les détecter sur des objets métalliques), semblent être responsables de multiples altérations métaboliques. Ces courants peuvent avoir diverses origines : une installation défectueuse, des câbles dénudés, des fuites dues à une isolation défectueuse, mais également par des les courants induits dans des éléments conducteurs par des lignes à haute tension proche.

 

Les conséquences sur la santé :

 

une chute d'immunité, des infections plus fréquentes, des dérèglements des processus chronobiologiques (confirmés par les mesures de la chute de la sécrétion de la mélatonine), des pathologies de la lactation, un abaissement important dans le taux sanguin de cuivre, calcium, phosphore, magnésium. Ces différents phénomènes ont été observés parmi les troubles métaboliques chez les animaux exposés aux champs magnétiques induits par les courants vagabonds.

 

Impact de l’électromagnétisme sur la féconcation

 

Le Professeur Manczarski travaille sur les problèmes de l'impact de l'électromagnétisme sur  la fécondation et la détermination du sexe. Il a constaté un pourcentage plus élevé de naissance de filles chez les techniciens radio. Toutes ces observations confirment le caractère polyvalent de l'action des champs électromagnétiques sur l'organisme. Elles ont incité des chercheurs à faire de nombreuses expériences et recherches sur ce sujet.

Ces observations n’étaient pas nouvelles, déjà en 1956, Barnothy avait remarqué les effets des champs magnétiques sur les globules blancs chez la souris. L'équipe de chercheurs de   l'Université de Tours a démontré que l’exposition aux champs magnétiques était responsable de l’apparition de l’ulcère gastrique chez les rats.

 

Hypoglycémie, troubles comportementaux

 

Ils ont également remarqué des phénomènes d’hypoglycémie, d'hypolipémie, d'hypocalcémie. Enfin, les comportements des animaux traités changeaient à la suite de leur exposition à des champs électromagnétiques. Le Docteur Smith, de l'Université Salford, a étudié et soigné des patients hypersensibles aux champs électromagnétiques. Il intervenu sur de nombreuses pathologies respiratoires et dermatologiques. D'après lui, l'allergie électromagnétique est l'une des plus importantes causes de maladies du vingtième  siècle. Les chercheurs suédois ont fait une analyse très complexe de population exposée  aux risques liés aux lignes à haute et très haute tension. Ils ont étudié environ un demi-million de personnes, habitant des zones proches des lignes à 220 kV et 400 kV.

 

Les études de la population concernée a été faite entre 1960-1985, soit vingt cinq ans. Pour réaliser cette analyse, ont été utilisées des mesures faites sur le terrain, des méthodes de simulation sur ordinateur, l'analyse de statistiques, l'analyse et l'histoire des malades.

 

Champs magnétiques cancers et leucémies

 

Les chercheurs ont analysé tous les cas de cancer du cerveau chez les adultes et les leucémies chez les enfants et les adultes. Les études suédoises montrent, sans aucun doute, que les champs magnétiques (dans ce cas les lignes à haute tension) augmentent les risques de toutes les maladies étudiées. Ces résultats ont été confirmés par des recherches américaines et anglaises.

 

Cataractes et système nerveux

 

Les études cliniques faites aux Etats-Unis montrent le rôle des champs électrocinétiques dans    l'apparition des cataractes. Les chercheurs britanniques se sont particulièrement intéressés à    l'encéphalomyélite qui attaque les muscles et le système nerveux et est cause d'un état de fatigue générale. Cette maladie d'origine électromagnétique ( ?) concerne actuellement environ cent mille habitants de Grande-Bretagne. Les biologistes russes évoquent l’action mutagène et l'interruption de la transcription de l'ADN par les faibles champs magnétiques. Enfin, la description des scléroses en plaques liées à la surexposition à des radars a permis mettre en cause la pollution électromagnétique dans l’apparition de cette maladie dont les origines restent toujours mal connues.

 

Champs de basse fréquence plus dangereux

 

Les recherches, effectuées par des laboratoires américains, suédois, britanniques, japonais montrent que plus la fréquence d'exposition est importante et plus l'action des paramètres physiques du champ électromagnétique nuisent à l’organisme.

Les champs de basse fréquence, c'est-à-dire environ 50 Hz sont les plus dangereux. Les   champs de ce type peuvent être produits par des lignes à haute et très haute tension, des  transformateurs situés à l'arrière du poste télé ou d'un ordinateur, des caténaires de trains,   des fours micro-ondes, des ondes radios, des téléphones mobiles et des radiotéléphones.

L’information sur ces risques si multiples d'exposition aux champs électrocinétiques, restent toujours confidentielle et limitée à un petit groupe de professionnels.

 

Peut-on réduire les organismes vivants à de simples complexes moléculaires ?

 

Les sciences biologiques et médicales sont actuellement dominées par un paradigme chimique. La biochimie tente, sans grand succès, de réduire les organismes vivants à des complexes moléculaires. Elle est incapable d’assimiler les découvertes et les conceptions de la physique quantique. Pourtant la connaissance quantique est nécessaire pour comprendre l'impact de la pollution électromagnétique sur les organismes. Malgré les efforts des bioélectroniciens, nous ne disposons pas de modèle électromagnétique de la cellule, indispensable pour interpréter et comprendre la théorie électromagnétique des états  pathologiques.

 

Le rôle des producteurs d’électricité

 

Il faut aussi évoquer le rôle des producteurs de l'énergie électrique. Les grandes compagnies   productrices sont des monopoles et ce, pratiquement dans tous les pays du monde, les producteurs d'électricité n'ont aucun intérêt économique ni médiatique à faire connaître ces risques au public. Paradoxalement, ces compagnies sont les seules à disposer des données. En octobre 1990, l’EPA (Agence pour la Protection de l'Environnement) a préparé un   rapport sur l'évaluation de la carcinogénité potentielle générée par les champs électromagnétiques. Le directeur du bureau d'agrément de EPA a décidé de ne pas éditer ce rapport de plus, il s’est opposé à la demande faite de classement des lignes à très hautes tensions dans la catégorie des facteurs cancérigènes.

 

Les champs électromagnétiques et les dangers qu’ils peuvent présenter ont été soulignés à maintes reprises.

 

L’un des tout premiers à  avoir les risques liés à cette pollution insidieuse, parce que très difficilement détectable, a été en France le Dr Maschi. Comme pour tous les précurseurs, cela lui a non seulement valu bon nombre d’ennuis et de procès, mais également d’avoir été pendant plus de vingt ans rayé de l’ordre des médecins.  Aujourd’hui, tout le monde semble d’accord ou presque, et de nombreux scientifiques  admettent que le courant électrique n’est peut être pas aussi anodin qu’on le croit généralement. Les responsables et les producteurs d’électricité de tous les pays ont fait croire au public que l’électricité ne présentait que des avantages.

 

La bonne fée du logis serait-elle une horrible sorcière ?

 

Elle n’a eu pendant très longtemps que des qualités, à tel point que les publicitaires nous vantant ses mérites, nous l’on présentée sous l’image rassurante de « bonne fée du logis ». Or, derrière cette fée radieuse, qui nous apporte confort et facilité, se cache peut être une horrible sorcière, prête à nous faire payer au centuple tous les avantages qu’elle nous accorde.  Pendant très longtemps, on a dissimulé ou occulté toutes les études qui n’allaient pas dans le bon sens. Le procédé n’est pas nouveau. On qualifie le travail des contradicteurs d’avoir un «manque de rigueur scientifique» et les chercheurs contestataires de «marginaux» voire  de «psychopathes». C’est bien normal lorsque tant d’intérêts sont en jeu.

Les premières recherches dissonantes datent de 1954. Elles ont été effectuées aux États-Unis. A la même époque, les Polonais ont également travaillé sur cette question épineuse.

 

Une pollution que personne ne prend en compte

 

Depuis quelques décennies l’ensemble des radiations électromagnétiques a chargé l’atmosphère terrestre de façon considérable. Il s’agit d’une pollution ignorée, occultée, mais dont la présence est de plus en plus  évidente.

De nombreux scientifiques font le lien entre ce type de pollution et l’apparition de pathologies dégénératives, telles que  leucémies ou  maladie de Parkinson.

En 1976, une étude américaine faisait état d’un rapport du Pentagone qui soulignait que «les micro-ondes pourraient servir à provoquer des crises cardiaques, à modifier le comportement des diplomates, et à influencer des personnes soumises à un interrogatoire».

Des millions de dollars ont été investis dans ce type de recherche, à l’Est comme à l’Ouest. A quelle fin ? La question reste posée.

 

Les travaux de chercheurs indépendants concordent

 

En 1979, Wertheimer et Leeper ont remarqué un excès de mortalité par cancer chez des enfants qui vivaient dans des habitations qui présentaient des champs magnétiques  élevés. Trois ans plus tard, Milham souligne que des personnes qui ont une activité  associée à des expositions à des champs magnétiques peuvent manifester un risque accru de leucémies.

Dans les années 80 et 90, des études épidémiologiques faites sur des personnes présentant des expositions tant résidentielles que professionnelles ont été effectuées. En Suède, elles ont confirmé que l’augmentation des risques relatifs  croît avec la fréquence et les niveaux d’exposition. Cette étude conclut «que les résultats apportent plus d’arguments en faveur d’une relation entre champs magnétiques et cancers que contre cette relation». L’évidence est plus caractérisée dans  la leucémie infantile.

 

Machines à coudre et fœtus

 

Le Pr Cyril W. Smith souligne le rôle fondamental des radiations non-ionisantes dans les processus vitaux et les dangers potentiels qui résultent de l’exposition régulière aux radiations électromagnétiques, même à faible puissance, celles-ci favorisent l’apparition de cancers, leucémies, allergies, dépressions. Ces maladies sont aggravées ou déclenchées par la plupart de nos systèmes et champs électriques, dont les lignes à hautes tension, les fours à micro-ondes, les ondes radios, les radars et certaines de leurs applications militaires. Ces Exemples édifiants montrent l’immense complexité  des problèmes et des phénomènes qui peuvent résulter des suites des activités industrielles.

Les auteurs portent un nouveau regard sur les mécanismes qui interviennent dans certaines médecines alternatives, en particulier pour l’homéopathie. Ils envisagent un moyen de lutter contre les effets pervers des champs électromagnétiques et soulignent les applications bénéfiques que nous pourrions en faire.

 

Que peut-on faire ?

 

Localiser et connaître le niveau et le degré des expositions aux champs électromagnétiques de notre environnement est une étape indispensable pour combattre ces dangers en connaissance de cause et nous tenir éloigner des sources.

Les femmes enceintes qui travaillent sur des machines à coudre électriques risquent d’exposer leur fœtus à des radiations électromagnétiques susceptibles de provoquer une leucémie. Le Dr Claire Infante-Rivard, de l’Université McGill de Montréal, a recensé un nombre important de leucémies chez les enfants nés de couturières. Ce chercheur avait tout abord attribué ce phénomène à la poussière et aux fibres synthétiques.

Des recherches plus poussées l’ont convaincu  que les personnes qui travaillent toute la journée sur une machine à coudre sont exposées à une radiation plus importante que les opérateurs de réseaux électriques.

«Si l’on tient compte de l’ergonomie professionnelle devant une machine à coudre, il est très probable que le fœtus soit lui aussi exposé à la radiation», explique-t-elle dans la revue médicale The Lancet. Mais elle a également souligné que les études devaient se poursuivre, afin d’établir une relation directe entre leucémies infantiles et machines à coudre.

 

Champs magnétiques et cancer du cerveau

 

«Les personnes qui travaillent dans des installations électriques doublent le risque de développer un cancer du cerveau», affirment les chercheurs de l’Université de la Caroline du Nord. Celui-ci s’étend à d’autres cancers, comme par exemple celui du sang. En effet, l’exposition prolongée aux champs magnétiques double également les «possibilités» de développer une tumeur de ce type.

Les résultats  les plus significatifs en établissent une relation de cause à effet entre exposition et cancer du cerveau. Cette maladie a provoqué 144 décès parmi les 140 000 individus travaillant dans une centrale électrique (ils avaient été choisis au hasard pour la constitution de l’échantillon analysé).

 

Un T.G.V. à 0% de pollution ?

 

Une affiche de la SNCF, il y a quelques années, nous vantait  les mérites de notre T.G.V. avec le slogan on ne peut plus évocateur :

«T.G.V.  300 à l’heure

0% de pollution atmosphérique»

Illustrée par un joli couple muni d’un filtre devenu inutile, afin de se protéger sans doute de la pollution de l’air...

Cette affiche était remarquablement bien faite. Elle laissait sous entendre que la SNCF aurait réglé tous les problèmes de pollution. Hélas, lorsqu’on y regarde d’un peu plus près, c’est loin d’être le cas. Si, effectivement, il n’y a plus de pollution par hydrocarbure produite par l’émission des  gaz d’échappements (comme c’est le cas sur nos véhicules utilisant le pétrole comme source énergétique), la pollution n’en est pas pour autant supprimée. Elle est même bien présente. Disons qu’elle est maintenant électromagnétique, un peu moins visible, mais probablement au moins aussi nocive (sans oublier la pollution liée à la production de l’électricité). Bien entendu, l’agence de communication de la SNCF oublie d’en parler et c’est  normal.

Les T.G.V. fonctionnent sous une tension de l’ordre de 25 000 volts, les accélérations nécessitent des apports de courants importants, les champs d’induction magnétique peuvent atteindre de 20 à 60 mG à l’intérieur du poste de pilotage, et lors du passage du train, on mesure un champ magnétique de 12 à 22 mG, alors que 2 mG pour 8 heures d’exposition est une valeur pivot, au-delà de laquelle des risques  certains existent.

 

Les téléphones portables

 

Manne providentielle, depuis une dizaine d’années, les téléphones portables connaissent auprès du public un boom sans précédent. Réservé tout d’abord à une élite, il s’est à tel point banalisé que ne pas en avoir, c’est être complètement dépassé et rétrograde. Le premier engouement passé et avec le recul d’une quinzaine d’années, on est obligé de constater que le public, même s’il utilise de plus en plus les communications avec mobile, s’interroge.

Les nuisances liées à la puissance des émissions sont fonction de l’éloignement des stations. Ainsi, plus la distance relais est éloignée ; plus il y a de difficultés de réception,  plus la puissance d’émission est importante et plus il y a risque de lésions chromosomiques

 

Des cancers spécifiques aux utilisateurs de téléphone portable ?

 

La puissance rayonnée par l'antenne d'un téléphone portable est absorbée par la tête et la main de l'utilisateur. C'est évidemment lors de la communication que l'irradiation de l'utilisateur est la plus forte : l'appareil (et surtout son antenne) est très proche du cerveau, des oreilles et des yeux.

 

Toujours en cause, les très basses fréquences

 

De nombreux travaux faits par des chercheurs indépendants montrent que des cancers spécifiques pourraient être attribués à l’utilisation de téléphone portable. Les effets biologiques liés aux « extremely low frequencies » ou ELF commencent à devenir préoccupantes. On les soupçonne de plus en plus fortement ainsi que les antennes relais d’être responsables d’avortements spontanés, de tumeurs diverses, de stress, de leucémies, de maux de tête, fatigue chronique, troubles visuels, vertiges, problèmes cardio-vasculaires, difficulté de concentration, diminution de la mémoire, perte de sommeil  etc. Le téléphone mobile n’est d’ailleurs pas le seul coupable, l’utilisation de plus en plus fréquente d’ordinateurs, les nuisances liés aux pollutions électromagnétiques risquent de croître dans des proportions alarmantes d’ici quelques années.

Jean Aikhenbaum

 

 

 

Bibliographie sélective:

«L’homme Électromagnétique», Cyril W. Smith et Simon Best (préfacé par le Pr Herbert Frölich, prix Nobel de Physique). Éditions Encre.

«Pourquoi et comment mesurer les champs électromagnétiques», Coordination des textes : J.M Danze. Éditions Encre

«Les pollutions électromagnétiques liées au 50  MZ», J.M Danze

Zanieczsyczcio, Electromognietyczne, Dulin, 1992.

Partager cet article

Repost 0
Published by hstes1 - dans santé
commenter cet article

commentaires