Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 21:37

 

 

Vitamines de synthèse et autres compléments alimentaires

 

 

 

 

 

Dans un article que nous avions fait paraître dans RVS n° 10, nous disions ceci :

Déjà en 1969, le Dr André Gernez dans son ouvrage «La Carcinogenèse, mécanisme et prévention» soulignait que la vitamine «A» abaisse le métabolisme basal et que l’apport en vitamine A et en vitamine du groupe B, favorisent l’alcalose.

 

Vitamine A modérateur métabolique ? Utile dans la prévention du cancer ?

 

L’apport de vitamine «A», a été retenu en tant que modérateur métabolique, cependant son usage doit être limité en raison de son action antagoniste secondaire (ce qui en clair veut dire, que des produits, même considérés comme anodins, peuvent avoir parfois des conséquences, non seulement imprévisibles, mais parfois également dramatiques)

 

 Les supplémentations artificielles sont-elles utiles ?

 

D’autres études faisaient ressortir, que la vitamine «A» utilisée en supplémentation aux fins de prévenir le cancer était fortement controversée ces dernières soulignaient que loin de protéger du cancer, elle semblerait le favoriser. Il s’agit de supplémentations artificielles, et qu’il n’est nullement question  de la vitamine «A» naturelle,  la carotène que nous trouvons en abondance dans des végétaux  et  des fruits frais tels que la carotte, le chou, le brocoli etc. L’étude s’est fondée, sur une si large base d’observation  (29.133 sujets) que ses conclusions peuvent être considérées exactes à 99% , c’est ce que dit en substance le Dr Démitrius Albanes, qui estime que les recherches doivent être approfondies. Tous les patients qui ont participé à cette étude étaient fumeurs, donc un groupe à risque. L’idée alors était que la carotène était à même de protéger du cancer du poumon. Les experts de la Food and Drug Administration estimèrent que les résultats de cette étude devraient inciter les scientifiques à mener des recherches plus sérieuses.  Les experts de la Food and Drug Administration sont des gens bien élevés, ce sont également des scientifiques, et vous comprendrez bien, qu’il est difficile qu’en on est expert de dire des choses désagréables à des collègues, dont on peut avoir besoin par la suite.

 

Pour celui qui n’a pas besoin de toutes ces réserves, je traduis donc leur message en termes plus clairs.... Messieurs, avant de prendre le public pour des cons, afin de faire vendre des produits de synthèse inutiles ou dangereux vérifiez un peu mieux vos affirmations.

 

Et la vitamine E ?

 

La même étude a servi pour la vitamine «E», dont les résultats meilleurs, que ceux de la vitamine «A», n’atteignent pas ce que l’on était en droit d’espérer ; d’une part cette vitamine réduit de 34 % le risque de développer un cancer de la prostate et permet d’éviter les troubles dus à la formation de caillots de sang dans le cerveau... mais en revanche elle augmente le risque de troubles dus à un épanchement de sang dans le cerveau. 

Conclusion prenez de la vitamine E, vous n'aurez peut-être pas de cancer de la prostate, mais vous avez de grandes chances de faire un incident vasculaire cérébral !

 

Bien que le taux de mortalité entre ceux qui prenaient de la Vitamine E et de ceux qui n’en prenaient pas soit sensiblement identique, celui-ci augmenterait de 8% dans le cas ou ils prendraient simultanément de la carotène.

Des scientifiques ont signalé que l’intérêt principal de cette étude est d’avoir mis le doigt sur le danger que peut représenter l’ingestion de compléments alimentaires, sur lesquels on ne dispose pas de données sures. Cette étude a fait dire au Dr Gilbert Omen, qui était alors, doyen de la section Santé Publique de l’ Université de Washington... soyez surs que les scientifiques font tout ce qu’ils peuvent pour prévenir le cancer, mais sachez que les solutions faciles n’existent pas et que le fait d’avaler des pilules ne constitue pas une garantie de sécurité».

 

Pour le Dr Gernez la vitamine « A » devrait être prescrite de manière intermittente

 

    Le Dr Gernez que nous avions interrogé sur ce sujet et qui a répondu dans le même article, souligne : (article publié par RVS n° 7)

que la vitamine «A» introduit dans un protocole anticancéreux se devait d’être prescrit de manière intermittente. Nous l’avons d’autant plus répété indéfiniment, souligne-t-il, quand nous avons constaté que l’industrie, forte des résultats obtenus, oeuvrait pour une administration quotidienne... pendant des années. Cela constitue un  danger et une aberration.

 

L’hypervitaminose favorise le développement anormal des tissus

 

Danger, parce que l’hypervitaminose est dysplasique (c’est à dire qu’elle favorise un développement anormal des tissus qui peut entraîner des difformités) pour la cellule avec malformation telle que son administration est à proscrire chez la femme enceinte.  Comme le surdosage dépend de la dose totale ingérée, on pourra constater l’effet à retardement et présumer à ce qui va advenir des 22.000 médecins masculins qui ont pris régulièrement des comprimés de carotène (étude réalisée par le Health study aux Etats Unis).

Aberration, parce que le stockage s’effectue au niveau du foie à 90% et que les réserves hépatiques en l’absence d’apport couvrent les besoins durant des mois. (fin de citation)

Là, il s’agit de vitamines officielles qui peuvent vous être délivrées par votre médecin, ou qui sont en vente libre chez votre pharmacien.... mais les labos font encore mieux, ils font des complexes vitaminiques, et mélangent allègrement de bon coeur, 10 , 20 ou même 30 substances différentes, on arrête pas le progrès...et l’on dit au public, que l’on utilise l’effet synergique... et que, combinées les unes aux autres, elles en sont d’autant plus efficaces. La réalité est la plupart du temps toute autre,  de toute manière extrêmement difficile à mesurer. Au delà de 3 molécules, on a beau chercher, on ne sait pas très bien ce qui se passe, on entre dans le domaine  du purement  spéculatif, 

 

Il y a aussi des produits qui sont vendus, de bouche à oreilles,  en catimini là le discours est un peu différent, le complément vitaminique, comprend tout un amalgame de produit, il a été élaboré aux U S A, ou en Suisse, cela fait toujours mieux. Là on procède de la manière, suivante, il y a un distributeur, qui touche des commissions sur d’autres distributeurs, chargés eux-mêmes de former des distributeurs etc. c’est de la vente pyramidale (formellement interdite par notre législation). Le produit on s’en fiche un peu, mais l’argumentaire qui s’étaye sur  la santé est porteur, il est donc utilisé. On propose  du complexe, sensé, protégé contre toutes les pathologies, passées présentes et à venir. Les vendeurs gogos, en sont pour la plupart du temps pour leur frais. Ils subissent des périodes d’initiation au produit, ou avec des études pseudo-scientifiques, qui ne résistent à aucune analyse sérieuse, on les convainc, que si ce produit n’est pas en vente officiellement, c’est qu’il gênerait tellement les produits pharmaceutiques classiques que leur vente serait réduite comme une peau de chagrin....

Ces derniers produits, ne sont, sur le plan efficacité thérapeutique, ni meilleur, ni pire que leurs homologues vendus en pharmacie, à une réserve près... ils sont 5 à 10 fois plus chers. Ce mode de distribution pyramidal cache en outre fréquemment une organisation sectaire.  Il nous a été rapporté le cas de vente d’une liqueur de Ginseng, vendu à des personnes âgées pour la modique somme de 18.000 francs (l’équivalent de 3500 euros actuels !)

http://www.hstes.com/article-c-est-cul-la-secu-on-peut-la-ponctionner-tant-qu-on-veut-elle-dit-jamais-rien-77907749.html.

 

Et la mélatonine ?

 

 

Produit longtemps à la mode la mélatonine, ici on a affaire à de véritables professionnels, qui n’ont pas lésiné sur les moyens.  Deux chercheurs dont on dit qu’ils ont une renommée internationale Walter Pierpaoli dirige un laboratoire de recherche à Ancône (Italie, et William Regelson, professeur de médecine spécialiste du vieillissement. Ces deux chercheurs, ont bien évidemment faits des communications scientifiques dans des journaux spécialisés et on fait paraître un livre aux USA, dont le Titre The MELATONIN MIRACLE a été un best seller, et a permis aux deux chercheurs de mettre à la portée du public, leur connaissance sur  ce produit quasi miraculeux qu’est la Mélatonine, que notre glande pinéale entre autre produit, et qui se tarit lorsque nous prenons de l’âge.

Leur but, nous rajeunir, demain on aura tous vingt ans d’âge et d’apparence. Leur cri, il faut lancer de nouvelles recherches sur la mélatonine, en savoir plus sur cette hormone étonnante. etc.

 

Ses vertus aux dires des chercheurs sont innombrables:

 

Elle est l’hormone qui lutte contre le vieillissement.

elle empêche les cellules cancéreuses de se développer notamment dans le cancer du sein.

Elle est efficace contre l’insomnie

Elle lutte contre le décalage horaire

Elle prévient les maladies cardiaques

elle fait baisser le taux du cholestérol

C’est un antioxydant (elle protège du cancer)

Elle renforce le système immunitaire, et est efficace contre le  Sida, la maladie de parkinson, et restaure la santé sexuelle etc.

Le seul problème c’est que les études contradictoires faites par des équipes de chercheurs indépendants des scientifiques japonais et américains n’ont jamais pu renouveler les résultats qui auraient été obtenus précédemment, personne n’a pu non plus démontrer son action rajeunissante.

De tels produits ont été mis depuis la seconde guerre mondiale à la disposition du grand public, cellules fraîches, embryons, etc. notamment les trop célèbres traitements du DR Aslan, Bogomoletz, Niehans etc. certains traitements ont apporté un mieux passager, mais qui à plus ou moins long terme s’avéraient dangereux ; et pour cause, on ne joue pas les Dr Faust impunément. Si le produit à quelque efficacité, il agit en précipitant les divisions cellulaires, donc en stimulant effectivement l’organisme, d’ou le mieux que l’on peut observer. Mais le remède est pire que le mal, car il accélère le vieillissement et finit par favoriser un état pré-dégénératif.

 

Quant aux traitements «officiels», vendus avec les bénédictions du Ministère de la Santé et remboursés par notre Sécurité Sociale, ils ne peuvent non plus de ce fait être classés comme anodins efficaces et nécessaires.

Nous sommes convaincus que dans les légumes et les fruits qui poussent dans nos contrées se trouvent la totalité des vitamines, des micro, macro et oligo éléments qui nous sont nécessaires. De nombreuses “ supplémentations alimentaires ”, d’une utilité pour le moins discutable sont pourtant commercialisées à prix fort.

 

Cette analyse se trouve confirmée par l’article publié dans « Le Pharmacien de France N°1207 - fevrier 2009 » qui titrait :

Cardiologie : Les supplémentations n’apportent rien !

Les adeptes des vitamines doivent déchanter : pour prévenir les maladies cardiovasculaires, rien de tel qu'une bonne hygiène de vie.

 

Jean Aikhenbaum

Partager cet article
Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 14:36

 

 

OGM - et autres gâteries destinées à nous ouvrir l'appétit

  

Vu, l’autre soir sur une chaîne de télé quelconque aux infos de 20 heures, un reportage sur les OGM. J’ai écouté, comme à l’accoutumé d’une oreille distraite, les balivernes que nous délivraient le journaliste de service. Tout est mis en scène pour nous faire croire à l’indépendance de l’info que l’on vous sert à un heure de grande écoute entre la poire et le fromage. Petit tour, dans les grandes surfaces, on interroge la ménagère : consommez-vous des produits contenant des OGM, la plupart s’en contre fiche, celles qui prêtent attention à la façon dont leur alimentation est préparée tentent vainement de lire les étiquettes. Là, le premier constat qui s’impose est que la lecture de l’étiquette relève du  parcourt du combattant. Les producteurs qui n’utilisent pas d’OGM dans leur production le mentionnent généralement visiblement. La législation européenne, n’oblige pas les producteurs de mentionner l’origine alimentaire de la nourriture des animaux, qui sont nourris en grande partie avec du maïs ou du soja transgénique, qui se retrouvent par ce biais dans votre assiette sous forme de yaourts, viandes, charcuteries, œufs, plats préparés etc.

 

La cerise revient à la conclusion, qui efface d’un coup de langue tout ce qui aurait pu nuire à la bonne image de notre alimentation transgénique ; donc pour conclure notre bavard de service ajoute, que personne n’avait démontrè scientifiquement pour l’instant,  que les OGM pouvaient porter un préjudice quelconque à la santé  humaine ou animale. Formulation doublement malhonnête, il existe bien des études qui démontrent le risque bien établi que font courir les OGM d’une part à l’environnement et d’autre part, par voie de conséquence à la santé humaine et animale. La seconde c’est de laisser sous entendre qu’à partir du moment ou ce risque est inexistant puisque pour l’instant non démontré, qu’il sera toujours possible de rectifier, de supprimer les cultures OGM  et de revenir aux situations antérieures. Cette argumentation est non seulement fausse mais également mensongère. 

Seule actuellement, à ma connaissance, l’agriculture biologique garanti que les produits quelle cautionne sont exempts d’OGM.

 

Pour les médias, quelle que soit l’information a traiter, tout réside dans l’art de semer le confusion :

 

En évoquant un sujet, occulté le risque pour ce qui concerne les OGM, toujours les présenter sous leur aspect bénéfique, tant pour l’homme que pour l’environnement et les animaux. Il s’agit la plupart du temps, non de réalisation effective, mais de projets énoncés par des laboratoires de recherches dans l’objectif d’obtenir subvention et crédits. On entretient la confusion en laissant croire qu’ils sont réalisés ou sur le point de l’être.

 

Des risques alimentaires dont on parle peu

 

Depuis 1993 un taux anormalement élevé de toxicité a été observé lors de contrôles de routine effectués sur des mollusques en provenance de diverses parties de la côte française. L'injection de prélèvements d'extraits de ces mollusques à des souris a entraîné tout d’abord des troubles neurologiques et la mort 5 à 15 minutes après l’injection. Les chercheurs n’ont pas réussi encore à identifier le polluant, bien que l’on connaisse certaines de ses propriétés chimiques et physiologiques (blocage de canaux ioniques et action sur l’acétylocholine et sur les ions de calcium). Nous avons à faire avec une neurotoxine puissante. On ignore encore si cette possibilité d'intoxication peut affecter les humains, consommateurs de moules et d’huîtres. A notre connaissance, aucune communication sur les risques potentiels n’a été faite à ce jour. Il est vrai qu’avec la vache folle, les listérioses, salmonelloses et autres pollutions par métaux lourds, pesticides, dioxines etc.  l’AFSA (agence chargée de notre sécurité alimentaires) a déjà fort à faire.

 

 

Entendu ça

 

Bernard Kouchner, alors qu’il était ministre de la santé, sur France info,  nous informait que les aléas médicaux, seraient bientôt pris en compte... et que les patients auront enfin libre accès à leur dossier médical. Le ministre expliquait que la technique médicale était de plus en plus pointue et mettait les tout derniers progrès à la portée du plus grand nombre d’entre nous. Les aléas dans le futur risquaient de ce fait d’être plus nombreux. Les inconvénients qui en découleront seront pris en charge par notre sécurité sociale. Le ministre est resté beaucoup plus vague en ce qui concerne les maladies iatrogènes*, et pour cause la relation de cause à effet est souvent difficile à établir la pathologie comme c’est souvent le cas, lorsque la pathologie est éloignée dans le temps de l’acte thérapeutique.

 

Kouchner s’interroge sur les OGM !

 

Puis, le ministre interrogé sur les OGM a dit qu’il ne comprenait pas très bien la réticence du public et les manifestations anti OGM, avec destruction sur le terrain de cultures expérimentales. Son argumentation : les modifications que nous apportons au monde vivant, existent depuis toujours et  nos organismes se sont adaptés aux transformations auxquelles ils ont eu à faire face.... alors le public a-t-il raison ou non d’être réticent devant ces avancées technologiques qui, aux dires des laboratoires, vont définitivement vaincre la faim sur terre et nous donner par la même occasion des produits de meilleure qualité et de plus venir à bout de pathologies pour lesquelles nous n’avons actuellement aucun moyen de lutte ? Le combat de la lumière contre l’obscurantisme. Des bouseux illettrés rétrogrades d’un côté et de l’autre des hommes de sciences ! Allez faire comprendre quelque chose à des ignares incultes. Fort heureusement, ce type de discours commence a avoir du plomb dans l’aile. Les discours sont inutiles, les OGM sont déjà dans notre assiette.

 

Des enjeux économiques considérables :

 

Les véritables enjeux, ne concernent ni notre alimentation et encore moins notre santé ils sont économiques. Ces marchés représentent des milliards de dollars. Croire que l’objectif est de nourrir la planète est un argument sans fondement, totalement éculé. Les producteurs d’OGM mettront à la portée des gros industriels de l’agro alimentaire des semences qu’ils pourront se payer et feront disparaître les petits producteurs et l’agriculture familiale traditionnelle, qui, constitue dans les pays en voie de développement l’essentiel de leur alimentation.

 

Bon appétit, après allez donc faire un petit somme pour oublier tout ça…

 

Voici quelques O.G.M, que l’on nous concocte ou qui sont déjà disponibles :

- Coton, soja, maïs, colza, tomates, melons, tabac, café, cacao, blé, riz, pommes de terre supportant mieux les pesticides ou plus résistants aux insectes. A l’heure actuelle 48 plantes sont autorisées. Les animaux n’échappent également pas aux OGM, chèvres, brebis, vaches etc.


 
Qu’est-ce qu’un OGM :

consiste à transférer un gène d’un être vivant à un autre, généralement d’une espèce à l’autre. L’organisme receveur pourra ainsi acquérir certaines propriétés qui lui faisaient défaut et les transmettre. On obtient ainsi, des variétés qui vont résister aux insectes, à la sécheresse, aux maladies et supporter des doses accrues de pesticides. Les plantes ainsi modifiées pourront également voir leur composition modifiée (sucre - saveur etc.)

 

En 1996 nous écrivions ceci :

 

Nous pensons également qu'il est important de rappeler que les manipulations génétiques sont très souvent effectuées entre des espèces totalement différentes, en prenant  des molécules d'origines animales ou végétales ou de micro organismes totalement différents de l'organisme destinataire, le but la modification totale du patrimoine génétique et du métabolisme de l'organisme cible.

L'association Greenpeace dans un communiqué d'octobre 96, fait état que du soja transgénique en provenance   des USA va être mis prochainement en vente sur le marché européen, vendu sous le nom de Roundup Ready soybean (RRS), il a été rendu résistant au Roundup produit utilisé en agriculture comme désherbant et fabriqué par la firme Monsanto. Le soja a été manipulé pour que les agriculteurs puissent utiliser le Roundup pendant toute la période de croissance de cette plante. Pour le soja produit par Monsanto des parties d'un gène de virus, de bactéries et de pétunia ont été rajoutées, qui permet à cette plante d'absorber le double de Roundup. Le plus grave dans cette affaire, c’est qu’aucune réglementation n’oblige les manipulateurs à faire mention sur leur produit des ces transformations que l’on ne rencontre en aucune façon dans le milieu naturel. 60 % du soja consommé en Europe provient des USA et il entre dans la composition de nombreux produits, chocolat, yaourt, huiles, la lécithine de soja qui sert de stabilisant et d'émulsifiant se retrouve dans la  margarine, les pâtisseries etc. elle peut également apparaître sous la référence E.322. 

 

Des plantes pesticides ou qui supportent des doses importantes de pesticides.

 

19 OGM ont été évalués, représentant « plus de 80% de tous les OGM cultivés à travers le monde » selon le CRIIGEN.

Les essais ont été effectués sur  des rats.

Ces derniers ont été nourris avec des OGM pendant 90 jours par des sociétés de biotechnologies. Les auteurs ont ainsi observé que « sur un total de 9% de paramètres perturbés, 43% se concentrent sur les reins des mâles ». Les foies des animaux ayant consommé des OGM sont également touchés.

conclusion : "les résultats observés dans les reins et les foies des animaux, peuvent prédisposer au déclenchement de maladies chroniques. D’après la revue Environmental Sciences Europe. Source Agro Media

 

 

Vous bouffez peut-être de la merde, mais l’essentiel c’est que Monsanto se gave

Dans le soja transgénique produit (et breveté) par Monsanto, un gène  rend la plante tolérante à un herbicide dit total, il tue toutes les autres plantes, bonnes ou mauvaises afin que seule le soja transgénique pousse. Le soja étant rendu tolérant à l'herbicide Roundup, lui permet de supporter des doses importantes de Roundup commercialisé et produit par la firme Monsanto, ce qui entraine une pollution accrue des sols et des nappes phréatiques.
Les agriculteurs qui utilisent le soja de Monsanto ne doivent utiliser que le désherbant Roundup. Ainsi, Monsanto vend ses semences transgéniques et augmente fortement ses ventes d'herbicide, ceci traduisant le souci de rentabilité des firmes agrochimiques au détriment de l'environnement et de la santé humaine.


 Applications : les champs d’application sont vastes, de l’agro-alimentaire à la pharmacie (thérapies géniques) en passant par l’industrie (matière première végétale). Les pays en pointe sont les Etats Unis et le Canada. Ces pays sont suivis de près par le Japon, l’Australie, l’Amérique du Sud et la Chine.

Aux Etats Unis et au Canada les OGM sont relativement bien acceptés, l’opposition est marginale. En Europe et en France particulièrement le consommateur refuse les OGM. Les grands groupes de distribution l’ont d’ailleurs bien compris, puisque la mention « garantie sans OGM » est un argument publicitaire de plus en plus employé. 
 

Contrairement à ce que l’on tente de nous faire gober :

Les OGM ne réduisent pas l’utilisation de pesticides : 50 % de plus en 5 ans (entre 95 et 2000) pour les cultures de soja et de blé aux USA.

Voir en référence : le rapport « genetically engineered crops and pesticide use in the United States : the first nine years (1996-2004) From Charles M. Benbrook (Biotech Infonet, Technical Paper number 7, october 2004)

 http://www.biotech-info.net/Full_version_first_nine.pdf

 

 

 

 


Les risques :
pour l'environnement
: Les conséquences sur l’environnement sont difficilement évaluables. Le transfert incontrôlé d’une espèce vers une autre est l’un des risques qui est le plus souvent évoqué, notamment vers les espèces sauvages . Perte des caractères génétiques des plantes adventices, appauvrissement de la biodiversité, modification structurelle des sols avec perte de fertilité. Modification de l’habitat des prédateurs naturels (oiseaux, rongeurs etc.)

La résistance naturelle d’une plante à un insecte à de fortes chance d’être transmise à des insectes non visés par la modification et touchée notamment  les abeilles et le monarque qui, bien que non indésirables, se trouvent éliminés par des plantes génétiquement modifiées

 

Conséquences envisageables

 

Nous ne pouvons écarter la possibilité d’une fertilisation interspécifique. Les hybrides peuvent être fertiles et proliférer contaminer la flore ambiante et par voie de conséquence être en dehors de tout contrôle et transmettre des gènes de résistance des herbicides utilisés à la flore sauvage.

récemment a été menée aux Etats Unis une expérience sur le monarque, papillon d'Amérique du Nord.
 Des chenilles de ce papillon ont été nourries avec des feuilles artificiellement recouvertes de pollen d’une variété de maïs génétiquement modifié, résistant à la pyrale. Il a été observé chez ces chenilles ont une croissance plus lente et une mortalité plus élevée que dans celles du groupe témoin nourries sans OGM.

 

 


 santé humaine et animale :

Plantes OGM traités avec des pesticides

une équipe de chercheurs canadiens de l'Université de Sherbrook au Québec a montré la présence de pesticides (herbicides à base de glyphosate ou de glufosinate et de protéines insecticides Cry1Ab) et de leurs résidus dans le sang de femmes.

Trouvé :

dans le sang de trente femmes enceintes : des résidus de glufosinate (chez 100% des femmes prélevées) et des protéines Cry1Ab (93% des femmes prélevées) ;

dans le cordon ombilical : des résidus de glufosinate (100%) et des protéines Cry1Ab (80%) ;

et dans le sang de 39 femmes non enceintes : du glyphosate (5%), du glufosinate (18%), des résidus de glufosinate (67%) et des protéines Cry1Ab (69%).

 

 

Les risques liés à la présence de ces substances  sont difficilement évaluables, mais ils ne peuvent en aucun cas être écartés, ou sous estimés. Il est grandement  probable qu’elles participeront à la modification des caractères génétiques entrainera la fragilisation des réponses immunitaires, avec pour conséquence l’apparition ou la multiplication des allergies et une recrudescence de pathologies nouvelles ou anciennes.
 

Pour terminer, si je puis me permettre un conseil ; quand vous regarderez les infos à la télé, coupez le son ça vous évitera d’écouter des conneries.

 

 

Jean Aikhenbaum

 

* iatrogène, maladie qui fait suite à un acte médical à ne pas confondre avec maladies nosocomiales qui sont des pathologies qui son indépendantes d’un traitement et touchent un patient en cours d’un traitement en milieu hospitalier.

Partager cet article
Repost0
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 11:59

 

 

 

 

 

 

 

Le vaccin de l’Hépatite B dans votre salade

 

 

 

 

Vacciner à l’aide de salade.

L'idée pourrait vous sembler fantaisiste et sortir d’un roman de sciences fiction, et pourtant ! Ce que le public ignore, c’est que les travaux sur la vaccination avec pour support des légumes issus des cultures d’OGM (organismes génétiquement modifiés) sont bien avancés et protégés par des brevets.

27 antigènes vaccinaux seront dans un proche avenir, selon les scientifiques potentiellement capables de lutter  contre 17 maladies humaines différentes. Près de la moitié de ceux-ci on déjà faits l’objet de tests sur des animaux.

 

Vous êtes volontaires pour tester Agrobacterium tumefaciens

 

Il y a de cela quelques années, un groupe de biochimistes a publié un article sur une expérimentation "considérée comme très importante". Par manipulation génétique les chercheurs ont obtenu  une bactérie Agrobacterium tumefaciens qui porte un programme génétique susceptible de coder les protéines caractéristiques de l'infection par hépatite B. Ensuite une autre manipulation génétique a permis  d’introduire ce gène dans de la salade et dans du lupin. Les souris, nourries avec ce lupin, ont eu une réaction immunitaire caractéristique à l'infection par le virus de l’hépatite B. L'étape suivante, a été faite cela va de soi, sur des "volontaires humains". Nous mettons entre guillemets le mot "volontaires", puisqu’ils ont été trouvés parmi des personnes particulièrement démunies. Des milliardaires en bonne santé qui veulent être cobayes, vous en connaissez ?

 

Des cobayes peu exigeants

 

Servir de cobaye, a été probablement pour eux le seul moyen de gagner un peu d’argent. Et puis des messieurs en blouse blanche, leur ont dit, qu’ils ne risquaient rien... Ce n'est pas non plus par hasard que le choix des expérimentateurs s’est porté  sur les pays de l'Europe Orientale et Centrale. En cas de pépin, une poignée de dollars suffit à calmer les esprits et à éviter surtout que l’affaire ne s’ébruite. Les résultats obtenus sur ces volontaires, d'après les experts de l'industrie pharmaceutique sont "très prometteurs". Le sang des "cobayes" contenait les IgG caractéristiques de la réponse immunitaire face au virus de l’hépatite B.

 

Les vaccins : autres produits pharmaceutiques et OGM végétal

 

L'hépatite B et la salade ne sont pas les seuls "vaccins comestibles" qui ont  déjà été testés avant leur commercialisation éventuelle. Ils existent par exemple des pommes de terre manipulées génétiquement qui portent le gène LT-B. Ces "patates" sont de potentiels vaccins contre les maladies causées parfois par la bactérie Escherichia coli. Les autres pommes de terre manipulées génétiquement concurrent de la salade, peuvent vacciner également contre l’hépatite B. A l’heure actuelle des bananes destinées à lutter contre le choléra sont testées. Grande nouveauté, les laboratoires travaillent sur des plantes pour animaux afin de vacciner les porcs contre la gastro-entérite virale.

 

Les OGM utilisées à des fins médicales, voilà l’avenir assuré  (des laboratoires, bien entendu)

 

Les programmes à partir d’O.G.M ne s’arrêtent pas aux vaccins. Depuis quelques années on produit  de "l’hirudine végétal". Autrefois, l’hirudine qui est un anticoagulant était obtenu naturellement dans les élevages de sangsues. L'argument commercial est seul à orienter la production vers les OGM de manière à remplacer la méthode naturelle. Ces nouveaux procédés n’offriront sur le plan thérapeutique aucun avantage particulier au malade. Ils permettront aux laboratoires de déposer des brevets, de vanter les mérites de cette nouvelle méthode, qui vous garanti une totale innocuité, rien que des avantages. Bien sûr, au passage cela laissera un peu d’argent, faut bien que tout le monde vive, quant aux inconvénients, s’il y en a, on verra après.

 

Les vaccins comestibles, un marché en plein essor et  juteux

 

La recherche s’est donc orientée vers le développement de « vaccins alternatifs » ou vaccins directement comestibles issus de diverses plantes potagères.  Les choix se sont portés sur la laitue, l'épinard, le chou, la tomate verte, la carotte, le raisin, l’aubergine et le tabac.

 

Tomates : un avenir prometteur

 

les tomates transgéniques  seront donc non seulement comestibles mais également pour une variété d'antigènes, y compris la glycoprotéine du virus de la rage G (McGarvey et coll., 1995),

l’hépatite (Sandhu et coll., 2000),

la peste un Yersinia pestis - F1-V antigène (Alvarez et coll, 2006),

le virus d'hépatite B - antigène (HBsAg) (Lou et coll., 2007)

coqueluche, tétanos, anthrax, fièvre hémorragique….

 

Chantage émotionnel "tiers-mondiste"

 

Les recherches sont relativement nombreuses et la concurrence est acharnée dans la future production des vaccins comestibles. Il est nécessaire pour les gros groupes de s’affirmer le plus rapidement possible afin de prendre des options sur le futur. De nombreux laboratoires pharmaceutiques et biotechnologiques sont sur les rangs. Les producteurs en agro-alimentaires sont également déjà très impliqués. L’objectif,   médiatiser les travaux afin de "populariser ces recherches" et de faire croire au public, que nous sommes proche d’avancées extraordinaires.

 

Et pourquoi pas la banane ?

 

 Parmi les concurrents en lisse, on trouve des producteurs de bananes qui veulent que leurs fruits servent de support aux vaccins contre le choléra et les diarrhées enfantines. L'avantage de la banane c'est que  c'est l’un des fruits les plus consommés dans les pays du tiers monde. Les laboratoires spécialisés en biotechnologies et les producteurs de bananes  prétendent qu’ils ne peuvent fonctionner sans subventions. Rassure-vous, comme à l’accoutumé c’est le contribuable occidental qui va devoir financer ces campagnes. Rien de plus simple, le principal argument "commercial" employé qui marche à tout les coups, c’est le chantage émotionnel. Les publicitaires chargés de la communication pour mettre en avant les produits humanitaires nous montreront les enfants faméliques du tiers monde et la larme à l’œil, le gogo, ouvrira son porte-monnaie pour acheter sa bonne conscience. Si ça ne suffit pas, le biais des subventions marche très bien, ça passe par les des impôts, encore moins de problème, ni vu ni connu, le pigeon n’a même pas a donné son avis. Les données en provenance du WHO font largement usage de l’argument pauvreté dans les publications sur les "vaccins d’origine végétale". Par contre, par discrétion ou modestie, on ne trouve jamais de données sur l'efficacité" de ces fameux vaccins. La raison est simple ces données ne peuvent être citées puisqu’elles n'existent pas, au moins pour le moment. Curieusement, ces auteurs ne citent pas non plus les informations sur les effets secondaires et les risques iatrogènes*. Pourtant chose curieuse ces données, elles en revanche existent bien. Ajoutons  que les effets indésirables peuvent se montrer particulièrement désastreux dans les pays ou la sous-alimentation est endémique.

 

Choisir entre la banane OGM ou l’assainissement de l'eau potable

 

L'exemple des vaccin végétaux et du choléra dans les pays de tiers monde est bien significatif pour la stratégie commerciale "humanitaire". Les institutions chargées de la commercialisation producteurs de bananes et labos en biotechnologies ont toujours comme premier argument : la sacro-sainte solidarité. Ils expliquent que pour "sauver les enfants" en Afrique nous devons acheter les produits que concoctent leurs laboratoires et financer les associations humanitaires chargées de les distribuer. Certaines données sont savamment occultées, ils ne disent que rarement et toujours discrètement que le choléra dans le tiers monde est en grande partie liée à l'utilisation d'eau non potable. Quant aux conditions hygiéniques de ces populations, lorsqu’elles sont évoquées, c’est pour nous dire que leur amélioration ne peut être qu’un plus.

 

Des vaccins dont personne ne peut connaître, non seulement l’efficacité, mais égalements les effets secondaires.

 

Le salut passe essentiellement par la vaccination. Pourtant en "finançant" ainsi avec nos impôts nous faisons le choix de mettre à disponibilité des vaccins dont personne ne connaît non seulement l’efficacité, leurs effets à court terme, pas plus que les effets secondaires à long terme. Financer par exemple l'assainissement de l'eau, n’intéresse guère de monde.  Il est vrai que le  travail à la base  est beaucoup moins spectaculaire que faire "des bananes manipulées génétiquement", et surtout rapporte beaucoup moins aux producteurs, associations humanitaires et bureaux d’études.  Curieusement, de nombreux d’entre eux sont souvent  proches des politiques. 

 

Le mythe du progrès et l'image de science fiction un autre argument commercial

 

 

Parmi les arguments "scientifiques" avancés la notion de sécurité tient une place prépondérante. Pour les labos, le vaccin végétal sera plus sur que tous les autres vaccins traditionnels puisque le risque d’être en contact avec un micro-organisme est évité, c'est uniquement une protéine produite par la plante que va être injectée dans votre sang. Ce que l’on occulte c’est que dans le cas du vaccin contre l’hépatite B ce n'est pas le virus qui est  en question. A vrai dire on ne sait toujours pas comment les effets secondaires se sont produits. On a constaté qu’il ne s'agissait pas de contamination par virus mais de l'apparition après vaccination des maladies qui n’ont aucune relation avec l’hépatite B. Pourtant, c'est le vaccin qui porte la responsabilité des causes iatrogènes. Il est plus que probable que ces effets se reproduiront après ingestion de notre "salade thérapeutique".

 

Vaccin végétal et liberté de l'individu

 

Nous savons que la "salade vaccin" une fois sa mise en culture, ne restera pas cloisonnée de manière étanche dans les parcelles réservées aux légumes manipulés. Elle s'échappera et se répandra dans la nature. L'ADN viral pourra contaminer non seulement les autres cultures de salade mais également les autres plantes. Bien évidement les conséquences de telles technologies sont imprévisibles et échappent totalement à notre capacité de pronostic même à l’aide d’études faites en simulation. Les risques de transmissions de gènes d’OGM dans la nature ont été déjà été abondamment présentés par la presse. Là encore,  il y a du nouveau. Il sera totalement impossible d’échapper à cette vaccination. La raison est simple, une fois contaminée par des gènes baladeurs rien ne pourra distinguer  la salade "vaccin" de la salade "normale". Il y a là, un viol systématique évident du principe de liberté individuelle et du libre choix thérapeutique. Puisqu’on ne peut si vous ne constituez pas une menace sanitaire vous obliger à accepter un acte médical (y compris la vaccination) contre votre volonté. Ce principe de liberté de choix sera de fait inapplicable et vos droits de citoyen seront bafoués. Cet aspect est essentiel et ne peut être occulté. Lors des récentes campagnes de  vaccination contre l'hépatite B, faites il y a quelques années le public avait théoriquement libre choix. Certes, on peut critiquer une partie des médias de ne pas d’avoir de manière quasi systématique recommandé la vaccination sans informer sur les risques de ce vaccin. L'information sur le risque existait et était accessible à tout un chacun. Il n’y a pas eu obligation et personne n’a été contraint de se vacciner. Dans le cas de vaccin végétal,  notre liberté de choix sera totalement inexistante.

 

 

 

Vaccin le danger d’un placebo

 

            Les chercheurs américains de Centre de Prévention de Sida de l'Université de Californie on fait une expérience intéressante. Ils ont donné un placebo à 48 séronégatifs. Ils ont ensuite annoncé à ces personnes qu’elles avaient été vaccinées contre l’HIV et qu’elles ne courraient plus aucun risque d’être contaminées par le SIDA. Les chercheurs américains voulaient ainsi vérifier de quelle façon, le fait de se croire immunisé allait modifier le comportement sexuel. La plupart des « vaccinés » ont opté pour une importante augmentation du comportement à risques (changement fréquent de partenaires, relations sexuelles dès la première rencontre etc). Cette étude a été faite pour démontrer le danger que peut comporter la promesse d’un vaccin miracle ainsi qu’un effet pervers de déresponsabilisation des patients.

Jean Aikhenbaum

 Sources :

Plant Biotechnology Journal (2011) 9, pp. 527–539

Andreas G. Loessl  and Mohammad T. Waheed

 

 



* maladie provoquée par un traitement médical.

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 13:36


 

URSS -La justice des camarades...

Le retentissant procès qui s'est déroulé dernièrement à Moscou et où des places avaient été obligeamment réservées, au banc des accusés, à M. Poincaré, au ma­réchal Pétain et autres personnalités, a attiré l'attention sur la justice en U.R.S.S.

Ce qui donna la victoire aux bolchevis­tes sur le gouvernement provisoire, c'est qu'ils avaient un programme, tandis que Kerensky n'en avait pas et flottait au gré des courants.

 

L’ URSS innove !

Application des nouvelles théories économiques et politiques

 

Mais si les nouveaux maî­tres de la Russie appliquèrent leurs théo­ries économiques et politiques avec une obstination, une ténacité de maniaques, ils se trouvèrent fort embarrassés pour régler une question qu'ils n'avaient pas prévue : celle de la Justice.

 

La conception matérialiste de Karl Marx, ce messie du socialisme, ne reconnaît pas, on le sait, l'existence d'idées, de principes abstraits :

 Justice, Droit, Religion, autant d'attrape-nigauds, ou, selon l'expression consa­crée : de superstructures sur les fonda­tions économiques. Que le système écono­mique change, et ces édifices en carton-pâte s'écroulent aussitôt. Après avoir ba­foué la justice « bourgeoise », cette arme servant à opprimer le prolétariat, les bol­chevistes, une fois au pouvoir, se virent obligés de faire face aux devoirs qui in­combent à tout gouvernement, à tout pou­voir, fût-il celui des camarades.

 

le bonheur marxiste, oui mais il n’a pas supprimer pour autant  les différents,  le vol, les rapines et le meurtre,

 

Malgré les formidables bouleversements politiques qui s'étaient succédé depuis huit mois, la vie suivait son cours, avec ses joies, ses peines, ses misères ; on naissait et on mourait, on se mariait et on divorçait, on volait et on assassinait. Il fallait donc protéger les uns, punir les autres, tran­cher des différends, bref, exercer la jus­tice. Situation difficile, paradoxale même pour des marxistes bon teint ! On en dis­cuta à perte d'haleine, l'idée de « sauver la face », de supprimer toute justice, tous juges, tous tribunaux, fut même sérieusement agitée dans la presse soviétique. Pourtant, Lénine et ses acolytes se rési­gnèrent finalement à donner une entorse au marxisme ; on en avait donné bien d'autres !

 

Tribunaux du peuple, tribunaux révolutionnaires

 

Ainsi, c'est la loi des suspects dans  tout son sanglant cynisme. Point n'est be­soin de commettre un crime, c'est-à-dire de ne pas payer ses impôts à temps, de déblatérer contre les Soviets, de refuser à entrer dans un « Kolkhoz », d'écrire une lettre à un ami à l'étranger ; il suffit d'être soupçonné de pouvoir accomplir un de ces forfaits pour être collé au mur.

 

Tous égaux devant la justice soviétique

 

Et, ne l'oublions pas, ce code de sang est également applicable dans toutes ses dispositions aux étrangers qui ont prudence de se fourrer dans le guêpier soviétique : les articles 70 et 71 le spéci­fient expressément. Un Français, un An­glais, un Italien, voyageant en Russie pour ses affaires ou son plaisir, peut être coffré, condamné et fusillé, non seulement pour avoir correspondu avec ses amis de Paris, Londres ou Rome, mais simplement pour avoir été soupçonné de pouvoir le faire. Et aucun recours n'est possible aux ressortissants des puissances qui ont re­connu les Soviets et, par conséquent, toute leur législation ; aucune chance ne leur reste d'échapper aux bourreaux bolchevis­tes, si ce n'est la fuite, comme l'a fait, il y a quelques jours, cet ingénieur anglais qu'on a trouvé agrippé à l'essieu d'un wa­gon du train venant de Moscou.

 

 

 

URSS - Cinéma et propagande

S’il existe une spécialité ou les bolcheviks sont passés maître, c’est bien la propagande. La parole, la presse, la peinture, le théâtre, la littérature tout est mobilisé en URSS pour répandre la bonne parole marxiste.

En parlant du cinéma soviétique, il se­rait injuste de passer sous silence les re­marquables films documentaires, réalisés dernièrement. Des hommes de talent, dé­voués à leur art, ont réussi à saisir la vie mystérieuse de la Taïga sibérienne (Le long de l'Altaï du Nord) ; à fixer les moeurs des peuplades inconnues (Une peu­plade perdue, film sur la Karagassia), à montrer ce que l'homme peut obtenir, dans sa lutte contre la forêt (Tac jnik), et dans l'élevage des animaux de l'Extrême- Nord (Le Renne, l'Elevage du Renne). Parfois, le sujet est légèrement romanti­sé, dans l'esprit de « Tchang » ou de « Moana » ; et alors, nous avons le beau film d'lgdenbou, joué par les naturels de l'Extrême-Orient sibérien. On ne peut s'empêcher de s'incliner devant le courage de ces metteurs en scène, obligés de tra­vailler sous la férule des camarades, dans des conditions matérielles et morales les plus pénibles.

 

Le film soviétique souffre certainement des défauts communs à toute l'industrie socialisée : désordre, bureaucratie, mau­vais rendement, exploitation déficitaire. Des négatifs de nouveaux films disparais­sent mystérieusement, perdus dans les innombrables bureaux du Soïouzkino; des metteurs en scène reçoivent des tronçons de pellicules qu'ils n'ont jamais tournées et dont on est obligé de rechercher les propriétaires par voie, des journaux ; il se produit un gâchis, une perte de métrage, des dépenses inutiles que les journaux soviétiques ne cessent de dénoncer. Et pourtant, reconnaissons-le, même dans ces conditions désastreuses, certains résultats, obtenus en, Russie dans l’industrie cinématographique, sont des fils intéressants.

Que restera-t-il du film soviétique lorsque la sanglante tyrannie bolchevique ne sera plus qu’un mauvais rêve ? Quelques pellicules de propagande que l’on montrera encore dans une centaine d’années, à titre de curiosité historique.....

 

Textes choisis et aménagés par Jean Aikhenbaum

 

Sources : Je suis partout 1931

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 12:14

Le petit écran, un assservisssement par la débilité

 

 

LE MEPRIS COMME ULTIME VALEUR

 

Ca y est ! Enfin ! La trash télé est définitivement implantée en France, qu’on se le dise. Et elle n’est pas prête de disparaître. De « Loft story » à « Qui veut gagner des millions », du « Bigdil » à « C’est mon choix », des « aventuriers de Koh Lanta » au « Maillon faible », il ne se passe pas une semaine sans qu’une nouvelle émission de « real télé » ne soit lancée sur les écrans. Et chacune des chaînes conceptrices de se gargariser d’avoir capté l’attention du plus grand nombre de spectateurs, permettant ainsi à la pub d’exploser sur son antenne.

 

flatter l’ego du plus vaste public possible

 

Chacune de ces émission a comme objectif premier - et ultime - de flatter l’ego du plus vaste public possible en insistant sur tout ce qui fait la « qualité » de l’être humain en ce début du XXIème siècle (aux yeux des publicitaires, des hommes politiques et des décideurs de tout poil). A savoir, en un inventaire à la Prévert : la bassesse, l’esprit de lucre, le désir de détruire son prochain, la médiocrité de sentiments, la vélocité d’esprit pour écrabouiller l’intelligence ou la pauvreté langagière.

 

Les années soixante dans lesquelles la Télévision Française avait pour objectif d’élever les masses par la culture grâce à des spectacles en direct reprenant les grands textes de la littérature est bien loin. Un monde préhistorique, même, si l’on en croit les images en noir et blanc peu nettes que la télé d’aujourd’hui adore exhumer, avec le même rictus que l’on a face à l’arrière grand-père qui raconte toujours les mêmes histoires. Ou celui du présentateur Arthur avec « Les enfants de la télé » où il expose, comme un animal de foire, le malheureux Pierre Tchernia, réduit à l’état de caution « intellectuelle ».

 

Des concepts de plus en plus racoleurs, méprisants ouvertement leurs victimes qui, il est vrai, semblent en redemander.

   

Actuellement, tout est prétexte - comme dans la société réelle, d’ailleurs - à se mettre au niveau des téléspectateurs-citoyens que les décideurs ne voient que comme des subalternes, évidemment, et sous la forme exclusive de cibles à atteindre. Et celles-ci sont obligatoirement médiocres, incapables d’un quelconque raisonnement cohérent, privées du moindre sentiment d’altruisme ou de grandeur.

Chaque « concept », calqué - photocopié - d’après les chaînes américaines (mais pas encore japonaises, nous y reviendrons), est l’objet d’un effet d’annonce destiné à faire connaître le produit avant consommation. Les grandes plumes s’étripent souvent avant même que l’émission ne soit mise sur le marché, afin d’entériner dans l’esprit du futur spectateur que les jeux sont déjà faits. L’émission qui va paraître sera obligatoirement intriguante, dérangeante, en tout cas à voir pour ne pas avoir l’air d’être hors du coup. Seule valeur qui vaut encore la peine d’exister.

Lors de la première diffusion, le public, alléché par l’annonce qui en a été faite, se presse donc devant son écran, juste pour voir. Mais l’image est pernicieuse, elle qui attire sans demander d’autres efforts que de garder les yeux ouverts et le paquet de pop-corn à portée de mains. Et les concepts peuvent ainsi se succéder, de plus en plus racoleurs, méprisants ouvertement leurs victimes qui, il est vrai, semblent en redemander.

 

Car les concepteurs de jeux savent ce qu’ils font. Ils travaillent sur de l’inconscient produit par une société dont ils sont eux-mêmes les deus ex machina machiavéliques. Lequel d’entre-nous, en effet, n’a pas rêvé d’écraser cet insupportable fort en thème qui, au cours de notre scolarité, remportait tous les prix ? Quelle revanche que celle de battre un de ces individus hautains dans un jeu où l’adresse et la rapidité de mouvements priment sur la mémoire et l’intelligence !

 

A « Questions pour un champion » ou aux « Chiffres et aux lettres », jeux antédiluviens dans lesquels on fait appel à l’érudition et à la réflexion, le spectateur de maintenant préfère évidemment « Qui veut gagner des millions » ou « Le maillon faible ». Ecraser ses adversaires, dire sur eux un tas d’insanités, ne pas reconnaître leur supériorité, adorer être fustigé par une présentatrice kapo de sinistre mémoire, voilà qui est plus gratifiant que de tenter d’utiliser sa mémoire. Connaître le nom de Maya l’abeille ou d’un des derniers joueurs de foot, comme dans le premier jeu cité, ça a quand même plus de gueule que de savoir si Molière a été un écrivain Français d’un des innombrables siècles précédents…

 

Et c’est de la sorte, insidieusement, en visant toujours plus bas (mais dans le trash, la télévision japonaise est quand même une des plus inventives du monde !) que l’on crée une, ou plusieurs générations d’esclaves, tout juste bonnes à téter les couloirs de pub et à vouloir, convulsivement, acheter les produits montrés sur l’écran, jusqu’à trente fois par jour.

                       

Mépris (sous prétexte de s’intéresser aux foules, on en caricature les propos, comme dans « C’est mon choix », poujadisme écoeurant et misérable), culte de la gloire éphémère (cf. Loft Story avec sa première pensée inénarrable « c’est qui qu’a pété ? »), langage qui s’appauvrit à force d’être banalisé dans le rien (les rappeurs, n’est-ce pas, peuvent rapporter gros), telle est la télévision Française actuelle.

 

Audimat, plus c’est nul, mieux c’est, le concept de la médiocrité ne s’est jamais aussi bien vendu !

 

Obnubilée par le fric, par la vitesse, par le laid et le pleutre, choisissant d’ailleurs souvent ses présentateurs pour ces qualités-là (Lagaffe, Ardisson, Arthur, Bravo, Foucault, Delarue, Pernaut, Bern…). N’en jetez plus ! La coupe déborde de ces histrions prêts à toutes les bassesses pour paraître à la télé qui est leur seul mode d’existence. Hors du petit écran, point de salut ! Et cette télé n’est pas, hélas, la seule au monde à adopter avec enthousiasme la veulerie comme expression première de la créativité !

 

Ce qui est remarquable, en fin de compte, c’est que ces émissions se retrouvent sur tous les canaux, publics ou privés, dans un ordre - ou un désordre - confondant. Car ce média qui pénètre dans tous les foyers a un double objectif : rendre le spectateur captif de sa propre bêtise, comme s’il se contemplait dans un miroir à peine déformant, et l’amener à l’accepter, voire à la revendiquer.

Dire à l’esclave qu’il est un esclave, un moins que rien, un outil pour son maître et qu’il ne peut être que ça et que, donc, il doit aimer cet état là et le revendiquer, voilà l’objectif avoué de tous les décideurs. Quand un de ces derniers, grand manitou d’une chaîne omnipotente, se fend d’une lettre outrée dans un grand journal Parisien pour fustiger le comportement vu dans « Loft Story », c’est pour mieux annoncer ses propres émissions où apparaissent de faux naufragés sur des îles loin d’être désertes. Et ce, semble-t-il, en toute bonne conscience…

 

Car plus que le mépris avec lequel les concepteurs traitent les spectateurs, c’est l’arrogance avec laquelle ils mentent effrontément qui est le plus terrifiant. D’émissions en direct différé en émissions remontées, telles des bandes dessinées du pauvre, les chaînes se ressemblent par leur volonté plus ou moins affichées à cultiver la grossièreté. Pris la main dans le sac de la tricherie, ces gens-là ricanent, sûrs de leur impunité. Et ils l’ont, cette garce, car aucun spectateur ne se risquera à les attaquer pour publicité mensongère tellement chacun d’eux meurt d’envie de passer à l’écran.

 

La télé poubelle a encore de beaux jours devant elle !

 

Il n’y a qu’à contempler, sidéré, tous ceux qui acceptent de jouer au public, dans ces émissions, hurlant et bavant sur ordre pour se rendre compte que la pensée romaine « Donnez- leur du pain et des jeux » est plus que jamais à l’ordre du jour.

 

Un pays ayant perdu ses repères, léchant les fesses du gardien de l’ordre mondial - L’Oncle Sam lui-même - et malgré tout imbu de son passé culturel… qu’il détruit jour après jour, systématiquement, voilà ce qu’évoque le pays dans lequel nous errons, abandonnés comme des chiens errants jappant tristement, en sachant que cela ne servira à rien.

 

Et encore, nous n’avons pas encore tout vu ! A savoir, les émissions où l’on se vomit dessus ; où l’on mange son poids en saucisse ; où un quidam va subir une série d’épreuves, comme un grand 8 ou des chocs électriques ; où des jeunes filles plongent dans une baignoire bouillante… Emissions proposées par la télévision japonaise, la plus trash du monde. Mais jusqu’à quand, tant il est vrai que l’humiliation de l’homme par l’homme est un des plus vieux sports du monde !

 

 

Les enfants et la télé ?

 

Le prix à payer pour la tranquillité des parents

 

 

 

Ces petits chéris devant la télé, rien de tel pour qu’ils vous fichent la paix, c’est le calmant idéal, comme ça maman peut téléphoner à ses copines et papa s’envoyer en l’air tranquillement avec son ordinateur.

En décembre 1997, quelques 700 enfants japonais ont été pris de violentes attaques de convulsions  en regardant  l'émission de T.V. "Pocket Monster". Le diagnostic des médecins japonais est sans appel, ils affirment que l'émission est responsable d'alcalose respiratoire, de la chute du taux de calcium et de l’hypersensibilité du système nerveux. Des modifications ont également été observées dans certaines protéines sanguines. Ces observations ont été confirmées lors d’expérimentations faite sur des volontaires. La conclusion a de préoccuper, aucun doute, certaines émissions de télé peuvent être responsables d’instabilité neuro-musculaire et mettre la santé de l’enfant en péril. Un groupe de chercheurs du Département de Pédiatrie  du Tohoku University School of Medicine a mis en évidence  que certaines émissions de TV pouvaient occasionner chez l’enfant des convulsions. Les chercheurs américains arrivent à des résultats similaires la T.V. peut être très dangereuse pour les enfants, elle peut provoquer des crises d'épilepsie.

 

Ils ne risquent pas seulement d’être malades...!

Epilepsie, Obésité et perturbation psychologiques

Les dommages que courent les enfants en regardant la télévision ne se limitent pas uniquement aux crises d'épilepsie, d’attaques ou de convulsions. Le jack pot... est décroché par les psychologues hollandais qui ont étudié l'influence de la télé sur le développement de l'imagination créative des enfants. Là, également bon de nombre de clichés en prennent un coup. Il va falloir ranger au placard les propos que l’on nous ressassent depuis des décennies, loin d’être une ouverture pour l’esprit et sur le monde extérieur, la télé ne favorise en rien le développement de l'imagination enfantine, au contraire, elle aurait plutôt tendance à la réduire. De plus, certaines émissions sont  responsables de perturbation du sommeil chez les plus petits.

 

Les universitaires japonais ont examiné la relation entre les jeux T.V. et l'obésité chez les adolescents. L'examen de 2000 jeunes de 9 villes a démontré un rapport indiscutable entre le temps passé devant le T.V. et la fréquence de l’obésité des jeunes. Des résultats comparables ont été obtenus aux Etats-Unis. Les auteurs ont intitulé leur article TV or not TV: fat is the question (jeux de mots qui n’a pas son équivalence en français et qui peut se traduire ainsi : télé ou pas, graisse est la question).

  Publié dans  "Réalités Interdites" 1998

Choix de textes Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article
Repost0
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 19:39

 

On nous promet un avenir radieux… irradié même
Centrale nucléaire de Fukushima : la situation plus grave qu'annoncée

Tepco, l'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima, a admis hier que la majeure partie du combustible nucléaire du réacteur N° 1 avait fondu. Ce qui reste de barres de combustible intactes n'est plus recouvert par l'eau. Le combustible fondu a coulé au fond de la cuve qui s'est percée, laissant échapper l'eau vers l'extérieur.

………

Des dizaines de milliards d'euros

Le quotidien Asahi Shimbun écrit que le réacteur N°1 n'est probablement pas le seul dont la cuve a pu se fissurer. Tepco à fait savoir que les mesures des niveaux d'eau dans les réacteurs N°2 et N°3 ne sont plus considérées comme fiables. ….Selon le quotidien anglais The Guardian, l'ensemble des dommages coûtera des dizaines de milliards d'euros, dont il est probable qu'une bonne partie sera payée par le contribuable, plus exactement par le public (voir les commentaires ci-dessous).

Yves Heuillard

http://www.ddmagazine.com/201105142210/Actualites-du-developpement-durable/Centrale-nucleaire-de-Fukushima-la-situation-plus-grave-qu-annoncee.html

Source : Le Figaro

 

La situation à Fukushimaest bien plus préoccupante que ce que laissaient supposer les autorités japonaises quelques jours après le tsunami. Les rejets radioactifs dans l’environnement sont si importants que l’on compare désormais cette catastrophe à celle de la centrale nucléaire de Tchernobyl, deux accidents considérés comme « majeurs » et classés au niveau maximal de l’échelle INES (International Nuclear Event Scale) de classement des incidents et accidents nucléaires, c'est-à-dire au niveau 7. (d’après les dernières estimations de nombreux commentateurs, Tchernobyl ne serait qu’un simple divertissement, une préparation en quelque sorte avant que les choses sérieuses ne commencent).

 

Prévoir la survie des techniciens du nucléaire…

 

Des centaines d’hommes ont déjà été exposés aux radiationset aux contaminations ……. Une forte irradiation peut malheureusement causer de graves dommages, et notamment détruire les cellules de la moelle osseuse. Cinq cancérologues japonais, alertés par le risque encouru par les ouvriers, ont publié un article dans la revue The Lancet dans le but de promouvoir le prélèvement et le stockage des cellules souches des travailleurs du nucléaire.

 

En avril 2011, dans une conférence de presse,  le plus sérieusement du monde Tepco  prévoyait :

 

…. Lors d'une conférence de presse, le président de Tokyo Electric Power, Tsunehisa Katsumata, a également espéré pouvoir résorber les fuites radioactives dans un délai de trois à six mois………

Deux objectifs :

Le président de Tepco a rappelé qu'il s'agissait de «la plus grave crise de l'histoire de cette entreprise», créée il y a 60 ans.

«Reprendre le contrôle de la centrale nucléaire, faire face aux problèmes financiers liés à ces opérations (...) La question de savoir comment surmonter ces problèmes est une entreprise délicate», a-t-il dit.

 

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/08/01/niveau-record-de-radiations-mesure-a-fukushima_1555109_3216.html

 

12 avril 2011

- Le premier ministre japonais Naoto Kan a affirmé mardi que la situation se stabilisait «pas à pas» à la centrale nucléaire de Fukushima, dont l'accident est désormais considéré aussi grave par Tokyo que celui de Tchernobyl.

 

 

4 mois plus tard le 01.08.11 ….

Le Monde titre le :Niveau record de radiations mesuré à Fukushima

 

niveau de radiations anormalement élevé a été mesuré, lundi 1er août, entre les bâtiments de deux réacteurs de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a indiqué la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), exploitante du site mis à mal par le séisme et le tsunami du 11 mars.

 

"Nous sommes toujours en train de vérifier la cause de tels niveaux élevés de radioactivité", a expliqué une porte-parole de Tepco.

Les délais, c’est comme les statistiques, il suffit de modifier les données pour que tout rentre dans l’ordre.

Le gouvernement et Tepco prévoient toujours de stabiliser la situation à Fukushima en conduisant les réacteurs vers un état dit d'"arrêt à froid" d'ici au mois de janvier. …..Environ 80 000 personnes, résidant précédemment à moins de 20 kilomètres de la centrale ou dans des localités ayant été particulièrement contaminées, ont été forcées de quitter leur domicile en raison de risques pour la santé.

Des Fukushima en veux-tu ? en voilà

Le 06.04.2011

Césium radioactif détecté dans 17 régions de la partie continentale de Chine

 

Des mesures effectuées hier près du rivage montrent des concentrations très élevées d'iode-131 et de césium-137 radioactifs. Avec 300.000 becquerels par centimètre cube d'iode par exemple.

……. Ces faibles niveaux ne menacent pas la santé publique ni l'environnement, a fait savoir un communiqué officiel…..

Les aliments et l'eau potable ont été testés pour la contamination et ont été déclarés sans danger,…………...

Selon le communiqué, il n'est pas nécessaire de prendre des mesures de protection.

La fuite d'eau très radioactive vers l'océan s'accentue ……

La contamination provient manifestement de l'eau très radioactive qui s'est déversée dans la salle des machines du réacteur n°2. Cette eau interdit tout travail à proximité, car son débit de dose annoncé est de un sievert par heure …………….

 Un échantillon de cette eau a été analysé à 13 millions de becquerels par cm3.. ……..

FUKUSHIMA et dire que ce nom ne me disait rien avant le 11 mars.

 

27.04.11

Six semaines après le séisme et le tsunami qui ont causé un grave accident à la centrale nucléaire de Fukushima, le climat au Japon semble être à l'union nationale pour la reconstruction et la reprise du travail.

 

………………… Les Japonais ne peuvent pas s'excuser de n'avoir pas su. Le Japon n'est pas un régime soviétique, ni une dictature…... Fukushima n'est pas le premier accident nucléaire. Des citoyens et des scientifiques ont tiré la sonnette d'alarme à maintes reprises, sans être écoutés…..

 

Les Japonais, dans leur majorité, ont cru volontiers les discours officiels sur la nécessité et l'avantage de l'énergie nucléaire parfaitement maîtrisée.

…… étant donné le manque de compétences et de crédibilité des autorités nucléaires japonaises, la probabilité d'un deuxième et d'un troisième Fukushima n'est pas impensable. Et le problème n'est plus seulement japonais : notre planète vit avec des bombes à retardement. (Tiens donc, pas nous, nos centrales sont sures, la preuve, on exporte notre savoir faire )

 

…. la priorité du Japon, rétablir son économie……

 

le débat sur la sortie du nucléaire n'est pas visible : c'est précisément d'électricité qu'on manque le plus pour redémarrer la production.

 

 

Courageux ces japonais, tous des samouraïs prêts se faire hara kiri….

caduc le sabre, le choix de l’énergie nucléaire est judicieux, propre, après son passage, plus de sang sur les tapis

 

en France, on applaudit souvent la "dignité" des Japonais, qui se remettent au travail sans pleurer ni se plaindre ; autrement dit, cette "dignité" est à la fois une résignation (puisque c'est une catastrophe naturelle inévitable) et un effort collectif pour rebondir.

 

 

Le système japonais qui cherche la croissance illimitée ne respecte pas les droits de la personne et il se moque éperdument de la planète. Le pouvoir est entre les mains de menteurs incompétents et irresponsables. C'est le résultat de soixante-cinq ans de démocratie japonaise………….

 


http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Vingt-cinq-ans-apres-la-catastrophe-les-cancers-des-enfants-de-Tchernobyl_6346-1777277-fils-tous_filDMA.Htm

 

 

 

Des traces d'isotope césium radioactif -137 et -134 ont été détectées mardi dans l'air de 17 des 31 régions de niveau provincial de la partie continentale de Chine. De faibles niveaux de césium avaient été relevés lundi dans seulement 13 régions.


80'000 personnes habitant dans un rayon de 20 km autour de la centrale ont été forcées d'évacuer la zone, en abandonnant tout derrière elles. Beaucoup d'agriculteurs de la préfecture de Fukushima ont par ailleurs dû arrêter la commercialisation de leurs légumes et du lait en raison d'un taux trop élevé de radioactivité.

 

Les héros de Fukushima, seraient aujourd’hui près de 500 sur place

….équipés d’une combinaison, de gants de protection et d’un masque de protection censés éviter la contamination, ….ils tentent de rétablir l’électricité, à asperger les réacteurs ou essayer de remettre en marche les équipements détériorés …. D’éviter la fusion des réacteurs dont les circuits de refroidissement ont été endommagés après la catastrophe.

Tepco a annoncé dimanche 3 avril que les corps de deux ouvriers qui avaient disparu le 11 mars venaient d’être retrouvés : ils étaient partis inspecter le bâtiment du réacteur 4 après le séisme.
 

« Le principal risque, c’est le cancer »

            Exposés à des radiations très importantes, ils prennent des risques sanitaires importants : « Le principal risque, c’est le cancer », précise le professeur Patrick Gourmelon, directeur de la radioprotection humaine à l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.
 

 

La Croix

http://www.la-croix.com/Fukushima-pire-que-Tchernobyl-/article/2460958/55351

04/04/2011

Fukushima pire que Tchernobyl ?

La catastrophe nucléaire de Fukushima est « bien pire » que celle de Tchernobyl, selon une spécialiste russe du nucléaire.



« Tchernobyl était au niveau 7, alors qu’il n’y avait qu’un seul réacteur accidenté et que la catastrophe n’a duré que deux semaines »,  Natalia Mironova, ingénieur thermodynamique, devenue l’un des principaux adversaires du nucléaire en Russie après la catastrophe de 1986. À Fukushima, « nous en sommes à trois semaines et quatre réacteurs sont dans un état très dangereux », a-t-elle ajouté.

Romandie News


Fukushima : de l'herbe "très faiblement contaminée" en France, selon un labo

 L'Association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest (ACRO) a annoncé lundi avoir trouvé de l'herbe "très faiblement contaminée" par le panache radioactif japonais dans cinq endroits en France sur les 17…...

Les valeurs trouvées sont "sans conséquences majeures pour la santé" et les fruits et légumes des régions concernées peuvent être consommés après le lavage habituel, a précisé Mylène Josset, physicienne chargée d'étude de l'ACRO.

Si  c’est une physicienne qui le dit… question idiote : c’est quoi sans conséquences majeures ? ça veut dire qu’il il a « peut-être » des conséquences mineures pas de risques pour la santé, sur quoi elle se base pour l’affirmer, d’autant que rien ne permet d’affirmer que de faibles doses ne présentent à terme aucune nocivité potentielle.

 

 

Le niveau 7 signifie qu'un «rejet majeur de matières radioactives» s'est produit avec «des effets considérables sur la santé et l'environnement». …………….

«En termes de volume d'émissions radioactives, nos estimations les évaluent à environ 10% de celles émises par Tchernobyl», a indiqué Hidehiko Nishiyama, son directeur-adjoint. ……

Futura Sciences

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/des-traces-diode-radioactif-dans-le-lait-francais_29215/

Le 2 avril 2011

Des traces d’iode radioactif dans le lait français

 


Des échantillons de lait français et américain contiennent des traces d’iode 131……...

…..Les résultats d’analyses confirment que cet isotope radioactif provient des rejets de la centrale nucléaire de Fukushima. Les doses retrouvées sont toutefois très faibles et non-toxiques.

 

Rien à voir avec Tchernobyl !

 

Ces résultats sont supérieurs à la normale puisqu’en temps ordinaire aucune trace d’iode 131 ne doit être décelable dans le lait. Ils demeurent toutefois « 5.000 fois inférieurs au taux d’intervention déterminé par la Food and Drug Administration

 

 

Des contaminations anodines ?


 Tepco a annoncé jeudi avoir mesuré dans de l'eau de mer prélevée à 300 mètres au sud de la centrale un taux d'iode radioactif 4.385 fois supérieur à la norme légale……. Afin de maintenir le combustible à une température inférieure au point de fusion, des milliers de tonnes d'eau ont été déversées sur les réacteurs…..d'énormes quantités d'eau contaminée se sont infiltrées dans des galeries techniques souterraines et ont ruisselé jusque dans l'océan Pacifique tout proche….

 La situation à Fukushima "reste très grave",

 

Des contestataires même en Inde

La police a tiré sur des opposants à un projet de centrale nucléaire du géant français Areva à Jaïtapur, dans l'ouest de l'Inde, faisant un mort, ont annoncé lundi la police et les autorités locales.

Ces salauds, rien à en tirer, ils ne croient pas au progrès nucléaire !

Lors de la visite de Nicolas Sarkozy en décembre dernier, deux accords-cadre ont été signés pour la construction de deux premiers réacteurs EPR entre Areva et la société publique NPCIL (Nuclear Power Corporation of India Limited).

En plus, ils ne veulent même pas de fric…

Ce projet avait déjà provoqué des manifestations au sein de la population locale, dont de nombreux pêcheurs et paysans qui devront déménager pour laisser la place à la centrale et qui ont rejeté des offres de compensations financières.

Ces habitants craignent de voir leur pêche contaminée et de perdre leurs terres agricoles.

 

Allemagne/Nucléaire : Sortir du nucléaire salue une décision raisonnable


PARIS - Le Réseau Sortir du nucléaire a salué lundi la décision raisonnable de l'Allemagne de sortir du nucléaire d'ici 2022…………...



Rappelant que 70% des Français se sont dits favorables à la sortie du nucléaire lors d'un sondage réalisé après l'accident de la centrale de Fukushima en mars dernier, le réseau a accusé le gouvernement français et les artisans du nucléaire, dont Areva, de mener une politique de plus en plus isolée, dangereuse et passéiste, en voulant sauver à tout prix le soi-disant "fleuron industriel" de la France.

 

Sondage: 80% des Suisses favorables à la sortie du nucléaire

 

La Voix de la Russie

http://french.ruvr.ru/2011/05/28/50957839.html

La décontamination de l’eau radioactive de Fukushima-1 reviendra à au moins 650 millions de dollars

séisme et menace nucléaire 



La décontamination de l’eau radioactive du système de refroidissement de la centrale accidentée Fukushima-1 reviendra à au moins 650 millions de dollars, - a fait savoir la société TEPCO, opérateur de la centrale. Selon ses estimations, près de 85 000 tonnes d’eau contaminée se sont accumulées dans les sous-sols d’un des réacteurs.

….. Le 12 avril l’Agence japonais de sûreté nucléaire a attribué à cet accident le niveau de danger maximal, le septième. Le niveau aussi élevé n’a été décrété qu’une fois, lors de l’accident de Tchernobyl en 1986.

 

Les responsables de la sécurité nucléaire du Japon croyaient que les réacteurs de la centrale de Fukushima pourraient résister au pire tsunami…………….

 

tous les scénarios envisagés ne présentaient aucun risque pour la centrale — et ce même si des recherches menées pendant les dix années depuis la rédaction initiale du mémo démontraient que la côte nord-est du Japon était vulnérable à des tsunamis gigantesques.

 

Fukushima: la Criirad réclame une enquête sur l'évaluation de l'impact en France

 

……….

Dans un courrier adressé au Premier ministre François Fillon et au président de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), la Criirad dénonce de "graves dysfonctionnements" dans cette évaluation et demande au gouvernement des précisions sur "l'enchaînement des faits et des décisions".

Selon un communiqué de l'association, "la France a été contaminée dès le 22 mars", soit "deux jours avant la date indiquée" par l'IRSN. Les masses d'air contaminées "ont affecté les trois quarts de la France", et non pas "le seul sommet du Puy-de-Dôme", souligne aussi la Criirad.

"l’activité de l’iode 131 particulaire était plus de 20 fois supérieure à celle annoncée pour le 24 mars".

 

OUF ! l’Europe a pris les mesures qui  s’imposaient

 

RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) N o 351/2011 DE LA COMMISSION

du 11 avril 2011

….. imposant des conditions particulières à l’importation de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux originaires ou en provenance du Japon à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima

LA COMMISSION EUROPÉENNE,

…… je vous passe les détails :

 

 

 

(1)     Dans le prolongement de l’accident survenu dans la centrale nucléaire de Fukushima le 11 mars 2011, la Commission a été informée que les taux de radionucléides décelés dans certains produits alimentaires originaires du Japon, tels que le lait et les épinards, dépassaient les seuils de contamination en vigueur au Japon pour les denrées alimentaires….

 

      Compte tenu du fait que, pour l’heure, il est établi que des denrées alimentaires et des aliments pour animaux en provenance de certaines régions du Japon sont contaminés par les radionucléides iode-131, césium-134 et césium-137 et que rien n’indique que des denrées alimentaires et des aliments pour animaux originaires ou en provenance du Japon ne soient contaminés par d’autres radionucléides, il convient de restreindre les contrôles obligatoires à l’iode-131, au césium-134 et au césium- 137. …..

José Manuel BARROSOFR 12.4.2011 Journal officiel de l’Union européenne L 97/21

 

 

Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article
Repost0
3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 11:46

 

 

 

LES MARCHANDS DU TEMPLE DE LA SANTÉ

 

 

L’homme depuis les temps immémoriaux, a toujours recherché des élixirs, des onguents et des produits miracles. Il n’est qu’à pour s’en rendre compte de revoir des westerns, nous relatant  la conquête de l’ouest américain, et ou le docteur «miracle» mi charlatan-camelot,   mi médecin-sorcier, parfois arracheur de dents, aguichaient les badauds avides de remèdes miracles.

Toutes les époques et probablement même les plus reculées ont  en fonction du marché et de ses lois, véhiculés des personnages, qui ont commercialisés  des produits aux vertus soi-disant extraordinaires. En France jusqu’à la seconde guerre mondiale, les lois qui régissaient la publicité étaient quasi inexistantes, les journaux grand public acceptaient des annonces (ce que l’on appelait alors de la réclame) ou l’on pouvaient voir des tels produits offerts au public

 

Le vin tonique Crystal Misti

 

Comme exemple on peut citer entre autre ;  LE VIN CRYSTAL MYSTI, dont voici ce que disait la réclame :

Par nos temps de         surmenage à outrance, de dépense morale ou physique, il est nécessaire même aux personnes les mieux constituées et les mieux douées au point de vue santé d’avoir recours aux préparations toniques. Si pour ces personnes ce recours est nécessaire à combien plus forte raison, l’est il encore davantage pour les anémiques, neurasthéniques, affaiblis et à tous ceux que la maladie ou le surmenage ont mis dans un état d’infériorité maladive temporaire ou durable !

A toutes ces personnes le Vin Crystal Mysti tonique puissant antidéperditeur remarquable, facteur essentiel de la nutrition donnera ce qu’elles attendent, à savoir force, vigueur et santé.

Il doit ce pouvoir à sa richesse en éléments régénérateurs des nerfs et du sang présentés sous une forme à la fois très agréable, très efficace et suractive.

 

Mères de famille que la pâleurs de vos enfants inquiètent, intellectuels surmenés par vos travaux, convalescents qui désirez rapidement votre remise sur pieds, le Vin Crystal Mysti ne trompera jamais votre attente car c’est véritablement de l’énergie et de la vie en bouteille.... et la réclame se terminait Mme Mesnard épicière à Jonquières vous dira ce qu’elle pense du Vin Crystal Mysti.

 

Des compositions secrètes !

 

Bien entendu, ce que contenait ce vin,  les « réclames » qui ventaient cet elixir miracle ne le disaient pas. Le secret résidait dans sa composition, et il n’était pas question de la dévoiler, car dans ce cas il aurait probablement été plagié par une  concurrence peu scrupuleuse.

Bien évidemment, il existait bien d’autres produits, les élixirs du Curé Machin, ou du Père Truc, les ecclésiastiques étaient réputés pour leur sérieux et étaient sensés détenir des secrets thérapeutiques.

 

Et aujourd’hui, tous encore gogos  ?

 

Aujourd’hui, l’on pourrait penser que le consommateur en soins de santé,  est plus à même de faire un choix, que les règles régissant la publicité le protège,   le mettent à l’abri de produits douteux et que la composition des produits mis à sa disposition est en évidence. Que nous sommes donc  informés et mieux  protégés. Ce qui de à première vue, peut paraître exact, s’avère en pratique faux. Le Médiator (entre autres) est là, pour nous rappeler les faiblesses ou plus exactement la complaisance de nos systèmes. Les informations  à notre disposition, sont souvent illisibles et incompréhensibles par un public non initié, quand elles ne sont pas tronquées, sélectionnées. Nous n’avons accès qu’à des informations choisies, allant dans un sens bien déterminé, et qui de façon insidieuse nous orientent, nous culpabilisent au besoin (voir notamment les publicités adressées pour les vaccinations contre la grippe) de manière à faire de nous des consommateurs dociles.

 

Une argumentation qui colle à nos attentes

 

Les exemples à notre disposition sont pour le moins explicitent.  Certes, la publicité nous vantant tel ou tel produit n’utilisent plus la même argumentation qu’il y a une soixante d’années.... mais il n’en demeure pas moins vrai, qu’elle n’a qu’un seul but, nous séduire et vendre... le tout nouveau produit miraculeux aux effets inespérés. Que le produit en question soit ou non détenteur d’une autorisation de mise en vente sur le marché, lorsqu’il s’agit d’un produit pharmaceutique n’y change pas grand chose, pour s’en rendre compte il suffit de constater que bon nombre de produits «dits officiels» avec le label de grands labos et vendus avec la bénédiction du Ministère de la Santé s’avèrent être des produits dangereux, toxiques ou à la rigueur totalement inefficaces et dépourvus d’intérêts thérapeutiques, et c’est là généralement le moindre mal. Et, ce n’est pas les dernières règlementations en préparation qui y changeront quelque chose.

 

L’acte et la prescriptions médicales ne sont pas anodins

 

Il est utile de rappeler, qu’une partie, des pathologies diagnostiquées, dont le nombre est sujet à controverse est considéré comme «iatrogènes», ce qui veut en clair dire, qu’elles résultent d’une acte ou d’une prescription médicale. Il faut rappeler également que bon nombre de produits considérés comme anodins, et faisant partie de la panoplie thérapeutique de tous les médecins, il y a quelques années ont été retirés de la vente. L’un des cas les plus connus est le Bismuth, prescrit pendant des décennies, on en consommait jusqu’à 500 tonnes par an en France. Il était prescrit souvent de manière systématique pour  les diarrhées,  la constipation et dans les ulcères, il était considéré comme totalement inoffensif.  En 1975, alors qu’aucun trouble n’avait été observé précédemment lors de la prise de substances contenant du bismuth, des neurologues observèrent  des cas d’encéphalopathies, des tremblements, des troubles dans la marche et chez certains patients de la confusion mentale.

 

Des exemples innombrables… les labos ? leurs affaires sont toujours excellentes, les seuls à en porter les conséquences, le consommateur de soins de santé, comme à l’accoutumé….

 

Il est possible, voire probable, que si soudainement le bismuth se soit révéler toxique alors qu’il ne l’était pas auparavant c’est qu’ils se soit trouvé en présence,  d’autres substances chimiques n’existant pas auparavant,  ou n’étant pas utilisé auparavant et que cette nouvelle association ait  formé ainsi un réactif  aux effets particulièrement dévastateur pour la santé.

 

Thalidomide, talc Morhange, ces noms cous disent encore quelque chose, hormone de croisssance ?

 

En une dizaine d’années de très nombreux produits ont été ainsi retirés de la vente, dans différents pays (après avoir tous bénéficiés préalablement d’A.MM délivrée par les autorités sanitaires).  Certains  ont été autorisés dans un pays, et considérés  comme dangereux dans d’autres...cela d’ailleurs été le cas de la trop célèbre Thalidomide qui a été autorisée dans la plupart des pays occidentaux et qui n’a pas reçu d’autorisation de mise en vente sur le marché Turque. Le Ministre de la Santé Turque de l’ époque était médecin, et il était très réservé quant aux nouveaux produits   occidentaux. On peut dire que la réserve de cet homme a été pour le moins heureuse, et que si elle a nuit quelque peu aux finances du laboratoire commercialisant ce produit... elle a très certainement éviter à la Turquie de connaître des naissances catastrophiques, telles qu’en ont connu nos pays...plus civilisés.

 

Avec le Talc Morhange… vos bébés seront de véritables petits anges…

 

Quant au trop célèbre Talc Morhange.... il est encore en mémoire de bon nombre d’entre nous, et il est inutile d’insister plus particulièrement sur ce produit., dont les effets dévastateurs sont encore dans la mémoire de trop nombreuses familles. Cette petite merveille destinée à talquer le cul des bébées…provoquera la mort de 36 enfants, de nombreuses intoxications, avec complication des infirmités irréversibles. Les parents déposent plainte, et le ministère de la Santé se porte partie civile. Sur le banc des accusés : le fabricant du talc et la société de conditionnement, GIVAUDAN et MORHANGE.

 

Les techniques marchandes se sont mises au goût du jour, on ne fait plus de réclames, mais on prospecte et l’on fait du marketing, notre langage s’est enrichi des mots à consonances anglo-saxonnes ce qui sonne très bien,  ou de nouveaux mots ont été créés dans un but très particulier, celui de faire de nous des consommateurs dociles et bien entendu, de créer des dépendances.

 

Les chercheurs, des gens au-dessus de tout soupçon ?

 

Pour la santé, rien de plus simple; redire au public que tel ou tel produit a été mis au point par de célèbres laboratoires et avec le concours de chercheurs prestigieux, cela crédibilise la démarche, et soyez en surs... ces gens fantastiques extraordinaires, ces chercheurs géniaux, qui ont enfin découverts le produit miracle,  sont des gens intègres, et leur seul but est d’oeuvrer pour le bien de l’humanité et faire de nous tous, des gens en bonne santé, forts, jeunes, intelligents et de surcroît beaux.

 

L’affaire des supplémentations

 

Il semble intéressant pour illustrer ces propos de parler de quelques produits ou action célèbres, il y a eu récemment une vaste campagne dans notre pays, pour tester l’effet protecteur de certaines supplémentations de nombreuses personnalités et de médecins ont donc apporté  leur concours, la radio, les info, nous avons eu droit à ce qu’il y a de mieux en matière de communication. Le but prendre une population la coupée en deux, donner à l’une un placebo (une substance neutre) et à l’autre les supplémentations actives, et les suivre pendant quelques années.

De fait, toutes ces études et tous ces tests ont déjà été faits. A la lecture de ceux-ci, et suivant l’intérêt de l’expérimentateur on peut donner que ces études donnent souvent des résultats opposés. L’exemple le plus frappant  vient des études contradictoires, faites sur les vitamines «A» et «E» sur lesquelles nous reviendrons dans la 2ème partie de cet article.

 

 Jean Aikhenbaum

 

Partager cet article
Repost0
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 15:01
« Fut-il vrai que nous tendons actuellement à chercher notre bonheur dans une civilisation industrielle , rien n’assure que, dans la suite, nous ne le chercherons pas ailleurs ». Emile Durkheim – les règles de la méthode sociologique.
 
 

Le réacteur n°4 de Tchernobyl explosa le 26 avril 1986, il contamina alors une bonne partie de l'Europe, en particulier l'Ukraine, le Bélarus et la Russie. (Bien entendu, ainsi que nous vous l’avons dit, dans notre précédent article, nos politiques nous ont mis à l’abri, en nous garantissant que nos frontières étaient, totalement étanches et à l’abri de toutes radiatons !

 
           le nucléaire, une énergie sure…et bon marché 
une catastrophe écologique quelle que soit son origine comporte d’innombrables facettes et les répercussions sont non seulement difficiles voire impossibles à évaluer, mais de plus, elles divisent les chercheurs. Nous allons donc, vous proposer ci-dessous, quelques textes glaner ça et là, et nous y apporterons, quand cela s’avèrera nécessaire, nos propres commentaires et analyse.
Tchernobyl:

La Commission européenne va octroyer à l'Ukraine 110 millions d'euros pour la construction d'un nouveau sarcophage isolant la réacteur accidenté à la centrale de Tchernobyl, sur un total de 740 millions d'euros qui manquent, a annoncé lundi son président José Manuel Barroso.

© AFP | La centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine, le 4 avril 2011

 

remarque : le précédent sarcophage s’est avéré à l’usage, quasiment impropre à résoudre le problème lié aux retombées. La chape mise alors en œuvre s’est fissurée, tant et si bien qu’elle s’est révélée totalement inopérante. Le nouveau sarcophage, va coûter à l’Europe quelques 110 millions d’euros sur les 740 qui manquent actuellement auxquels, il faudra probablement prévoir des rallonges, tant qu’on sait que pour ce genre d’évaluations les prévisions sont la plupart du temps bien au dessous du coût final. L’édifice ainsi construit, devrait nous protéger des radiations qui continuent, pour l’instant, à essaimer ça et là quelques cancers et autres pathologies soi-disant psychosomatiques (voir quelques analyses de spécialistes pour le moins croquignolesques). Tout n’est pas perdu pour tout le monde, Bouygues et Vinci vont se partager une grande part du gâteau. Catastrophe, vous avez dit, oui mais c’est quand même créateur de richesse, vous voyez, ça créé des emplois, un boulot énorme, le syndicats vont être contents, et les cancérologues ne sont pas à la veille de pointer au chômage.

 

 Tiens, on vous en met un peu en vrac !

 

Sur leurs blogs, de nombreux Ukrainiens racontent comment ils ont vécu Tchernobyl, tous témoignent de l'horreur des événements.

-"La grand-mère de mon mari a été évacuée avec les vêtements qu'elle portait. Elle a été autorisée à prendre quelques papiers seulement. Je l'ai vue quelques semaines plus tard, sa peau était jaune: un bronzage nucléaire. Un an plus tard, elle décédait d'un cancer."

La fille d’un médecin :

- "Mon père travaillait à l'Institut Herzen. L'hôpital a été informé qu'on leur amenait des pompiers avec des brûlures graves et la maladie des rayons….Mon père était de service ce jour-là. On lui avait interdit de parler des malades et de la radioactivité…..

Quand les pompiers sont arrivés, les médecins ont retiré leurs bandages. Certains d'entre eux n'avaient plus de peau.

 

Le rayonnement a été si fort qu'il faudra par la suite refaire le bitume de toutes les rues autour de la centrale. Il avait été détruit par les radiations. …..

20/04/11 Francois Leveque

 
http://www.lesechos.fr/opinions/points_vue/0201312445313-nucleaire-et-si-les-vieilles-centrales-etaient-les-plus-sures-.htm

Cyril Bitton, photographe :

" J'y suis allé 5 ou 6 fois [à Tchernobyl] durant ces 5 dernières années. Et en gros, rien n'a vraiment changé. Les personnes qui habitent les zones contaminées sont toujours malades et meurent de cancer ou d'autres maladies liées à la radioactivité. La ville de Pripyat se dégrade et les métaux radioactifs sortent de la zone à cause du trafic. C'est catastrophique."

Narina Davydova - Nouvelobs.com

 

Nucléaire : Le lait et les baies encore contaminées autour de Tchernobyl



Le lait, les baies, les légumes à racines et d’autres aliments sont encore contaminés par des taux élevés de radionucléides autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl

Le lait et d’autres aliments tels que les champignons et les baies sont encore contaminés dans certaines régions d’Ukraine par les retombées radioactives liées à l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, 25 ans après la terrible catastrophe nucléaire, d’après ce qu’a indiqué Greenpeace dimanche.
04/04/2011  Par Sandra BESSON
 Actualité news Environnement

http://www.actualites-news-environnement.com/26156-nucleaire-Tchernobyl.html

sante alimentation


 

Avenir sombre pour Astérix, il risque de crever de faim plus un sanglier potable à l’horizon !
 
Allemagne: des sangliers radioactifs après 25 ans - 01 avril 2011

 

BERLIN - Les sangliers sauvages de la forêt allemande offrent un témoignage éloquent de la persistance de la radioactivité dans l'environnement.

Vingt-cinq ans après que la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, ait diffusé un nuage de radioactivité au-dessus de l'Europe, ces animaux sont encore suffisamment radioactifs pour que l'on conseille d'éviter de les manger. Les champignons dont ils raffolent ne sont pas, eux non plus, propres à la consommation.

 
Les sangliers allemands hantent des forêts à 1500 kilomètres de Tchernobyl. Pourtant, le taux de césium-137 radioactif dans leurs tissus est souvent plusieurs dizaines de fois supérieur à la limite jugée sécuritaire pour la consommation, et des milliers de fois supérieur à la normale.

«Nous ressentons encore ici les conséquences des retombées de Tchernobyl, a dit Christian Kueppers, un expert de la radiation à l'Institut allemand d'écologie appliquée. La contamination ne disparaîtra pas de sitôt — la demie-vie du césium étant d'environ 30 ans, la radioactivité ne fera que diminuer très légèrement au cours des prochaines années.»
 

Source : Métro

http://www.journalmetro.com/monde/article/820924--allemagne-des-sangliers-radioactifs-apres-25-ans

 

Des enfants belges pissent du radium comme s’il en pleuvait !

Tchernobyl: les enfants belges ont été contaminés

19 avril 2011

Tchernobyl a bien provoqué des cancers en Belgique, annonce un spécialiste des glandes endocrines à l'hôpital de Mont-Godinne, le Dr Luc Michel, dans une interview au Soir Magazine à paraître mercredi.

Tout au long des années 90, le chirurgien a constaté une forte augmentation des cancers de la thyroïde chez des enfants et de jeunes adolescents qui avaient moins de 10 ans lors de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl de 1986. Cette population jeune est particulièrement à risque lors d'une contamination radiologique, souligne le magazine. Officiellement, le nuage radioactif qui a survolé la Belgique après la catastrophe de Tchernobyl, les 1er, 2 et 3 mai 1986, n'a pas fait de victimes en Belgique. Pour les autorités belges, l'impact sur la santé publique est en effet complètement négligeable. Ce point de vue n'est pas partagé par le Dr Luc Michel qui est convaincu que Tchernobyl est à l'origine de cancers en Belgique. …………….

Source: Belga

 

Débattez, débattez, il en restera peut-être quelque chose.

 

On en finit pas de discourir, le citoyen de base finit par y perdre son latin…. Est-on en droit d’attribuer à Tchernobyl le terme de catastrophe :

Un quart de siècle après l'explosion d'un réacteur de la centrale de Tchernobyl en Ukraine, le nombre exact des victimes reste le sujet de débats acharnés. Des millions de personnes, selon les médecins, souffrent toujours de problèmes de santé liés à l'explosion.

……. les autorités ukrainiennes estiment qu'au total cinq millions d'Ukrainiens, de Bélarussiens et de Russes ont « souffert » de cette catastrophe. Une bonne partie d'entre eux vivent toujours sur les territoires contaminés.
Pour Greenpeace, les suites de la contamination radioactive (cancers, atteintes au système immunitaire, maladies cardiaques...) pourrait causer au total de 100 000 à 400 000 morts dans ces trois ex-républiques soviétiques. Des chiffres qui contrastent avec le bilan de l'Organisation des Nations unies (ONU), qui a estimé en 2005 à 4 000 le nombre de personnes tuées par les radiations.
Un comité scientifique de l'ONU, l'UNSCEAR, ne reconnaît que trente-et-un morts d'opérateurs et pompiers directement imputables aux effets de la radiation et dix-neuf autres « liquidateurs » morts avant 2006 pour « différentes raisons ».

 

Encore un malade imaginaire


Volodymyr Palkine, un Ukrainien de 69 ans qui travaillait à la centrale au moment de l'accident, confie à l'AFP passer au moins deux mois par an à l'hôpital et avoir souffert d'hémorragies à la gorge et aux intestins. « J'avais une santé de fer, aujourd'hui j'ai une trentaine de maladies », dit-il, assis sur son lit d'hôpital dans une clinique spécialisée à Kiev. « J'ai du mal à marcher, mes os s'émiettent, j'ai des problèmes à la thyroïde », ajoute-t-il.


…….Le Bélarusse Iouri Bandajevski, médecin auteur de nombreuses études sur Tchernobyl, estime que les rapports officiels minimisent l'impact de la catastrophe sous la pression du lobby nucléaire.
« Pendant 25 ans, les structures étatiques ont tout fait pour cacher les informations au profit du lobby nucléaire, le plus puissant au monde, qui dicte ses conditions », assure-t-il à l'AFP.

 

Un feu de forêt autour de Tchernobyl ? Au secours !

 

 

Pour éviter que les environs de Tchernobyl ne s'embrasent, le consortium réclame 10 millions d'euros pour améliorer la lutte contre les incendies dans la zone irradiée. Leur crainte est qu'un feu de forêt vienne libérer des particules radioactives qui s'envoleraient rapidement dans les airs...………………


Depuis la catastrophe, les forêts entourant la centrale nucléaire ont déjà subi plusieurs incendies, mais pas encore de grande ampleur. Dans pareille situation, de grandes quantités de particules radioactives seraient libérées. ……….

Des équipements archaïques


Jakov Kalynik est pompier à la station Parishev, à une quinzaine de kilomètres de la centrale: "Quand on combat un feu sur ce sol, la chaleur émise ressemble à un feu ordinaire, mais vous avez une sensation de picotement, comme si les aiguilles des sapins vous sautaient dessus. On ne sait pas à quel point la radioactivité nous affecte, on prend juste une douche après. On ne nous surveille pas médicalement parlant".

Autre exemple: en mars dernier, les pompiers manquaient d'eau, ils ont du prendre un cheval pour aller chercher de l'eau avec une charrette... Un manque flagrant d'équipement.

 
Un danger pour tous
Dmytro Melnychuk, Recteur de l'Université nationale, ajoute: "Le strontium-90, le plutonium et l'américium-241 sont extrêmement sensibles à la dispersion atmosphérique en cas de hausse de chaleur par les feux. Cela crée des problèmes pour les pompiers et ceux qui respirent ces particules radioactives. Sans oublier que celles-ci se déposent ensuite à plusieurs dizaines de kilomètres sur les cultures, ce qui rend les aliments dangereux à la consommation. Nos études, en collaboration avec l'Université de Yale, ont montré qu'il est impératif que nous prenions des mesures pour contrôler la radioactivité des forêts de Tchernobyl".

Sergiy Zibtsev, professeur associé à l'Institut de Kiev de la gestion des parcs et forêts, explique: "Les fumées des incendies de 2003, sur le site d'essais nucléaires de Semipalatinsk, ont été détectées jusqu'au Canada !…..


 
http://www.7sur7.be/7s7/fr/2664/Catastrophes-Naturelles/article/detail/1256177/2011/04/27/Un-feu-de-foret-autour-de-Tchernobyl-Au-secours.dhtml

 

 

Ukraine
Vingt-cinq ans après la catastrophe : les cancers des «enfants de Tchernobyl»

….Aujourd’hui, en Ukraine, on constate une nette augmentation des cancers de la thyroïde chez les personnes qui étaient enfants en 1986.

Des statistiques que confirme Olga Vassilenko, médecin chef du centre des « Enfants de Tchernobyl » à Kiev. Selon elle : « Avant 1986 on avait 11 enfants sur un million qui souffraient du cancer de la thyroïde, aujourd’hui c’est 286 pour un million. »

Président de la CRII-RAD depuis 1997, Roland Desbordes, supervise un laboratoire d’analyse de la radioactivité dont l’indépendance est assurée par ses adhérents et les prestations qu’il facture. Le DL/Stéphane MARC

Tchernobyl, Fukushima, même combat… le seul recours : le compteur Geiger (dont l’objet rappelons-le, consiste à mesurer uniquement le taux de radioactivité)

Vingt-cinq ans après l’explosion nucléaire du réacteur de Tchernobyl, l’histoire se répète. Le 18 avril dernier, la CRII-RAD faisait acheminer de Valence (Drôme), où elle a son siège, à Fukushima au Japon, des compteurs Geiger et un « vrai matériel de laboratoire portatif ». Elle répondait à la sollicitation d’un groupe de Japonais, réunis dans le Ganje 47, une association qu’ils ont fondée dans cet objectif de créer un laboratoire indépendant d’analyse de la radioactivité qui couvrirait les 47 préfectures du Japon. Roland Desbordes, le président de la CRII-RAD, aurait bien évidemment préféré accompagner une telle création dans d’autres circonstances.

Depuis 2006, année où la CRII-RAD a publié la carte des retombées du nuage de Tchernobyl sur la France, le sujet n’est « plus au centre de l’activité » du laboratoire. Mais « il reste d’actualité », avec les 500 malades de la thyroïde dont la plainte a été classée. « Aucun des gouvernements qui se sont succédé n’a dit “on a menti aux Français” avec ce fameux nuage qui s’est arrêté à nos frontières. Aucun n’a dit que les cancers pouvaient être causés par les retombées de Tchernobyl », s’indigne encore Roland Desbordes.

En Biélorussie, le projet qu’avait la CRII-RAD de déplacer les enfants vivant dans des zones contaminées vers des sanatoriums situés en dehors a échoué aussi. « On y avait mis beaucoup d’espoir. Mais il y a eu sabotage de ce projet qui était remarquable. » L’argent qui avait été collecté a été réorienté vers un institut qui aide les enfants.

Source : Ouest France

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Vingt-cinq-ans-apres-la-catastrophe-les-cancers-des-enfants-de-Tchernobyl_6346-1777277-fils-tous_filDMA.Htm

 

 

25 ans après Tchernobyl, combien de morts ? Yves Heuillard  26 avril 2011

……. le jour se lève sur Pripyat, la ville construite en même temps que la centrale nucléaire de Tchernobyl. La vie semble normale, chacun vaque à ses occupation du week-end. Pourtant la plus grande catastrophe industrielle de tous les temps vient de se produire. La première réaction des autorités soviétiques fut de cacher l'explosion du réacteur n°4. ……..

Il faudra 36 heures avant de décider d'évacuer la ville, puis au fil des jours la région tout entière, jusqu'à 30 km autour de la centrale. Les premières photos d'enfants atteints d'un cancer de la thyroïde, d'une leucémie, ou nés avec d'horribles malformations, seront révélés par le photographe russe Igor Kostin en 1989. Au fil des années, le monde découvre ou réalise l'ampleur des conséquences de l'accident, en même temps qu'il se familiarise avec l'extrême dangerosité d'une radioactivité qu'il ne voit pas, ne sent pas. …..

Développement Durable

http://www.ddmagazine.com/201104262187/Actualites-du-developpement-durable/25-ans-apresTchernobyl-combien-de-morts.html

 

Les calculs, ceux de l'ONU donnent 4000 morts "possibles" jusqu'en 2004. Alorsa, faire du grabuge pour si peu… le problème, c’est que Greenpeace en dénombre 200 000. En novembre 2009, un rapport sur les conséquence de la catastrophe de Tchernobyl rédigé par une équipe de scientifiques dont Alexey et Vassily Nesterenko de l'Institut de sûreté des rayonnements de Minsk en Biélorussie, arrive au chiffre de 895 000. Ainsi qu’on peut le constater, il est difficile d’avoir un consensus ou même une approximation voisine. Petite réserve, aucun de ces chiffres ne tient compte des cancers potentiels à venir, de l’augmentation du nombre de cancers de types divers les pays occidentaux durant ces trente dernières années, ni ceux qui affecteront les générations à venir, ni de l’incidence potentielle des retombées considérées comme anodines. 

 

Chut, taisez-vous, envers et contre tous, le progrès avance, ne l’entravez pas avec vos sarcasmes et votre mauvais état d’esprit.

 

Voir également : http://www.hstes.com/article-les-mythes-de-la-science-moderne-70765377.html

 

Jean Aikhenbaum  

Piotr Daszkiewicz

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:21
 
 
(Article publié dans Réussir votre santé n° 9 – 1994)

Le 26 avril 1986, l'explosion d'un réacteur de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine, en 1996 nous avions publié un article, qui de notre point de vue, vingt-cinq ans après, ce triste évènement est hélas toujours d’actualité. Il est vrai également, qu’aux dires de nos dirigeants politiques le nuage dévastateur s’était miraculeusement arrêter à nos frontières. Il est de bon ton de remarquer, que celles-ci étaient également imperméables à toutes intrusions en 1939, aux dires de nos politiques de l’époque. Dans les deux cas, on a pu voir ce qu’il en a été.

Vingt-cinq ans après l’explosion un petit point s’impose, la parole s’est déliée, et aujourd’hui les tenants du tout nucléaire (tout bords politiques confondus) font triste mine. Ils ont de plus en plus de mal à faire avaler la pilule nucléaire. Les statistiques sont accablantes, dans la plupart des pays (apparemment) libres et démocratiques, le verdict populaire laisse apparaître une large majorité contre le nucléaire. Nous pouvons toujours rêver d’un débat suivi d’un référendum sur le sujet… nos politiques n’en veulent pas. Ils ont la vérité infuse, ils savent ce qui est bon pour nous… Voter braves gens, élisez-nous, mais surtout après fermez vos gueules.

Aussi, le présent article est donc une reprise d’un article publié, il y a de cela une quinzaine d’années, nous vous proposerons dans un second volet actualisé qui prendra en compte les publications plus récentes, ainsi qu’un volet consacré à la catastrophe de Fukushima.

 
Tchernobyl

 

Bizarre! Consultez Le Larousse Illustré 1994. Ce

dictionnaire indique la population des grandes et

petites villes, sauf de Tchernobyl. Cela signifie-t-il

qu'entre la précédente édition et aujourd'hui, le

Larousse n'ose affirmer combien il y a eu de morts

suite à la catastrophe de 1986 due à l'explosion

d'un réacteur nucléaire. La pollution radioactive

de l'environnement, importante et étendue, fut‑

elle si meurtrière

 

 

UN SAVANT SOVIETIQUE REFUGIE A L’OUEST RIDICULISE PAR LES EXPERTS OCCIDENTAUX !

A la fin des années soixante-dix, Jaures Medvedev, biologiste russe réfugié en Angleterre, dénonça une grande catastrophe nucléaire en 1957 à Tchelabinsk, en Oural. Il est attaqué et ridiculisé par les médias et par un groupe d'experts occidentaux.

Pour prouver ses dires, il analysa soigneusement la presse scientifique soviétique (les expériences sur l'irradiation des plantes et des animaux; la composition des espèces dans des zones étudiées) et il arriva à déterminer la date et le site des catastrophes. Il publia les résultats de ses recherches dans ”Nuclear Disaster in the Ural".

Les autres dissidents et, plus tard, après les profonds changements politiques de 1988, les autorités soviétiques elles-mêmes, confirmaient les propos de Medvedev. Si on peut admettre que personne parmi les politiciens importants ne voulut écouter un réfugié isolé de l'Est, il est quand même difficile de comprendre qu'un chercheur indépendant et solitaire ait pu déceler la vérité grâce à une simple analyse de la presse, alors que les spécialistes occidentaux et les services de renseignements se sont facilement laissés berner par les politiques soviétiques.

 

L'explosion d'un dépôt de plutonium à Tchelabinsk (usine des charges des missiles)

 

a été une des plus grandes catastrophes nucléaires de l'humanité. Suite a cette catastrophe, les Soviétiques ont créé l'Institut consacré aux études des conséquences de la contamination. Bien qu’une grande partie des résultats demeure toujours secrète, on a pris connaissance de plusieurs faits comme l'accumulation radioactive de césium dans les champignons et les lichens, des changements dans la dynamique de population des rongeurs et de graves altérations physiologiques des plantes.

Constatation, les conséquences des accidents nucléaires sont entièrement imprévisibles. C’est la plus importante des remarques, que l’on est à même de faire suite à la catastrophe de Tchelabinsk. Les catastrophes de ce type sont quasiment impossibles à gérer par l'homme. L'expérience malheureusement montre qu'en aucun cas on ne peut se servir de la probabilité pour assurer la sécurité car les accidents "presque impossibles" statistiquement, arrivent quand même assez souvent (Tchelabinsk, Tree Miles Island).

L'analyse probabiliste est destinée à étudier les situations prévisibles, de phénomènes bien connus. Ce n'est pas le cas du nucléaire. En outre, on ne dispose d'aucune méthode fiable de décontamination Tchernobyl confirme cette triste vérité. (c’est également le cas aujourd’hui).

 

Des retombées aux conséquences impossibles à évaluer.

 

L'explosion a créé des modifications de l'environnement qui vont durer des siècles. Pour pouvoir découvrir le taux élevé des cancers des populations proches des centrales nucléaires en Grande-Bretagne, il a fallu attendre dix ans.

Le temps et le genre des réactions des organismes sont très variables. Les processus métaboliques sont si nombreux que souvent il est impossible de les suivre.

L'attitude d'une partie de la presse et des experts pronucléaires nous éloigne encore de la vérité. D'ailleurs, la responsabilité des experts a été peu discutée dans le cadre de Tchernobyl. La Bulgarie est le seul pays où les responsables de l'action de  désinformation ont été jugés et condamnés à des peines de prison ferme. Que penser à propos de ces politiciens français qui participèrent à l'organisation de colonies de vacances à Homel, situé à une centaine de kilomètres de l'épicentre de l'explosion? Que penser encore de ces experts occidentaux qui tentent de discréditer les analyses

indépendantes qui ne sont pas suffisamment pronucléaires ?

Il n'est pas nécessaire d'être ingénieur atomiste spécialisé pour pouvoir interpréter les statistiques comme celles du Kazakhstan (le pays des essais nucléaires soviétiques) où un enfant sur trois n'est pas normal, et porte les conséquences de la dégénérescence de son matériel génétique.

 

Et si les réels dangers étaient encore  sous estimés ?

 

S'il est toujours impossible de réaliser l'estimation globale des conséquences de Tchernobyl, certaines données sont très inquiétantes. Le taux des cancers de la thyroïde chez les enfants de Biélorussie (pourtant éloignée de plusieurs centaines de kilomètres de Tchernobyl a augmenté quatre-vingts fois (80 pour un million d'habitants au lieu de 1). Le rapport sur les conséquences de cette catastrophe en Pologne (encore plus éloignée que la Biélorussie) estime à vingt pour cent l'augmentation de la mortalité des nouveaux-nés ; à trente pour cent celle des fausses couches; à trois cents pour cent l'apparition de certains cancers; à deux cents pour cent la mortalité suite au cancer du sein. On ne dispose pas de données concernant la leucémie mais l'augmentation est constatée par plusieurs médecins. De plus, le nuage radioactif aggrave et accélère le développement des cancers existants (le fait est observé en Pologne sur les cancers du poumon). Comme d'habitude, les experts" se sont étonnés de divers phénomènes comme la concentration de césium dans les gonades; comme le fait que la terre de Tchernobyl, abandonnée par l'homme, est devenue le site préféré d'oiseaux migrateurs, aussi on chasse des canards radioactifs dans différents pays. Il y a également d'étranges phénomènes post‑Tchernobyliens : l’apparition des mutations vénéneuses des champignons habituellement comestibles.

-l'apparition de nouveaux micro-organismes, comme la bactérie du métro de Alma Ata.

Après chaque nouvelle catastrophe, les experts et les autorités sanitaires, choqués par la gravité des conséquences, changent les normes, c'est-à-dire le taux de radioactivité accepté par la législation (bien évidemment, pas par l'organisme humain, il doit s’adapter aux statistiques !). Mais même ces doses très faibles sont nocives. De plus, il n'y a pas de règles (sauf la destruction de l'A.D.N., la mutagénité et la cancérogénité) de réaction des organismes à l'action des radionuclides.

La majorité des observations concerne les animaux (ce qui n'est pas, on a pu le constater lors de nombreuses expérimentations à l'homme)

Adaptés à l'irradiation sur l'atoll Bikini, les rats et les souris résistent mieux. En Russie, c'est le contraire, les rongeurs sont très touchés par la contamination. Comment peut-on établir des normes sur des résultats contradictoires ? La catastrophe de Tchernobyl démontre non seulement la faiblesse de la civilisation technocrate mais aussi l'incompétence de la politique occidentale envers l'Est. Rapidement on abandonna l'idée de demander des dédommagements que l'U.R.S.S. aurait dû verser aux victimes.

 

L'Ukraine est devenue indépendante mais est constamment menacée.

 

Ce pays est aussi privé des possibilités d'aide bancaire et énergétique par des pressions politiques entre Moscou et l'Occident. Il n'est pas étonnant que les autorités ukrainiennes ne peuvent se permettre la fermeture immédiate de leurs réacteurs (y compris  celui de Tchernobyl malgré les risques d’une nouvelle explosion.

En ukrainien, Tchernobyl     signifie "plante noire" (absinthe, nom vernaculaire d'Artemisia absinthium). après une ancienne prédiction, c'est ici que doit commencer l’apocalypse. Il est difficile d’admettre que les vieilles prédictions soient plus "cartésiennes" que les expertises scientifiques.

 

Soures :

Five years after

-Tchernobyl une catastrophe, Bela et Roger

Belebéoch, Ed. Allia.-La catastrophe de Tchernobyl, un bilan inat

tendu, La Recherche 246/1992.-l'après Tchernobyl: des cancers en excès, La

Recherche 255/24.

The nuclear disaster in Oural, Jaures Medvevev

 

pour ne pas griller idiot 

 

Il n'est pas question de polémiquer pour savoir si oui ou non le nucléaire est nécessaire à notre économie, s'il est source de pollution ou non ;c'est un affaire de spécialistes avec tout plein de jolis diplômes.

Les savants, mandatés et accrédités par nos leaders politiques, vous savez ceux qui sont régulièrement invités par les médias, nous vantent les vertus de cette énergie nucléaire non polluante

-Faites-nous confiance, nous sommes des spécialistes et ce qui se passe ailleurs, ne peut pas arriver chez nous..

 

Ils sont rassurants ces gentils savants et c'est normal, ils travaillent généralement pour l'industrie nucléaire et de plus c'est humain, savant ou pas, il est difficile de cracher dans la soupe.

Mais quand d'autres, qui ne sont en général, pas invités par les médias, bien qu'ils aient autant de diplômes, (mais ils sont trop mal élevés; pensez, ils disent le contraire), et qui avec plein d'appareils nous démontrent que ce que prétendent les premiers est faux, on peut se poser quelques questions et se dire qu'il faudrait peut-être réfléchir un peu plus...

 

LE NUCLEAIRE

 

Hiroshima, Tchernobyl, essais nucléaires, retombées, déchets, nuages radio actifs.... Des mots qui font frémir, des mots au travers desquels se dessine en filigrane morts et désolation.

A la suite du dramatique accident de Tchernobyl, un nuage est passé... mais si un nuage chargé d'eau donne en passant naissance à des chutes de pluie, le passage du nuage radio actif de Tchernobyl, a quant à lui, donné naissance à des retombées radioactives.

Outre sur les humains pour lesquels on ne connaît pas encore toutes les conséquences, la nature a pour sa part pris le plus gros des retombées. La végétation d'abord, puis le sol, et les nappes phréatiques.

Pour rechercher l'information sur les rayonnements ionisants, pour informer le public, plusieurs savants et chercheurs ont créé une association loi 1901, sous le nom de CRIIRAD.

Cette commission de recherche et d'information sur la radioactivité, a quadrillé le territoire national de balises de contrôle munies de filtres absorbant l'air ambiant. Ces filtres sont prélevés chaque semaine

en situation normale, (sans alerte) et ponctuellement dès que la balise émet un signal d'alarme capté par une centrale de gestion.

Mais outre ces balises placées comme des sentinelles, l'association dispose d'un laboratoire d'analyse, et chacun, collectivité, producteur, consommateur, propriétaire, peut faire appel au CRII-RAD pour déterminer la radioactivité

 

 

Pour tout renseignement sur les modalités et services.

CRIIRAD

471 Avenue Victor Hugo
26000 VALENCE - FRANCE
Tél. +33 (0)4 75 41 82 50
Fax. +33 (0)4 75 81 26 48

contact@criirad.org

 

TCHERNOBYL, UNE CATASTROPHE

 

Bella et Roger BELBEOCH aux Editions Allia

 

Voilà une version de la réalité de ce que fut Tchernobyl et de ses conséquences une catastrophe minimisée par les médias, pour éviter de remettre la science et la technologie nucléaires en cause.

Quatre ans après l'événement, on découvre que les problèmes ne se limitent pas aux cités évacuées mais qu'ils s'étendent à des distances allant à des centaines de kilomètres et concerne des centaines de milliers de personnes. Juste après la catastrophe, le monde occidental censura l'information, car en fait, les journalistes soviétiques avaient publié des informations contrôlées par les autorités des pays

occidentaux par le biais de l’IPSN (Institut de protection et de sûreté nucléaire).

Les auteurs nous disent que finalement "Gérer un accident majeur, c'est essentiellement gérer ses conséquences médiatiques".

En réalité, Tchernobyl est un homicide d'un type bien particulier, puisque les victimes mourront bien plus tard et qu'on ne pourra jamais en identifier les causes rien ne différencie les cancers radio‑induits des autres cancers. Pas de spectaculaire là-dedans et par conséquent ce problème, pourtant énorme, ne peut intéresser les

Médias.

Les centrales occidentales ne sont pas à. l'abri d'une catastrophe du même type, mais pour la Russie, on a trouvé les coupables, les défauts de sécurité. Dans le cas d'un accident en Occident, la même catastrophe ne sera qu'un coup du destin, sans responsable et sans coupable l'absence absolue du danger nucléaire occidental est proclamé par nos experts sensés maîtriser complètement la technologie nucléaire.

A l'Est, on a fait croire à l'innocuité de l'irradiation les problèmes de santé pour les dirigeants sont en majorité une affaire de radiophobie et la population doit être traitée avant tout par des psychologues.

 

 

Pourtant les systèmes de régulation endocrinienne, immunitaire et cardio-vasculaires sont perturbés. on ne compte plus les cas d'anémies, les affections dermatologiques et auto-immunes, ou infectieuses, ainsi que les pathologies naso-pharyngées, les leucémies et les problèmes thyroïdiens... Nombre de nouveaux-nés naissent avec des anomalies du système nerveux central et les fausses couches ont augmenté considérablement. Les animaux donnent naissance à de véritables monstres, non viables...

Le directeur de la sûreté nucléaire de l’AEIA déclara en août 86 à la conférence de "Vienne " : Même s'il y avait un accident de ce type tous les ans, je considérerais le nucléaire comme une source d'énergie intéressante"•

Piotr Daszkiewicz - Jean Aikhenbaum

Partager cet article
Repost0
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 18:23

DEPORTATIONS ET ARRESTATIONS

 

Note de service du 18 juillet 1942 (sur laquelle est apposée la mention CONFIDENTIEL)

 

Cette note adressée aux commissaires stipule que les 19, 20, 21 et 22 juillet 1942 deux mille israélites (hommes, femmes et enfants) seront transférés du Vélodrome d’hiver dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande. Il ne sera pas établi de liste.

 

 

 

Note de service du 18 juillet 1942 (sur laquelle est apposée la mention CONFIDENTIEL)

 

Dimanche 19 juillet 1942, un train emmenant 1000 israélites partira à 8 heures 55 de la Gare de Bourget-Drancy à destination de la frontière...

 

 

 

Note de service du commissaire général aux Questions juives - 9 septembre 1942

 

                   Le commissaire général a remarqué que dans la correspondance de certains services, les juifs étaient dénommés « israélites ». Au commissariat général aux Questions juives, un juif doit être appelé un juif, et on ne doit pas écrire M. Lévy ou M. Dreyfus, mais le Juif Lévy ou le Juif Dreyfus. Le terme israélite ne sera employé que du point de vue religieux....

 

 

Consignes pour les équipes chargées des arrestations - 11 septembre 1942 (sur cette note figure la mention secret).

 

1°) Les gardiens après avoir vérifié l’identité des juifs qu’ils ont mission d’arrêter, n’auront pas à discuter les différentes observations qui peuvent être formulées par eux.

..........Seul le Commissaire de la Voie Publique est qualifié pour examiner les situations......

2°) Ils n’auront pas à discuter sur l’état de santé[1]. Tout juif arrêté devra être conduit au poste de police....

3°) Les agents chargés de l’arrestation s’assureront, lorsque tous les occupants du logement sont à emmener que les compteurs.....Les animaux seront confiés au concierge.

6°) Les enfants vivant avec la ou les personnes arrêtées seront emmenés en même temps[2], si aucun membre de la famille ne reste dans le logement

7°) Les gardiens seront responsables de l’exécution. Les opérations devront être effectuées avec le maximum de rapidité, sans parole inutile et sans aucun commentaire.

 

 

transfèrement des détenus juifs  note du 3 novembre 1942 réf : 1er Bureau n° 1613/B

 

Les 4, 6 et 9 novembre 1942, à 8 heures 55, un train de 1000 juifs partira de la gare du Bourget-Drancy. L’embarquement de ces juifs aura lieu la veille des départs, c’est-à-dire les 3, 5 et 8 novembre entre 14 heures et 17 heures[3],

 

M. le Cre divisionnaire, chef de la 3ème division, assisté d’un Cre de V.P et d’une Cre de Banlieue (si besoin est) de la Division assurera les transfèrements et embarquements de ces juifs. A cet effet, il disposera à la gare une surveillance ainsi qu’aux abords du Camp, afin d’éviter toute évasion.

.....

Il s’assurera que les wagons couverts auront été fermés et plombés par la S.N.C.F ...... (signé Hennequin)

 

 

 

Art. 1 - par mesure de sécurité intérieure tout étranger autorisé à séjourner en France, considéré comme Juif. (...) est astreint à résidence sur le territoire de sa commune...

 

 

 

....

Art.1- Toute personne de race juive aux termes de la loi du 2 juin 1941 est tenue de se présenter, dans un délai d’un mois à compter de la promulgation de la présente loi, au commissariat de police de sa résidence ou à défaut à la brigade de gendarmerie pour faire apposer la mention «Juif» sur sa carte d’identité(...) et sur la carte individuelle d’alimentation.

etc[4].

 

 

 


 

 

 

L’homme est un produit fort singulier du processus évolutif. Il reçoit et transmet non pas une mais deux hérédités, l’une biologique, l’autre culturelle. Théodosius Dobzhinski

 

De nombreux travaux ont été faits depuis la fin de la dernière guerre sur les séquelles et les problèmes qui découlent des persécutions. Aujourd’hui, de nombreuses publications scientifiques en font état. Les juifs, tziganes et autres rescapés persécutés au cours de la seconde guerre ont du faire face à des difficultés existentielles handicapantes tout au long de leur existence. Les enfants Juifs ont connu à travers leur clandestinité un destin tragique, où le stress et l’angoisse étaient très souvent leur lot quotidien. Celui-ci a, à plus d’un titre, affecté leur comportement et marqué leur adolescence et leur vie d’adulte. Les problèmes rencontrés ainsi que nous allons le voir ci-dessous sont de plusieurs ordres.

 

 

 

Les travaux d’après-guerre

 

Le Dr Minkowski, psychopathologiste, qui a examiné dans les années d’après guerre de nombreux rescapés,  rapporte  «que nous pouvons considérer comme acquis, qu’il existe une pathologie spécifique des anciens déportés et victimes des persécutions. Cela se comprend du reste, compte tenu des épreuves auxquelles ont été soumis pendant des années, tant sur le plan somatique que physique et moral, l’organisme et la personnalité humaine. (...) La spécificité des troubles neuro-psychopathiques consécutifs aux persécutions se traduit par un syndrome particulier(...) ».

 

Ce même médecin souligne que ce type d’épreuves débouche immanquablement sur des psychopathologies bien spécifiques. Dans son rapport présenté à la 5èmeassemblée des médecins en Israël  en août 1961 à Haïfa, il rapporte que les survivants qui ont vécu dans la clandestinité sont atteints de divers troubles :

 

-                                                         anxiété permanente

-                                                         dysfonctionnement des glandes endocrines

-                                                         anesthésie affective

-                                                         prédisposition à la dystonie neurovégétative et aux psychoses endogènes etc.

 

Ce qu’il est également intéressant de noter, c’est que ce travail fait ressortir, que les victimes n’entrent pas dans les conceptions, critères définis  par la psychiatrie habituelle. Ce qui a eu pour effet de remettre en cause les diagnostics formulés jusqu’alors.

 

D’un point de vue concret, les troubles vécus par les survivants sont divers. Le docteur Minkowski parle de «dépression réactionnelle chronique ». Ces termes sont de son avis schématiques, négligent les détails et c’est justement dans ces détails que résident l’aspect le plus important des troubles. Il note également «que l’irritabilité extrêmement accusée  chez les anciennes victimes de persécutions, se manifeste à tout bout de champ, pour un rien, vient perturber sérieusement leur vie de famille, de même que leurs relations journalières avec leurs semblables(...) ». Dans ce même texte nous trouvons un peu plus loin, «Non pas tant agressivité, qu’une excitabilité extrême de la réactivité générale du système nerveux, échappant ainsi au contrôle de la personne(...) nous nous trouvons en présence d’une modification, d’une détérioration de la personne humaine(...) mais, si on se penche humainement sur cette souffrance, elle devient à tel point proche et compréhensible que, pour ma part, je l’avoue, j’éprouve quelque résistance à la coiffer d’un terme clinique...

 

L’anxiété,  quant à elle est  constante, elle s’accompagne de peurs et d’inquiétudes immotivées, sentiment d’insécurité(...) anxiété à la vue d’hommes en uniformes(...) pour compléter le tableau clinique, énumérons les symptômes suivants de nature plus banale : impressionnabilité au moindre bruit, des pas entendus dans l’escalier qui déterminent l’image d’une arrestation, troubles de la série neurovégétative au sens strict du terme, palpitations, sentiments d’étouffement, transpiration, tremblements, états nauséeux, troubles digestifs, céphalées etc.   ; dysmnésie marquée de fixation et d’évocation, trous de mémoire, oublis, distractions, déficience de la faculté de concentration ; on n’est pas à ce que l’on fait ; en cours d’accomplissement d’une action ;oubli de ce à quoi elle était destinée, etc. ;lassitude, affaissement général, fatigabilité physique et intellectuelle. Tel est dans des grandes lignes le syndrome des victimes du nazisme avec les particularités qui lui sont propres, qui font aussi que les cadres de la  clinique courante ne lui conviennent point  ». 

 

Si nous avons choisi de nous référer à un travail fait il y a une quarantaine d’années, c’est tout d’abord pour rendre hommage au docteur Minkowski. Celui-ci a été l’un des premiers à démontrer la spécificité des traumatismes des victimes des persécutions nazies. Le particularisme  de son dossier, déjà à cette époque, faisait ressortir que  les conséquences risquaient de toucher également les enfants des rescapés, notamment lorsqu’il cite  les propos de l’un de ses patients : « tout va à nouveau recommencer, mes enfants n’échapperont pas au sort qui fut le mien ».

 

Ces problèmes préoccupaient d’autres spécialistes. « L’union Mondiale O.S.E » tenait  les 20 et 21 juin 1961 un colloque sur les « Conséquences pathologiques tardives chez les victimes juives du nazisme ».

 

Parmi les sujets traités par d’éminents spécialistes nous trouvons :

 

-                                                         Influences des traumatismes, des intempéries et des carences d’apport alimentaire comme cause déclenchante ou aggravante des maladies ostéo-articulaires et vertébrales » (Prof. S. de Sèze).

-                                                         Système nerveux et ulcère gastro-duodénal (Prof. R. Cattan)

-                                                         Les expertises chez les victimes juives du nazisme (Dr.I. Simon)

-                                                         Incidence et évolution des affections allergiques chez les anciennes victimes des déportations et des persécutions raciales (Prof. B. Halpern)

-                                                         Séquelles tardives de la pathologie respiratoire (Prof. B. Kreis)

-                                                         Considérations sur les séquelles tardives cardio-vasculaires chez les victimes juives du nazisme.

-                                                         Les séquelles tardives des troubles hormonaux chez les victimes juives du nazisme (Mme F. Kreis de Mayo)

-                                                         Les séquelles oto-rhino-laryngologiste des persécutions raciales (Dr P.L Klots)

-                                                         Les fonctions génitales et les équilibres neuro-endocriniens génitaux et para-génitaux chez les victimes du nazisme. (Prof. M. Mayer)

-                                                         Carences vitaminiques et séquelles oculaires chez les victimes juives du nazisme (Dr J. Mawas)

-                                                         Les syndromes psychopathologiques chez les victimes des persécutions de la dernière guerre (Prof. H. Baruk)

-                                                         Les troubles neurovégétatifs  réactionnels chez les victimes juives du nazisme. (Dr. I. Simon)

 

 

Etat des recherches actuelles

 

Les travaux faits aujourd’hui par de nombreuses équipes de recherche indépendantes confirment les observations faites dans les années d’après-guerre. De plus, les observations se sont affinées et ont  permis de souligner divers paramètres non pris en compte à l’époque, en raison du manque de recul. Ainsi, aujourd’hui l’accent est mis non seulement sur les séquelles directes qui frappent les victimes, mais également sur les conséquences qui touchent les première, seconde et troisième générations11.

 

Les facteurs qui multiplient les risques de voir se développer des séquelles liées aux événements traumatisants de la seconde guerre, font désormais l’objet d’une appellation spécifique. Les spécialistes codifient ce type de pathologie sous le sigle PTSD (posttraumatic stress disorder). Cette étude fait ressortir que la vulnérabilité au PTSD, touche également la famille, les enfants et d’une manière générale  les proches des victimes12.

 

Une autre étude publiée par Psychoanalytic review13 : fait apparaître, que non seulement les victimes directes des agissements criminels en subissent tout au long de leur vie les conséquences, mais que celles-ci se transmettent à leurs enfants. Pour résumé la situation, cet auteur s’exprime ainsi :

 

« Les jeunes des 2ème et 3èmegénérations  sont à la recherche d’un équilibre qui tient  compte de leur éducation. Ils tentent de régler leur problème en fonction de leur propre personnalité et à travers les épreuves  subies par leurs parents de façonner leur identité. Le dilemme dans lequel se trouvent ces générations consiste à tourner autour de la souffrance de leurs parents et les pousse à tenter de rechercher un compromis,  qui consiste à approcher cette souffrance  tout en l’évitant ».

 

Les 2èmeet 3ème générations sont également plus préoccupées que les groupes témoins (Juifs et non Juifs) par les injustices sociales et politiques. Ainsi, cet auteur fait remarquer  « que pour les jeunes de la 3èmegénération,  l’identité juive et la réussite de leur vie passe par le legs de l’Holocauste»14.

 

Les personnes qui étaient enfants pendant la période de l’Holocauste et qui ont été confrontées à des persécutions ont subi des traumatismes graves. L’origine est   d’avoir ressenti la fragilité de leur existence et de celle de leurs proches.  Ces victimes font une « intériorisation conflictuelle » qui conditionne leur existence ou l’idée de la mort est omniprésente. 

 

Les auteurs de cet article soulignent  que  ces perturbations sont permanentes et font  partie de leur personnalité. Pendant trois années, des survivants ont participé à des thérapies de groupe. Leurs perturbations s’exprimaient de différentes façons : par des prédispositions à des tentatives de suicide, des difficultés à assumer leur présence au sein du groupe et par des manifestations de colère violentes contre les thérapeutes. Ces problèmes ont perduré malgré et au delà de la thérapie. Le syndrome  appelé  « Countertransference » est un autre symptôme observé par ces auteurs, il est en liaison directe avec l’Holocauste. Il se manifeste par de l’anxiété,  des crises de colère, par le rejet de la thérapie de groupe, le refus et  l’incapacité d’exprimer le mal être. Malgré leurs difficultés à mener à bien les séances de thérapie, les auteurs pensent que ce type de traitement doit être proposé dans les pathologies traumatiques d’origine humaine.

 

Comme le démontre cette dernière étude, de nombreux enfants Juifs rescapés ont, après-guerre, occulté cette période, à tel point que bon nombre d’entre eux,  même devenus adultes, ne l’évoquent qu’avec beaucoup de réticence, (les spécialistes parlent d’amnésie de protection). Chez les adultes, les phénomènes inverses s’observent, les victimes évoquent fréquemment leur passé douloureux avec un souci exagéré du détail (hypermnésie).

 

Les traumatismes laissés par ces épreuves sont gérés tant bien que mal de façon individuelle. Pour survivre, les enfants Juifs  pourchassés ont dû, par obligation changer de nom, de prénom. Chez les survivants Juifs de la première génération après-guerre, le rejet de l’identité juive a continué à se manifester.  On a pu constater de nombreux abandons de patronyme que plus rien ne justifiait. Vouloir passer inaperçu, devenir anonyme, refuser « le fardeau » d’une identité culturelle pesante, abandonner les traditions religieuses, ne plus être identifiable en tant que Juif, sont autant de moyens employés par les survivants de la Shoah pour fuir  leur passé douloureux. La guerre a non seulement laissé des traumatismes physiques et psychologiques, mais a également spolié la première génération au moins en partie,  des valeurs du judaïsme.

 

 

 

Ce dossier a été réalisé par Jean Aikhenbaum

avec le concours de Messieurs Gilbert Schwarcz, Piotr Daszkiewicz

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives du Musée de la Préfecture de Police de Paris

 

 

Community healing for children traumatized by war –  Ayalon-Ofra - International-Review-of-Psychiatry.Aug. ;1998 10 (3) 224-233

 

Daszkiewicz P. - Aikhenbaum J. « Aurochs, le retour...d’une supercherie nazie » Histoire Sciences, Totalitarisme, Ethique et Société

 

 

Klarsfeld Serge : «  La France et la question juive  1940 – 1944 » C.D.J.C

 

Les Cahiers de la médecine hébraïque

 

MEDLINE Bases de données

 

Poliakov L. « Bréviaire de la haine - le 3ème Reich et les Juifs » - Agora Editions Calmann-Lévy

 

 

Saigh Philip A ; Fazirbank John A ;Yasik Anastasia E « War-related posttraumatic stress disorder among children and adolescents », International Universities Press Stress and Health series Monograph ;

 

Thuillier P. Les passions du savoir - essais sur les dimensions culturelles de la science - Fayard

 

Weisberg Richard, - « B Vichy Law and the Holocaust in France »

 

WinockMichel - « Le Siècle des Intellectuels » - Points Editions du Seuil

 



[1] L’Administration prend les devants et enlève toute possibilité aux fonctionnaires de police chargés des basses besognes d’interpréter les textes de manière à ce qu’ils exécutent les ordres sans discussion possible. Cette note précise : Seul le Commissaire de la Voie Publique est qualifié pour examiner les situations.

[2] Souligné par J. Aikhenbaum - A la lecture de cette note, nous constatons que les chiens, chats et autres poissons rouge faisaient l’objet de plus d’égards de la part du Directeur Adjoint de la Police Municipale, signataire de cette mesure, que les enfants juifs. 

[3] Soit 15 à 19 heures avant le départ du train.  Cette note ne précise pas le lieu de destination de ce convoi.

[4] Les Italiens, alliés d’Hitler se sont toujours fortement opposés à ces mesures.

11Signal JJ. Psychoanalytic review. 85(4) :579-85, 1998 aug.

12 Yehuda R. Canadian Journal of Psychiatry - Revue canadienne de psychiatrie. 44(1) :34-9 199 Feb.

13 Trauma of identity through two generations of the Holocaust. Hogman F. 85(4) :551-78, 1998 Aug.

14 Countertransference             and life-and-death issues in group psychotherapy with child Holocaust survivors (source Am.J Psychoter. 52(3) :301-12, 1998 Summer.)

Partager cet article
Repost0